Les législateurs russes adoptent un projet de loi interdisant le changement de genre dans un nouveau coup porté aux droits LGBTQ+

Jean Delaunay

Les législateurs russes adoptent un projet de loi interdisant le changement de genre dans un nouveau coup porté aux droits LGBTQ+

Les législateurs russes ont adopté un projet de loi interdisant le changement de genre dans ce qui est considéré comme un nouveau coup porté aux droits LGBTQ+.

Les législateurs de la chambre basse du Parlement russe ont adopté à l’unanimité un projet de loi interdisant de changer de sexe légalement ou médicalement, dans le cadre d’une nouvelle répression des droits LGBTQ + sous le président Vladimir Poutine.

La version renforcée du projet de loi interdit toute intervention médicale visant à changer le sexe d’une personne, ainsi que le changement de genre sur les documents officiels et les archives publiques.

En outre, lors de sa deuxième lecture jeudi, des clauses ont été ajoutées qui annulent les mariages dans lesquels une personne a « changé de sexe » et interdisent aux personnes transgenres de devenir des parents adoptifs ou adoptifs.

La seule exception au nouveau projet de loi concernera les interventions médicales pour traiter les anomalies congénitales.

Bien qu’il doive encore être adopté par le Conseil de la Fédération, la chambre haute contrôlée par le Kremlin russe, le feu vert de la Douma garantit pratiquement l’adoption définitive du projet de loi.

Son approbation est considérée comme faisant partie de la croisade du Kremlin pour protéger ce qu’il considère comme les « valeurs traditionnelles » du pays, Poutine répétant à plusieurs reprises que l’acceptation par l’Occident des modes de vie LGBTQ+ est la preuve d’une décadence morale.

« Nous sommes le seul pays européen qui contrecarre maintenant ce qui se passe aux États-Unis et en Europe. Et nous faisons tout pour protéger la famille et les valeurs traditionnelles », a déclaré le président de la Douma d’État russe, Vyacheslav Volodine.

S’exprimant lors du vote, il a ajouté qu’il pensait qu’il n’y aurait pas d’avenir si la Russie n’interdisait pas le changement de sexe.

« Quand quelqu’un change de sexe simplement parce qu’il se réveille le matin et pense qu’il n’est plus un garçon, mais une fille. C’est ça qu’il faut arrêter, parce que sans famille, sans avoir d’enfants, il n’y a pas d’avenir », a-t-il dit.

Le projet de loi a secoué la communauté transgenre du pays et a suscité des critiques non seulement de la part des défenseurs des droits LGBTQ +, mais également du personnel médical.

Ils ont averti que l’interdiction créera un marché noir pour les substituts hormonaux et conduira à une augmentation des tentatives de suicide chez les jeunes incapables d’accéder aux soins médicaux.

La répression contre les personnes LGBTQ+ a commencé il y a dix ans lorsque Poutine a déclaré pour la première fois se concentrer sur les « valeurs familiales traditionnelles », une décision ardemment soutenue par l’Église orthodoxe russe.

En 2013, le Kremlin a adopté la première législation restreignant les droits LGBTQ+, connue sous le nom de loi sur la « propagande gay », qui interdisait toute approbation publique des « relations sexuelles non traditionnelles » entre mineurs.

En 2020, Poutine a fait adopter une réforme constitutionnelle interdisant le mariage homosexuel.

Laisser un commentaire

quatre × un =