People gather during protest in front of Serbia

Jean Delaunay

Les manifestations contre les élections « frauduleuses » se poursuivent à Belgrade

Les opposants au président serbe Aleksandar Vučić se sont rassemblés vendredi devant le bâtiment de la Cour constitutionnelle pour exiger que les élections du mois dernier soient annulées et reconduites en raison d’irrégularités généralisées.

Le groupe Serbie contre la violence – une coalition de partis politiques d’opposition – a accusé le président Aleksandar Vučićgouvernement populiste d’avoir orchestré une fraude lors des élections législatives et locales du 17 décembre, notamment dans la capitale Belgrade.

Vučić a nié les accusations portées contre lui.

La commission électorale nationale a déclaré le Parti progressiste serbe de Vučić vainqueur des élections et a rejeté les plaintes de l’opposition. La Cour constitutionnelle n’a pas encore statué sur le litige.

Le politicien de l’opposition Radomir Lazovic a déclaré que « c’est une bataille pour nous tous, tout le monde perd avec cela (truquage des votes) ».

Quelque 2 000 personnes ont également défilé vers le siège de la chaîne publique serbe RTS, qu’elles accusent de partialité pro-gouvernementale.

Un homme tient une banderole sur laquelle on peut lire : "L'avenir des étudiants en Serbie" lors d'une manifestation devant le bâtiment de la Cour constitutionnelle de Serbie à Belgrade, en Serbie, le vendredi 26 janvier 2024.
Un homme tient une banderole sur laquelle on peut lire : « L’avenir des étudiants de Serbie » lors d’une manifestation devant le bâtiment de la Cour constitutionnelle de Serbie à Belgrade, en Serbie, le vendredi 26 janvier 2024.

Les observateurs internationaux des élections ont signalé des cas d’achat de voix et de bourrage d’urnes, et ont déclaré que les élections serbes se sont généralement déroulées dans des « conditions injustes ».

Les partis d’opposition et les observateurs électoraux indépendants locaux ont affirmé que des électeurs avaient été transportés en bus à Belgrade pour voter pour le parti au pouvoir après avoir été enregistrés à de fausses adresses.

Des milliers de personnes se sont rassemblées pendant plusieurs jours fin décembre, accusant Vučić d’avoir volé le bulletin de vote. La police a utilisé du gaz poivré et arrêté des dizaines de personnes après que des manifestants aient tenté de pénétrer dans l’hôtel de ville de Belgrade lors d’une des manifestations.

Bien que Vučić affirme vouloir amener la Serbie à devenir membre de l’Union européenne – pour laquelle elle est candidate depuis 2012 – les critiques accusent le leader populiste d’imposer une autocratie en prenant le contrôle des grands médias et de toutes les institutions de l’État.

L’UE, pour sa part, a déclaré que la Serbie devait renforcer l’État de droit et les libertés démocratiques afin de devenir membre du bloc des 27 nations.

Laisser un commentaire

19 + 16 =