Les meilleures universités du monde en 2024 ont été dévoilées.  5 du top 10 sont en Europe

Jean Delaunay

Les meilleures universités du monde en 2024 ont été dévoilées. 5 du top 10 sont en Europe

Les universités européennes et nord-américaines dominent le classement mondial QS 2024, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) obtenant la première place pour la 12e année consécutive.

Le classement annuel des universités mondiales QS a été publié pour 2024 – et l’Europe a remporté la moitié des premières places dans le top 10.

L’évaluation annuelle – qui en est maintenant à sa 20e année – s’appuie sur l’analyse de 17,5 millions d’articles universitaires et sur les opinions d’experts de plus de 240 000 professeurs universitaires et employeurs du monde entier.

L’Europe a remporté cinq des 10 premières places, tandis que les universités anglophones dominent les échelons supérieurs du classement avec des scores parfaits dans des catégories telles que la réputation académique, la réputation de l’employeur et le ratio professeurs/étudiants.

Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge, aux États-Unis, s’est assuré la première place avec un score global sans faute de 100 pour la 12e année consécutive.

L’Université de Cambridge au Royaume-Uni suit de près, revendiquant la deuxième place avec 99,2 points, tandis que son rival local, l’Université d’Oxford, a obtenu la troisième place avec 98,9 points.

L’Université de Harvard a pris la quatrième place avec un score de 98,3 et l’Université de Stanford s’est classée cinquième avec 98,1 points.

En Europe, les 10 meilleures universités pour 2024 sont l’Université de Cambridge (99,2) qui était deuxième au niveau mondial ; l’Université d’Oxford (98,9), troisième mondiale ; Imperial College of London (97,8), qui a pris la sixième place mondiale ; ETH Zurich (93,9) 7e au général; et University College of London (92,4) qui était 9e au monde.

L’Université d’Édimbourg au Royaume-Uni (86,1), suivie par l’Université PSL Paris, France (85,8), l’Université de Manchester (82,2), l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), Suisse ( 80.4) et l’Université technique de Munich, Allemagne (80).

Le score global du classement prestigieux est atteint en tenant compte de neuf paramètres cruciaux : la réputation académique, la réputation de l’employeur, le ratio professeurs-étudiants, les citations par faculté, le ratio international de professeurs, le ratio d’étudiants internationaux et, pour la première fois cette année, le réseau de recherche international. , les résultats en matière d’emploi et la durabilité.

Les nouveaux indicateurs « reflètent les changements dans l’enseignement supérieur qui se sont produits au cours des deux dernières décennies, tels que l’importance croissante de la durabilité, de l’employabilité et des collaborations de recherche », a déclaré Quacquarelli Symonds, l’analyste du cabinet à l’origine du classement.

Quelles tendances montrent les classements ?

L’enseignement supérieur a subi des changements importants au cours des deux dernières décennies.

« L’un des premiers changements que nous avons remarqués (au cours des dernières décennies) a été l’accent mis de plus en plus sur l’employabilité des étudiants », a déclaré le Dr Andrew MacFarlane, responsable du classement QS, ajoutant que cela les a amenés à renforcer l’accent mis sur l’employabilité.

« Les étudiants quittent (l’université) avec une dette plus élevée que jamais dans un marché du travail mondial vraiment compétitif », a-t-il déclaré.

Alors que le classement célèbre son 20e anniversaire, une tendance dont ils sont « immensement fiers est l’inclusivité croissante de nos classements, qui éclaire la répartition mondiale de l’excellence académique ».

Entre 2018 et l’édition 2024, il y a eu une augmentation considérable de la représentation des universités d’Asie, d’Amérique latine, du Moyen-Orient et d’Afrique dans le classement mondial des universités. En 2018, les régions représentaient 37 % du classement, en 2024, ce chiffre est passé à 46 %.

La Chine devient un centre de recherche

La Chine, en particulier, a connu une nette augmentation dans le classement, grâce aux efforts de recherche, a noté MacFarlane.

« Ils sont le plus grand producteur de recherche au monde, mais aussi des recherches de plus en plus citées », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe Next, ce qui signifie que la qualité de la recherche effectuée en Chine les a vraiment « remontés » dans l’échelle des classements.

Pendant ce temps, les États-Unis et le Royaume-Uni, traditionnellement très performants, ont connu une légère baisse de classement, mais la baisse ne signifie pas nécessairement qu’ils s’aggravent. C’est aussi un indicateur que d’autres institutions dans le monde s’améliorent et comblent l’écart, dit MacFarlane.

« Donc, vous savez, le coureur le plus rapide est toujours le coureur le plus rapide, mais quelqu’un d’autre comble cet écart sur son temps », a-t-il expliqué.

Les universités de l’UE continuent d’exceller dans les indicateurs d’internationalisation

À l’échelle mondiale, les universités européennes continuent d’exceller dans leur engagement mondial, ce qui est fondamental. Et c’est vraiment l’Europe qui montre la voie dans ce domaine ».

Les principales institutions de l’UE démontrant leur force dans la collaboration internationale en matière de recherche sont l’Université PSL Paris (Université Paris Sciences et Lettres) – qui a pris la troisième place dans la catégorie « réseau de recherche international », la Sorbonne (4e), la KU Leuven et l’Université de Gand en Belgique (6e et 8e respectivement), et l’Université de Montpellier en France (9e).

« Donc, vous assistez peut-être à ce genre de domination croissante du volume de recherche en Asie de l’Est dans la recherche collaborative et l’engagement international », a noté McFarlane, « (mais) l’Europe (brille) absolument beaucoup plus dans ce cas ».

Laisser un commentaire

8 + 16 =