The collection of shells thought to have been lost for 40 years

Jean Delaunay

Les obus sauvés du troisième voyage du capitaine Cook sont exposés pour la première fois en 100 ans

Une collection de coquillages « d’importance mondiale » sauvée d’une benne contenant des pierres précieuses du troisième voyage du capitaine Cook sera exposée à partir d’aujourd’hui dans le Northumberland, en Angleterre, après avoir été considérée comme perdue pendant plus de 40 ans.

Les coquillages collectés lors du troisième voyage malheureux du capitaine Cook devraient être exposés à Northumberland, en Angleterre, où les visiteurs pourront les voir pour la première fois en 100 ans et en apprendre davantage sur leur sauvetage à partir d’une benne.

Le capitaine James Cook était un explorateur, navigateur et cartographe britannique du XVIIIe siècle connu pour ses trois voyages dans l’océan Pacifique. Ses voyages ont joué un rôle crucial dans l’avancement des connaissances géographiques, de la compréhension scientifique et des routes commerciales.

La collection récupérée compte plus de 200 objets, dont des coquillages provenant d’espèces disparues et plusieurs qui ont été renvoyés en Grande-Bretagne lors du dernier voyage du célèbre explorateur qui a entraîné sa mort en 1788.

Que savons-nous des obus du capitaine Cook ?

La collection de coquillages du capitaine Cook
La collection de coquillages du capitaine Cook

La collection de Cook a été transmise par la collectionneuse Bridget Atkinson (1732-1814) à son petit-fils, John Clayton (1792-1890) avant d’être vendue en 1930. Les coquillages ont fini dans un musée et ont ensuite été prêtés à l’Armstrong College, aujourd’hui Newcastle. Université.

Dans les années 1980, les obus ont été lancés lors d’un nettoyage des bureaux de l’université. Pensé perdu à jamais, il a maintenant été révélé qu’un conférencier de passage, le Dr John Buchanan, a sauvé les coquilles d’une benne.

Les coquillages sont maintenant retournés au musée du fort romain de Chesters après avoir été donnés à English Heritage par la famille Buchanan.

Émerveillée par la récupération des enfers, le Dr Frances McIntosh, conservatrice des collections d’English Heritage pour le mur d’Hadrien et le Nord-Est, déclare : « Nous avons toujours connu la collection de Bridget Atkinson, mais nous pensions qu’elle était complètement perdue. »

« Découvrir que les coquilles ont non seulement survécu, mais qu’elles ont été gardées en sécurité et aimées pendant tout ce temps, n’est rien de moins qu’un miracle. »

De la beauté du bord de mer au chic des musées

La prochaine exposition promet une gamme diversifiée de coquillages, chacun avec sa propre histoire. Parmi les coquilles exposées se trouve une huître épineuse que, dans une lettre de 1804, Bridget a supplié son fils Matthew, alors basé en Jamaïque, de l’obtenir pour elle.

D’autres incluent un « Sunburst Star Turban », de Nouvelle-Zélande, qui a été envoyé à Bridget par George Dixon alors qu’il servait comme armurier sous les ordres du capitaine Cook lors de son troisième voyage sur le HMS Resolution.

Un troisième est un bénitier géant décrit comme « le plus grand bivalve du monde » qui bénéficie désormais d’une protection internationale CITES.

Une autre coquille spectaculaire est le « nautile à chambre » – l’animal qui vivait à l’intérieur de cette coquille aurait eu environ 90 tentacules qui auraient vécu dans la chambre extérieure de la coquille et, à mesure qu’il grandissait, il créait des chambres plus grandes, scellant à chaque fois de celui libéré.

La collection sera exposée au fort romain de Chesters, près de Chollerford, dans le Northumberland, à partir d’aujourd’hui, mercredi 13 mars.

Laisser un commentaire

4 × deux =