Patients who are white and male were more likely to be prioritised in accident and emergency departments, according to a new study.

Jean Delaunay

Les patients noirs et féminins sont « moins susceptibles » d’être prioritaires dans les services d’urgence – étude

Les patients de race blanche et de sexe masculin étaient plus susceptibles d’être prioritaires dans les services d’accidents et d’urgences, selon une nouvelle étude française.

Les patients noirs sont « moins susceptibles de recevoir un traitement d’urgence » que les patients blancs et les femmes sont moins susceptibles d’être prioritaires que les hommes dans les services d’accidents et d’urgences.

C’est ce que révèle une nouvelle étude française qui a révélé des préjugés sexistes et ethniques parmi les médecins et infirmières urgentistes répondant aux inquiétudes des patients concernant les douleurs thoraciques.

L’étude a impliqué plus de 1 500 répondants de France, de Belgique, de Suisse et de Monaco à qui il a été demandé de trier des patients simulés.

Les participants, qui ne connaissaient pas l’objectif de l’étude, ont été invités à évaluer un cas clinique standardisé impliquant des douleurs thoraciques. On leur a présenté une image sur huit générée par l’intelligence artificielle (IA), qui représentait différents genres et apparences ethniques.

« On a ensuite posé deux questions aux personnes interrogées. La première consistait à classer le patient sur une échelle allant de un, extrêmement urgent, à cinq, pas urgent du tout. Et la seconde était : à votre avis, quelle douleur ressent cette personne ? » Le Dr Fabien Coisy, co-auteur de l’étude de l’Université de Montpellier, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next.

Ils ont constaté qu’il existait des différences dans les niveaux de priorité signalés pour les patients en fonction de leur sexe et de leur origine ethnique. Les auteurs ont publié leurs résultats dans le European Journal of Emergency Medicine.

« Ce que révèle l’étude, c’est que, selon le sexe ou l’origine supposée des patients, il y a une plus faible proportion de patients classés comme une urgence mettant la vie en danger selon qu’il s’agit d’un homme ou d’une femme ou d’une ethnie noire par rapport à une ethnie blanche »,  » dit Coisy.

Les patients blancs de sexe masculin sont signalés comme étant « plus prioritaires »

Les patients de sexe masculin ont reçu une priorité plus élevée que les patientes de sexe féminin, avec une différence de 13 pour cent, selon l’étude. Les patients noirs étaient moins susceptibles de recevoir un traitement d’urgence que les patients blancs, avec une différence de 11 pour cent.

Aucune différence significative n’a été observée entre les patients d’origine asiatique du Sud-Est et d’Afrique du Nord et les patients blancs.

« Nous avons été surpris par ces résultats car, en médecine, nous traitons tout le monde de la même manière », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next le Dr Agnès Ricard-Hibon, porte-parole de la Société française de médecine d’urgence.

Ricard-Hibon, qui n’a pas participé à l’étude, a également souligné que cette étude se concentre sur le triage et non sur la thérapeutique.

Le but de l’étude était de sensibiliser aux potentiels biais cognitifs des professionnels de la santé, selon Coisy.

Certaines des limites, selon les auteurs, incluent le fait que les apparences des huit patients simulés n’étaient pas les mêmes et qu’ils n’ont pas posé de questions sur l’origine ethnique des répondants, car cela aurait pu influencer l’étude.

L’échantillon pourrait également ne pas représenter la population générale, ont-ils ajouté.

« Plus de diversité et de formation pourraient être essentielles »

Les chercheurs affirment qu’il existe moins d’études scientifiques sur les préjugés discriminatoires dans les pays européens qu’aux États-Unis et au Royaume-Uni.

La France impose également des restrictions sur l’utilisation des statistiques liées à l’origine ethnique, c’est pourquoi les chercheurs ont utilisé des images générées par l’IA pour leur étude.

Le sujet a cependant fait l’objet d’une attention médiatique en France, avec plusieurs rapports faisant état de patients décédés parce que leurs symptômes ou leurs douleurs n’étaient pas pris au sérieux.

Une plus grande diversité parmi les professionnels de la santé et une formation appropriée pourraient être des facteurs clés pour réduire les différences observées dans l’étude, a déclaré Coisy.

« Il y a un fort turnover dans les services d’urgence », a souligné Ricard-Hibon, ajoutant qu’il est nécessaire de se concentrer sur la formation et les méthodes de triage actuelles et scientifiquement validées.

Laisser un commentaire

4 × 2 =