Les migrants, les femmes et la communauté LGBT souffrent le plus de la rhétorique populiste

Jean Delaunay

Les migrants, les femmes et la communauté LGBT souffrent le plus de la rhétorique populiste

Volker Türk est en poste depuis octobre 2022.

Selon les hauts responsables des droits de l’homme des Nations Unies, une augmentation du soutien aux partis politiques populistes et aux mouvements anti-liberté ou de défense des droits à travers le monde a le plus d’impact sur les réfugiés, les femmes et la communauté LGBTIQ.

Dans une interview accordée à L’Observatoire de l’Europe, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, s’est dit préoccupé par la montée du populisme et que la tendance est préoccupante.

« Nous devons lutter contre le fanatisme et le populisme, car tout cela concerne en fin de compte qui nous embrassons, la diversité humaine et la richesse de qui nous sommes, accepter qui nous sommes, peu importe qui nous aimons et comment nous voulons nous engager dans nos vies », a déclaré Türk.

« Je pense que nous devons respecter cela. C’était la plus grande promesse de la Déclaration universelle des droits de l’homme et nous devons éduquer tous ceux qui veulent nous repousser dans une ère révolue depuis longtemps. »

Commentant le projet de loi controversé sur la migration récemment adopté par le Royaume-Uni, qui a été qualifié d ‘ »inhumain » par des groupes de défense des droits civiques, Türk a déclaré qu’il était en contradiction avec le droit international.

« Eh bien, il est clair que le projet de loi britannique sur la migration illégale viole à la fois le droit international des réfugiés et le droit international des droits de l’homme », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« L’article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme parle du droit de chercher et de bénéficier de l’asile contre la persécution. Ainsi, vous avez le droit de rechercher n’importe quelle issue de la persécution, mais si cette loi interdit ce droit, c’est une tragédie. »

Türk a également parlé de l’accord récemment signé par l’UE avec la Tunisie – un pays critiqué pour ses violations des droits de l’homme – qui verra le pays d’Afrique du Nord recevoir des fonds en échange de la gestion des flux migratoires.

« Nous devons comprendre pourquoi les gens se déplacent. Ils se déplacent à cause des violations des droits de l’homme dans leur propre pays.

« Parfois, ils se retrouvent dans des situations horribles en Libye, par exemple, ou en Tunisie, où ils sont repoussés ou où il leur est très, très difficile de survivre.

« Donc, la grande question et la grande question est de ne pas pouvoir trouver des alternatives à ces itinéraires horriblement dangereux que les migrants et les demandeurs d’asile doivent souvent emprunter ?

Laisser un commentaire

dix-huit + un =