A woman casts a ballot at a polling station located in the school gymnasium during a presidential election in St. Petersburg, Russia, Friday, March 15, 2024.

Jean Delaunay

Les manifestants défient Poutine alors que le leader se dirige vers une victoire écrasante prévisible

Le président Vladimir Poutine semble prêt à diriger la Russie pendant encore six ans, les sondages à la sortie des urnes pour les élections présidentielles hautement contrôlées montrant, comme on pouvait s’y attendre, une part importante des voix pour le chef du Kremlin.

Les Russes se sont rassemblés dimanche à midi devant les bureaux de vote, le dernier jour de l’élection présidentielle, apparemment en réponse à un appel de l’opposition à protester contre le président Vladimir Poutine lors d’un vote qui ne leur offrait aucune véritable alternative après qu’il ait impitoyablement réprimé toute dissidence.

Peu après la clôture des derniers scrutins en Russie, les premiers résultats ont indiqué la conclusion à laquelle tout le monde s’attendait : Poutine prolongerait pour six ans son emprise sur le pouvoir qui dure depuis près d’un quart de siècle.

Selon la Commission électorale centrale de Russie, Poutine avait obtenu 87,9 % des voix, la moitié des circonscriptions étant comptées, plus tôt dans la soirée.

Les premiers résultats reflètent la nature prédéterminée de l’élection, où Poutine n’a été confronté qu’à la concurrence de trois rivaux symboliques et toute critique publique à son encontre ou à l’égard de sa guerre en Ukraine a été étouffée.

L’ennemi politique le plus féroce de Poutine, Alexei Navalny, est mort dans une prison de l’Arctique le mois dernier, et d’autres critiques sont soit en prison, soit en exil. Outre le peu de choix offert aux électeurs, la surveillance indépendante des élections a été extrêmement limitée.

Alors que les électeurs votaient dimanche, les autorités russes ont déclaré que l’Ukraine avait lancé une nouvelle vague massive d’attaques contre la Russie, tuant deux personnes dans la région de Belgorod, près de la frontière.

Dans un environnement étroitement contrôlé, laissant peu de place à de véritables protestations, les associés de Navalny ont exhorté ceux qui ne sont pas satisfaits de Poutine ou de la guerre à se rendre aux urnes dimanche à midi – et ont fait la queue devant un certain nombre de bureaux de vote en Russie et dans ses ambassades à travers le monde. semblait enfler à ce moment-là.

Les gens tiennent des feuilles en train de lire
Des manifestants brandissent des draps indiquant « assez » lors d’une manifestation dans le centre-ville de Tbilissi, en Géorgie, le dimanche 17 mars 2024.

Parmi ceux qui ont répondu à l’appel se trouvait Ioulia Navalnaya, la veuve de Navalny, qui a rejoint une longue file d’attente à l’ambassade de Russie à Berlin alors que certains dans la foule applaudissaient et scandaient son nom.

Elle a passé plus de cinq heures dans la file d’attente et a déclaré aux journalistes après avoir voté qu’elle avait écrit le nom de son défunt mari sur le bulletin de vote.

Lorsqu’on lui a demandé si elle avait un message pour Poutine, Navalnaya a répondu : « S’il vous plaît, arrêtez de demander des messages de ma part ou de quelqu’un pour M. Poutine. Il ne peut y avoir aucune négociation ni rien avec M. Poutine, car c’est un tueur, un gangster.»

Certains Russes attendant de voter à Moscou et à Saint-Pétersbourg ont déclaré à l’Associated Press qu’ils participaient à la manifestation, mais il n’a pas été possible de confirmer si tous ceux qui faisaient la queue le faisaient.

Laisser un commentaire

trois × 2 =