The aftermath of a deadly landslide in Papua New Guinea.

Jean Delaunay

Les opérations de secours peinent en Papouasie-Nouvelle-Guinée après un glissement de terrain meurtrier

Une combinaison de pluies, de combats internes et d’un terrain difficile ont rendu les opérations de sauvetage de plus en plus difficiles après une catastrophe qui a tué jusqu’à 2 000 personnes.

Les organisations humanitaires en Papouasie-Nouvelle-Guinée ont mis en garde contre un possible deuxième glissement de terrain et une épidémie de maladie sur les lieux de la plus grande catastrophe de mémoire récente du pays, qui a fait des centaines de blessés et de morts dans un énorme glissement de terrain.

Un responsable de l’ONU a déclaré que les cours d’eau et les dizaines de corps ensevelis par les tonnes de débris qui ont balayé un village le 24 mai constituent ensemble un risque majeur de nouvelle catastrophe, même si les sauveteurs peinent à aider ceux qui sont encore coincés.

Une masse de rochers, de terre et d’arbres éclatés a dévasté Yambali, dans les hautes terres reculées de ce pays du Pacifique Sud, lorsqu’un flanc de montagne calcaire s’est effondré la semaine dernière.

La couverture de débris est devenue plus instable avec les pluies récentes et les ruisseaux coincés entre le sol et les décombres, a déclaré Serhan Aktoprak, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

L’agence des Nations Unies dispose de fonctionnaires qui aident à abriter 1 600 personnes déplacées sur les lieux de la catastrophe dans la province d’Enga.

L’OIM estime que 670 villageois sont morts, tandis que le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée estime que plus de 2 000 personnes ont été enterrées.

Mardi, six corps avaient été récupérés des décombres, selon un communiqué de l’ONU.

Cette photo publiée par le PNUD Papouasie-Nouvelle-Guinée montre un glissement de terrain dans le village de Yambali, dans les hautes terres de Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Cette photo publiée par le PNUD Papouasie-Nouvelle-Guinée montre un glissement de terrain dans le village de Yambali, dans les hautes terres de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

« Nous entendons des suggestions selon lesquelles un autre glissement de terrain pourrait se produire et que peut-être 8 000 personnes devraient être évacuées », a déclaré Aktoprak à l’Associated Press.

« Il s’agit d’une préoccupation majeure. Le mouvement des terres et des débris entraîne un risque sérieux et, dans l’ensemble, le nombre total de personnes susceptibles d’être touchées pourrait être de 6 000 ou plus », a-t-il déclaré.

Ce chiffre comprend les villageois dont la source d’eau potable a été enterrée et les agriculteurs de subsistance qui ont perdu leurs potagers.

« Si cette masse de débris n’est pas arrêtée, si elle continue de se déplacer, elle peut prendre de la vitesse et anéantir davantage d’autres communautés et villages plus bas » dans la montagne, a déclaré Aktoprak.

Un communiqué de l’ONU a ensuite recensé 7 849 personnes touchées, y compris des personnes qui pourraient devoir être évacuées ou relocalisées. L’ONU a déclaré que 42 % de ces personnes avaient moins de 16 ans.

Les scènes de villageois creusant à mains nues dans des débris boueux à la recherche des dépouilles de leurs proches étaient également préoccupantes.

« Ma plus grande crainte en ce moment, c’est que les cadavres se décomposent, que l’eau coule et que cela pose de graves risques pour la santé en termes de maladies contagieuses », a déclaré Aktoprak.

Cet avertissement intervient alors que des experts géotechniques et des engins de terrassement lourds devraient bientôt arriver sur le site.

Le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée a officiellement demandé dimanche aux Nations Unies une aide supplémentaire et une coordination des contributions des différents pays.

Sur cette photo publiée par le PNUD Papouasie-Nouvelle-Guinée, des villageois fouillent un glissement de terrain dans le village de Yambali, dans les hautes terres de Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Sur cette photo publiée par le PNUD Papouasie-Nouvelle-Guinée, des villageois fouillent un glissement de terrain dans le village de Yambali, dans les hautes terres de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Une équipe australienne d’intervention en cas de catastrophe est arrivée mardi en Papouasie-Nouvelle-Guinée, le voisin le plus proche de l’Australie. L’équipe comprend une équipe d’évaluation des géorisques et des drones pour aider à cartographier le site.

« Leur rôle consistera particulièrement à effectuer une surveillance géotechnique pour établir le niveau du glissement de terrain, l’instabilité du terrain à cet endroit, et évidemment à effectuer un travail d’identification de l’emplacement des corps », a déclaré Murray Watt, ministre australien chargé de la gestion des urgences.

Le gouvernement australien a offert un soutien logistique à long terme pour déblayer les débris, récupérer les corps et soutenir les personnes déplacées. Le gouvernement a annoncé un premier programme d’aide de 2,5 millions de dollars australiens (1,53 million d’euros).

Les équipements de terrassement utilisés par l’armée de Papouasie-Nouvelle-Guinée devraient arriver prochainement, a déclaré Justine McMahon, directrice nationale de l’agence humanitaire CARE International.

Une excavatrice offerte par un constructeur local est devenue dimanche le premier engin de terrassement lourd amené à aider les villageois qui creusaient avec des pelles et des outils agricoles pour retrouver les corps.

Evit Kambu, une habitante de Yambali, le cœur brisé et frustré, a remercié ceux qui essayaient de retrouver ses proches disparus dans les décombres.

« J’ai 18 membres de ma famille enterrés sous les débris et la terre sur lesquels je me trouve », a-t-elle déclaré à l’Australian Broadcasting Corporation par l’intermédiaire d’un interprète.

« Mais je ne peux pas récupérer les corps, donc je me tiens ici, impuissante », a-t-elle ajouté.

Laisser un commentaire

18 − 9 =