European Parliament President Roberta Metsola

Jean Delaunay

Les partis pro-européens au centre politique peuvent parer à la montée de l’extrême droite, assure Metsola

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’elle était « confiante » dans la capacité des grands partis politiques pro-européens à conjurer une poussée d’extrême droite lors des élections européennes de juin.

S’exprimant lundi lors d’un entretien à Strasbourg, Metsola a déclaré que les partis européens modérés et pro-européens devaient offrir une « alternative » aux électeurs.

« Je crains que si nous ne faisons pas appel à nos électeurs – en tant que membres de la majorité pro-européenne et constructive (…) au centre – nos électeurs auront le sentiment qu’ils n’ont pas le choix, qu’ils ont se retirer en marge, chez ceux qui veulent détruire plutôt que construire », a expliqué Metsola, faisant référence à l’extrême droite eurosceptique.

Les sondages actuels prédisent une hausse du soutien aux partis d’extrême droite lors des élections européennes, qui auront lieu sur tout le continent du 6 au 9 juin.

Cela fait suite à la victoire électorale surprise du leader d’extrême droite Geert Wilders aux élections néerlandaises de novembre, et survient alors que les partis d’extrême droite, dont l’Alternative pour l’Allemagne en Allemagne et le Rassemblement National en France, réalisent des gains historiques dans les sondages nationaux.

Mais les projections suggèrent également que la coalition actuelle au pouvoir au Parlement européen, composée de sociaux-démocrates, de conservateurs et de libéraux – qui travaillent ensemble pour garantir que la législation européenne puisse être adoptée – s’accrochera à sa majorité.

Metsola, qui appartient au Parti populaire européen (PPE) de centre-droit et qui a pris la présidence du Parlement européen en novembre 2020, a déclaré qu’en trouvant des solutions à des défis tels que la pandémie de COVID-19 et l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le La coalition a prouvé sa résilience.

« Ce sont de grands défis que nous avons surmontés et pour lesquels nous continuons à faire preuve d’unité, et je pense que c’est là que nous trouverions cette unité dans ce centre », a expliqué Metsola.

« Je pense donc que nous pouvons proposer une alternative. Nous pouvons contrer cette menace (d’extrême droite) si nous voulons la qualifier de menace, et je suis convaincue que nous pouvons le faire », a-t-elle ajouté.

Les cinq prochaines années « ne seront pas plus faciles »

Mais Metsola a également prévenu que le prochain quinquennat du Parlement européen « ne sera pas plus facile » que le précédent.

Depuis les élections européennes de 2019, le bloc de 27 pays a été confronté à une série de défis imprévus, notamment la pandémie de COVID-19, l’invasion de l’Ukraine par la Russie et une crise économique imminente.

Le Parlement européen, qui compte 720 sièges, la seule institution démocratiquement élue du bloc, a également été secoué par le scandale dit du « Qatargate ».

En décembre 2020, la vice-présidente du Parlement Eva Kaili et d’autres hauts responsables parlementaires ont été accusés d’avoir accepté des centaines de milliers d’euros pour influencer les décisions de l’UE au profit de responsables qatariens et marocains. Tous nient avec véhémence ces allégations.

Les suspects étaient majoritairement des sociaux-démocrates, menaçant de ternir la réputation du groupe de centre-gauche.

Le scandale a également provoqué une onde de choc à Bruxelles et contraint le Parlement à réprimer les règles laxistes en matière de conduite du personnel. Le Médiateur européen s’est néanmoins demandé si les réformes introduites sous l’initiative de Metsola étaient suffisantes pour restaurer la confiance des électeurs.

Lorsqu’on lui a demandé si elle craignait que le scandale ait érodé la confiance dans le Parlement européen, Metsola a exhorté les électeurs à juger le Parlement sur sa réponse à l’affaire de corruption tentaculaire.

« Nous avons pris la décision immédiate d’introduire des mesures pour nous assurer que nous voyions où se trouvaient les lacunes, d’insérer des pare-feux et de faire en sorte que la sonnette d’alarme soit tirée plus tôt », a expliqué Metsola, rassurant que les règles « sont respectées » au parlement.

« Nous avons fait beaucoup de travail l’année dernière, et j’aimerais que nous soyons jugés sur cela, plutôt que sur des allégations (…) concernant un petit nombre d’individus », a-t-elle ajouté.

A la question de savoir si certains partis d’extrême droite pourraient choisir de rejoindre une nouvelle coalition européenne, Metsola a refusé de spéculer sur la formulation du futur parlement, assurant que le parlement actuel a « trouvé une unité sans précédent au centre ».

Il y a des spéculations selon lesquelles le Parti populaire européen (PPE) – le plus grand groupe politique de centre-droit du Parlement – ​​pourrait être ouvert à une alliance avec le parti d’extrême droite Fratelli d’Italia de la première ministre italienne Giorgia Meloni.

Le président du PPE, Manfred Weber, a rencontré Meloni l’année dernière pour discuter d’une éventuelle collaboration lors de l’année européenne, bien que cette perspective ait été rejetée par d’autres personnalités éminentes du centre-droit européen.

« Regardons ce que nous avons fait dans ce centre, ce centre pro-européen », a déclaré Metsola.

« C’est sur cela que nous devons bâtir, et j’ai hâte de pouvoir continuer à le faire de 2024 à 2029. »

Laisser un commentaire

7 + onze =