Les ministres de l'UE progressent sur les nouvelles règles budgétaires en attendant un compromis franco-allemand

Jean Delaunay

Les ministres de l’UE progressent sur les nouvelles règles budgétaires en attendant un compromis franco-allemand

Les ministres de l’économie et des finances de l’Union européenne ont réalisé jeudi des progrès significatifs dans la réforme des règles budgétaires du bloc. Mais l’effort final dépend d’un compromis franco-allemand.

Une réunion extraordinaire est prévue pour la fin du mois, en espérant que les pourparlers entre Paris et Berlin auront porté leurs fruits d’ici là.

Les deux capitales poids lourds ont adopté des points de vue opposés au cours de ce débat qui a duré plusieurs mois et qui doit être résolu d’ici la fin de l’année pour permettre aux États membres de concevoir leurs prochains budgets selon les nouvelles règles. Ne pas le faire entraînera la réactivation des anciennes normes, suspendues depuis le début de la pandémie de COVID-19.

La France et l’Allemagne ont intensifié ces derniers jours leurs contacts bilatéraux pour aplanir leurs différends, laissant espérer qu’une avancée décisive soit bientôt en vue. Le ministre français des Finances Bruno Le Maire a rencontré en début de semaine son homologue allemand Christian Lindner à Paris et les deux se retrouveront à Berlin dans les prochains jours.

Les discussions se concentrent sur les questions les plus controversées de la refonte budgétaire, à savoir les garanties numériques garantissant une réduction annuelle des niveaux de dette et de déficit. La France a jusqu’à présent résisté à cette idée, arguant que des normes automatiques et uniformes seraient contre-productives et pourraient freiner la croissance économique. Mais l’Allemagne a fermement tenu bon, soutenue par un groupe d’États membres, dont les Pays-Bas, l’Autriche, la Suède et le Danemark, qui souhaitent garantir que les dépenses publiques soient efficacement maîtrisées.

La dernière « zone d’atterrissage » diffusée par l’Espagne, le pays qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil de l’UE, a laissé en blanc les points de pourcentage des mécanismes de réduction de la dette et de contrôle du déficit, suggérant que ce sera le tout dernier obstacle à franchir.

« C’est un progrès que l’idée de sauvegardes et de critères de référence soit reconnue en ce qui concerne le ratio dette/PIB et le déficit annuel. Mais ce qu’il faut considérer, c’est le niveau d’ambition », a déclaré Lindner jeudi matin, avant de se rendre à la réunion ministérielle à Bruxelles. « Il s’agit désormais de chiffres, et pas seulement d’instruments. Je suis optimiste, mais il reste encore beaucoup à faire. »

« Nous sommes dans un débat ouvert entre partenaires et amis. Il ne s’agit pas de délais ou de lignes rouges, mais d’horizons », a-t-il ajouté.

Le Maire a qualifié l’ambiance franco-allemande de « très positive et constructive » et a déclaré que les discussions bilatérales allaient « dans la bonne direction ». Il a souligné que le résultat final devrait aboutir à des règles budgétaires « crédibles » et « solides » et laisser suffisamment d’espace financier aux pays pour investir dans la haute technologie et la transition verte.

« Ce qui est en jeu derrière ces négociations, c’est toute la crédibilité de l’Union européenne », a déclaré Le Maire. « Face aux difficultés économiques (et) aux risques géopolitiques, il faut parvenir à un accord d’ici fin 2023, on ne peut pas attendre (jusqu’à) 2024 dans la perspective des élections européennes. »

Encore deux rendez-vous à faire

Ce qui est sur la table aujourd’hui, c’est la réforme du Pacte de stabilité et de croissance, les règles budgétaires qui guident les finances du bloc depuis la fin des années 1990.

Dans le cadre actuel, les États membres sont tenus de maintenir leurs déficits budgétaires en dessous de 3 % du produit intérieur brut (PIB) et leur niveau de dette publique en dessous de 60 % par rapport au PIB – des seuils que de nombreux gouvernements dépassent après des années de dépenses intenses pour amortir un déficit budgétaire. succession de crises qui se chevauchent.

Dans la proposition législative présentée en avril, la Commission européenne a laissé intacts les objectifs de 3 % et de 60 %, que certains économistes considèrent comme arbitraires et obsolètes, mais a apporté des modifications considérables à la manière dont ces deux chiffres devraient être atteints.

Chaque État membre serait invité à concevoir un plan budgétaire à moyen terme pour réduire ses déficits à un rythme crédible et placer la dette publique sur une « trajectoire de baisse plausible ». Les plans spécifiques à chaque pays seraient d’abord négociés entre la Commission européenne et les capitales, puis approuvés par le Conseil de l’UE.

Les ajustements fiscaux nécessaires pour atteindre – ou du moins s’approcher – des niveaux de 3 % et 60 % seraient effectués sur une période de quatre ans et pourraient être prolongés jusqu’à sept ans en échange de réformes et d’investissements supplémentaires.

Même si la combinaison de la viabilité budgétaire et de l’appropriation nationale a été saluée dans tous les domaines, cela n’a pas suffi à accélérer les négociations : les capitaux ont passé les derniers mois à marchander sur des dispositions d’une extrême technicité, y compris les garanties de réduction de la dette.

L’Espagne avait initialement ciblé la réunion de jeudi comme date souhaitée pour conclure un accord sur une proposition législative révisée. Mais après une série de « 50 réunions et contacts » avec les 26 autres États membres, la présidence a plutôt choisi de proposer une « zone d’atterrissage » pour faire avancer les discussions, a déclaré Nadia Calviño, ministre espagnole de l’Economie par intérim.

« Aujourd’hui, nous constatons qu’il y a un accord sur les éléments essentiels et le mécanisme des nouvelles règles budgétaires », a déclaré Calviño après la réunion ministérielle.

S’appuyant sur les « progrès significatifs » réalisés jeudi, a-t-elle expliqué, la présidence espagnole traduira le document de travail en une véritable proposition juridique, qui sera ensuite débattue par les ministres lors d’une réunion extraordinaire plus tard ce mois-ci.

Idéalement, a souligné Calviño, l’accord définitif serait conclu le 8 décembre, lorsque les ministres de l’économie et des finances devraient se réunir à nouveau. Tout éventuel compromis franco-allemand sera « intégré » aux travaux de la présidence, a-t-elle ajouté.

« Notre évaluation est que nous pourrions avoir besoin de deux (réunions supplémentaires) pour finaliser et parvenir à un accord sur le texte juridique », a déclaré Calviño.

L’accord potentiel du Conseil devra ensuite faire l’objet de négociations avec le Parlement européen avant d’entrer en vigueur début 2024.

Laisser un commentaire

5 × 5 =