Les ministres de l'Agriculture rejettent le compromis sur la réforme de la réglementation des cultures génétiquement modifiées

Jean Delaunay

Les ministres de l’Agriculture rejettent le compromis sur la réforme de la réglementation des cultures génétiquement modifiées

Le Conseil de l’UE a rejeté la proposition espagnole d’adopter une position commune sur un projet de déréglementation des cultures génétiquement modifiées (OGM) produites à l’aide de nouvelles techniques génomiques (NGT), les gouvernements exprimant leurs inquiétudes quant à la sécurité, à l’étiquetage et à l’acceptation sociale.

Le Conseil de l’UE a rejeté la dernière tentative de l’Espagne d’adopter une position commune sur le projet de déréglementation des cultures génétiquement modifiées produites à l’aide de techniques avancées d’édition génétique, les gouvernements exprimant leurs inquiétudes quant à la sécurité, à l’étiquetage et à l’acceptation sociale.

La Commission européenne a proposé en juillet une réforme de la réglementation qui, à la suite d’une décision des tribunaux de l’UE en 2018, applique actuellement les mêmes exigences strictes en matière d’évaluation des risques et de traçabilité aux produits issus de nouvelles techniques génomiques (NGT) qu’aux OGM créés en épissant de l’ADN étranger dans un le génome de la plante.

Mais plusieurs ministres du gouvernement ont exprimé leurs inquiétudes persistantes lors d’un sommet à Bruxelles lundi (11 décembre) quant à l’ampleur de la déréglementation prévue, qui créerait une « catégorie 1 » largement non réglementée de cultures génétiquement modifiées qui n’ont que des modifications limitées du génome et dont les partisans disons, cela pourrait survenir dans la nature ou grâce à l’élevage traditionnel.

La France a salué le soutien de l’Espagne à l’exclusion de toutes les cultures génétiquement modifiées de l’agriculture biologique et des plantes développées pour la résistance aux herbicides de la catégorie 1, affirmant que la proposition était « très proche » d’être acceptable.

Cependant, l’Allemagne a indiqué qu’elle s’abstiendrait lors du vote informel qui a suivi le débat, le ministre de l’Agriculture Cem Özdemir évoquant la nécessité d’un « large consensus social » et le droit des consommateurs de savoir si un aliment est le produit d’une quelconque forme de manipulation génétique. .

D’autres, dont la Pologne et ses voisins de l’est de l’UE, ont exprimé leur opposition à la législation sous sa forme actuelle. Le ministre roumain Florin Ionut Barbu a énuméré un certain nombre de demandes « non négociables », notamment la séparation complète des cultures génétiquement modifiées des cultures conventionnelles, l’étiquetage jusqu’à la fin de la chaîne alimentaire et une analyse complète des risques pour chaque produit génétiquement modifié, y compris la catégorie 1. plantes.

Une source diplomatique, s’exprimant sous couvert d’anonymat, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il était déjà devenu clair lors d’une réunion la semaine dernière des représentants permanents de l’UE que le compromis espagnol était un « non-droit » pour une majorité de gouvernements, mais que l’Espagne – le seul pays de l’UE pays avec un niveau important de cultures génétiquement modifiées – avait insisté pour l’inscrire à l’ordre du jour.

Astrid Österreicher, conseillère politique de l’ONG allemande TestBiotech, s’est dite encouragée par l’impasse dans laquelle se trouve le Conseil. « Nous pensons qu’il est bon qu’aucune approche commune n’ait été convenue, étant donné que le compromis présenté ne prévoit pas d’évaluation des risques pour tous les NGT et ne tient donc pas compte du principe de précaution », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

La réforme proposée créerait deux nouvelles catégories de cultures génétiquement modifiées, la première étant considérée comme équivalente à la sélection conventionnelle à des fins réglementaires, et la seconde étant soumise à une réglementation plus légère que celle qui s’applique actuellement aux cultures OGM de première génération, dont la culture commerciale est restreinte dans la plupart des pays de l’UE en vertu de un opt-out qui ne s’appliquerait pas aux nouvelles catégories.

Il semble qu’un accord intergouvernemental sur les nouvelles règles soit encore loin. « Compte tenu de l’ambiance qui règne dans la salle, beaucoup de travail reste encore à faire », a indiqué la source. Un responsable du Conseil européen a déclaré que l’Espagne pourrait faire une dernière tentative pour parvenir à un compromis au niveau diplomatique avant de céder la présidence à la Belgique à la fin du mois. Un porte-parole de la présidence espagnole s’est refusé à tout commentaire, se contentant de confirmer le rejet de la proposition de compromis.

Laisser un commentaire

un × trois =