Les meurtres trans restent à un « niveau constamment élevé » alors que commence la Semaine de sensibilisation aux trans

Jean Delaunay

Les meurtres trans restent à un « niveau constamment élevé » alors que commence la Semaine de sensibilisation aux trans

Des meurtres de personnes trans et de genre divers ont été signalés pour la première fois cette année en Arménie, en Belgique et en Slovaquie.

Le nombre de meurtres de personnes transgenres et de diverses identités de genre dans le monde ne montre aucun signe de ralentissement.

C’est ce que révèlent les nouveaux chiffres fournis par Transgender Europe (TGEU) à l’occasion du début de la Trans Awareness Week.

« Malgré les avancées en matière de droits des trans au cours de la dernière décennie, la violence meurtrière contre les personnes trans reste à un niveau constamment élevé », a déclaré un porte-parole de TGEU à L’Observatoire de l’Europe.

Dans le monde, au moins 320 personnes trans et de genre divers auraient été assassinées entre le 1er octobre 2022 et le 30 septembre 2023.

Ce chiffre devrait dépasser celui de l’année dernière d’ici fin 2023.

En Europe, 16 personnes ont été tuées entre janvier et fin septembre.

Alors que l’Amérique latine et les Caraïbes ont une fois de plus enregistré le plus grand nombre de meurtres au monde – 235 cas au total – le tableau est également sombre en Europe et en Eurasie.

Des meurtres en Arménie, en Belgique et en Slovaquie ont été signalés pour la première fois cette année.

TGEU estime qu’il est tout à fait probable que les chiffres en Europe et dans le monde ne reflètent pas fidèlement les niveaux réels de meurtres trans.

Leurs données n’incluent pas tous les cas signalés dans le monde. La raison? Toutes les victimes de meurtre trans et de genre divers ne sont pas identifiées comme telles dans les rapports faisant état de leur décès.

Le nombre élevé de meurtres signalés en Amérique latine et dans les Caraïbes est, selon TGEU, facilement attribué à l’existence de systèmes de surveillance établis dans ces régions.

La majorité des données utilisées par l’organisation provenaient de pays dotés de solides réseaux d’organisations trans et LGBTI qui effectuent le suivi.

Quel que soit le nombre réel de personnes trans et de genre divers assassinées, les statistiques sont sombres.

À l’échelle mondiale, 48 % des personnes trans assassinées dont la profession est connue étaient des travailleuses du sexe. Ce chiffre grimpe à plus des trois quarts – environ 78 % – en Europe.

Sur le continent ainsi que dans la communauté mondiale au sens large, les meurtres motivés par le racisme ont augmenté de 15 % par rapport à l’année dernière – de 65 % en 2022 à 80 % aujourd’hui.

La grande majorité des victimes s’identifiaient comme des femmes trans ou des personnes trans féminines et la plupart des personnes assassinées avaient moins de 25 ans.

À une époque de conflit majeur à l’échelle mondiale, le fait que 45 % des personnes trans assassinées en Europe étaient des migrants ou des réfugiés est particulièrement frappant.

« Ces décès sont le résultat de multiples problèmes croisés : l’absence de législation sur les crimes haineux, ou le non-respect de ces lois ; le manque d’accès à des soins de santé de base adéquats, à un logement et à des opportunités d’emploi en raison du refus, de la discrimination ou des obstacles financiers ; et une discrimination structurelle globale qui permet la négligence, les abus et les préjudices sociétaux envers les personnes trans et de genre divers à travers le monde.

TGEU

TGEU affirme que les données entourant les meurtres suggèrent qu’il existe des tendances inquiétantes en ce qui concerne les intersections de la misogynie, du racisme, de la xénophobie et de la putréfaction.

La majorité des victimes étaient des femmes noires et trans de couleur, ainsi que des travailleuses du sexe trans – bon nombre des victimes tuées en Europe étaient également des migrantes ou des réfugiées.

Signalant que 28 % des meurtres enregistrés ont eu lieu dans la rue et un quart supplémentaire, 26 % au domicile de la victime, TGEU explique qu’il est plus dangereux que jamais d’être une personne trans ou de genre divers.

« Ces chiffres ne sont qu’un petit aperçu de la réalité sur le terrain. La plupart des cas dans le monde ne sont toujours pas signalés », explique un porte-parole du TGEU. « Ceux qui sont signalés reçoivent très peu d’attention. »

Laisser un commentaire

16 − 7 =