Flickr / Scott Ableman

Milos Schmidt

Les ministres européens étudient à Budapest l’opportunité commerciale de l’énergie géothermique

Les délégations nationales évalueront le financement futur de l’énergie géothermique en tant que moyen d’atteindre l’objectif climatique intermédiaire à l’horizon 2030.

Les ministres européens de l’énergie doivent discuter de l’opportunité commerciale de financer l’énergie géothermique la semaine prochaine lors d’une réunion informelle à Budapest, selon un ordre du jour consulté par L’Observatoire de l’Europe.

Chaque délégation nationale sera invitée à proposer de nouvelles façons d’« améliorer la viabilité commerciale » des investissements géothermiques, notamment des incitations et une coopération entre les pays de l’UE en matière de chauffage et de refroidissement urbains – un système de distribution de chaleur et de froid générés dans un emplacement centralisé via des tuyaux isolés à usage résidentiel et commercial.

Les ministres visiteront un forage géothermique opérationnel à Tököl, au sud de Budapest, lundi prochain (15 juillet), suivi de discussions mardi (16 juillet) sur le potentiel d’extraction de chaleur souterraine.

La présidence hongroise du Conseil de l’UE a annoncé dans son programme de travail la promotion de l’énergie géothermique, en créant de nouveaux modèles commerciaux renforcés par des mesures d’atténuation des risques – une proposition qui a reçu des réactions mitigées selon deux diplomates de l’UE et un ministère national.

« L’idée (de l’énergie géothermique et d’un éventuel financement) est actuellement encore en discussion en interne mais aucune décision n’a été prise jusqu’à présent », a déclaré un diplomate de l’UE à L’Observatoire de l’Europe.

« Notre position générale est que nous ne voulons pas anticiper les discussions sur le cadre financier pluriannuel (CFP) avec des propositions de nouveaux fonds », a déclaré un deuxième diplomate de l’UE à L’Observatoire de l’Europe.

La ministre autrichienne de l’Energie, Leonore Gewessler, prévoit de participer à la réunion ministérielle informelle de Budapest, a indiqué le ministère à L’Observatoire de l’Europe, ajoutant que « l’énergie géothermique est un élément important pour stimuler les énergies renouvelables et propres » à la fois pour Vienne et au niveau de l’UE.

« Nous soutenons l’idée de programmes de financement, notamment parce que les coûts d’investissement pour localiser des zones géothermiques prometteuses sont relativement élevés et que des instruments adaptés sont également nécessaires », a déclaré le ministère.

Sanjeev Kumar, responsable de la politique européenne au Conseil européen de l’énergie géothermique, a salué le débat à venir entre les ministres à Budapest : « C’est la première étape vers une stratégie géothermique européenne, qui fera croître notre économie et rendra notre système énergétique à nouveau abordable. »

« Bien que l’énergie géothermique ne représente encore qu’une part mineure de la production d’énergie renouvelable de l’UE, elle recèle un potentiel inexploité important, en tant que source d’énergie stable, fiable et locale, qui pourrait apporter une contribution importante à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, à l’augmentation de la souveraineté énergétique de l’UE et à la sécurité énergétique en remplaçant les combustibles fossiles importés », peut-on lire dans un document de référence consulté par L’Observatoire de l’Europe.

La Croatie, la France, l’Allemagne, la Hongrie, l’Italie et le Portugal dépendent déjà de la géothermie pour leur production d’énergie, selon Eurostat, une réalité que la présidence hongroise souhaite étendre pour aider l’Union à atteindre son objectif climatique de 2030, qui est de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55 %, peut-on lire dans le document de la présidence.

Laisser un commentaire

3 × 1 =