EU foreign affairs ministers met on Monday in Luxembourg.

Milos Schmidt

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE tentent de contourner le veto de la Hongrie sur l’aide militaire à l’Ukraine

Bruxelles va bientôt collecter 1,4 milliard d’euros sur les actifs immobilisés de la Russie.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se sont réunis lundi avec pour tâche urgente de fournir une nouvelle assistance militaire à l’Ukraine, alors que le pays tente de contenir une nouvelle poussée des troupes russes à l’Est.

Depuis plus d’un an, la Hongrie a bloqué l’octroi d’aide au titre de la Facilité européenne pour la paix (FEP), créant un arriéré de 6,6 milliards d’euros. Cela empêche les États membres d’être partiellement remboursés pour les fournitures qu’ils envoient à Kiev.

Cette impasse prolongée est devenue un embarras public pour Bruxelles, qui tente désormais de trouver de nouveaux moyens de contourner Budapest.

La solution pourrait bientôt être trouvée dans les 210 milliards d’euros d’actifs de la banque centrale russe que les sanctions du bloc ont immobilisés. Malgré leur état, ces actifs continuent de générer des revenus que Moscou ne perçoit pas.

Les pays de l’UE ont convenu en mars de capter ces revenus et de les canaliser directement dans les coffres de l’Ukraine pour financer des équipements militaires et des projets de reconstruction.

Une première tranche de 1,4 milliard d’euros sera disponible la semaine prochaine et devra être rapidement transférée, a déclaré Josep Borrell, chef de la politique étrangère de l’UE.

« Nous avons décidé de prendre cet argent – ​​nous n’allons pas reconsidérer une décision qui a déjà été prise. Maintenant, nous devons mettre en œuvre cette décision », a déclaré Borrell lundi.

« Je ne peux pas avoir cet argent en poche, cet argent est destiné au soutien militaire à l’Ukraine. La décision doit être prise immédiatement, en évitant toute forme de blocage. »

Borrell a déclaré que la réunion ministérielle se concentrerait sur l’affinement de la « méthode » d’utilisation de l’argent et de protéger le projet des veto nationaux, comme cela s’est produit avec l’EPF.

« L’Ukraine a besoin de plus d’aide – et a besoin de plus d’aide maintenant. Maintenant, avant l’été », a-t-il déclaré. « Et j’espère que les ministres soutiendront la proposition que nous avons déposée. »

Le Lituanien Gabrielius Landsbergis s’est dit « optimiste » que les ministres prendraient bientôt une décision et débloqueraient l’argent. « Sans l’EPF, cela prendrait peut-être une forme différente, mais je suis sûr que les Ukrainiens recevront l’argent », a-t-il déclaré.

Veiller à ce que Kiev reçoive au moins 1,4 milliard d’euros est devenu une priorité urgente pour Bruxelles. Le 1er juillet, la Hongrie assumera la présidence tournante du Conseil de l’UE et sera habilitée à fixer l’ordre du jour, en faisant avancer les sujets qu’elle privilégie et en déclassant ceux auxquels elle s’oppose.

Laisser un commentaire

14 − 5 =