A woman casts her vote during the presidential election at a polling station inside the Iranian embassy in Baghdad, Iraq, Friday, June 28, 2024.

Jean Delaunay

Les Iraniens commencent à voter pour remplacer le président tué dans un accident d’hélicoptère

Ebrahim Raisi, 63 ans, est décédé dans l’accident d’hélicoptère du 19 mai qui a également tué le ministre des Affaires étrangères du pays et d’autres personnes.

Les Iraniens ont voté vendredi lors d’élections anticipées pour remplacer le défunt président Ebrahim Raisi, tué dans un accident d’hélicoptère le mois dernier, alors que l’apathie du public est devenue omniprésente dans la République islamique après des années de difficultés économiques, de manifestations de masse et de tensions au Moyen-Orient.

Les électeurs doivent choisir entre des candidats radicaux et un homme politique peu connu, membre du mouvement réformiste iranien qui cherche à changer de l’intérieur la théocratie chiite. Comme c’est le cas depuis la révolution islamique de 1979, les femmes et ceux qui réclament un changement radical sont exclus du scrutin, et le scrutin lui-même ne sera pas supervisé par des observateurs reconnus au niveau international.

Le vote intervient alors que les tensions au Moyen-Orient se sont intensifiées autour de la guerre entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza. En avril, l’Iran a lancé sa première attaque directe contre Israël à cause de la guerre à Gaza, tandis que les milices armées par Téhéran dans la région, comme le Hezbollah libanais et les rebelles houthis du Yémen, sont engagées dans les combats et ont intensifié leurs attaques.

Pendant ce temps, l’Iran continue d’enrichir de l’uranium à des niveaux proches de ceux de la fabrication d’armes nucléaires et conserve un stock suffisamment important pour fabriquer – s’il le souhaite – plusieurs armes nucléaires.

Alors que le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, âgé de 85 ans, a le dernier mot sur toutes les questions d’État, les présidents peuvent orienter la politique du pays vers la confrontation ou la négociation avec l’Occident.

Une participation électorale record

Compte tenu du taux de participation record aux dernières élections, on ne sait toujours pas exactement combien d’Iraniens participeront au scrutin de vendredi.

Le ministre de l’Intérieur Ahmad Vahidi, chargé de superviser les élections, a annoncé que tous les bureaux de vote avaient ouvert à 8 heures du matin, heure locale. Khamenei a émis l’un des premiers votes de l’élection, appelant le public à participer.

« La participation des citoyens avec enthousiasme et un nombre plus élevé d’électeurs sont un besoin évident pour la République islamique », a déclaré Khamenei.

La télévision d’État a ensuite diffusé des images de bureaux de vote à travers le pays avec des lignes modestes.

Les partisans du président du Parlement iranien, Mohammad Bagher Qalibaf, le candidat de la ligne dure le plus en vue pour l'élection présidentielle, assistent à son rassemblement de campagne à Téhéran.
Les partisans du président du parlement iranien Mohammad Bagher Qalibaf, le principal candidat de la ligne dure à l’élection présidentielle, assistent à son rassemblement de campagne à Téhéran.

Les analystes décrivent globalement la course comme une compétition à trois. Il y a deux partisans de la ligne dure, l’ancien négociateur nucléaire Saeed Jalili et le président du Parlement, Mohammad Bagher Qalibaf. Un religieux chiite, Mostafa Pourmohammadi, est également resté dans la course malgré de mauvais sondages.

Il y a ensuite le candidat réformiste Masoud Pezeshkian, qui s’est allié à des personnalités telles que l’ancien président Hassan Rohani, sous l’administration duquel Téhéran a conclu l’accord nucléaire historique de 2015 avec les puissances mondiales.

L’accord nucléaire a fini par s’effondrer et les partisans de la ligne dure sont revenus fermement aux commandes.

Une participation plus élevée pourrait augmenter les chances de Pezeshkian, un chirurgien cardiaque de 69 ans qui souhaite un retour à l’accord atomique et de meilleures relations avec l’Occident.

Mais il reste à savoir si Pezeshkian parviendra à obtenir l’élan nécessaire pour attirer les électeurs aux urnes. Des appels au boycott ont été lancés, notamment de la part de Narges Mohammadi, lauréat du prix Nobel de la paix emprisonné. Pendant ce temps, Khamenei a déjà lancé un avertissement à peine voilé à Pezeshkian et à ses alliés concernant leur désir de tendre la main à l’Amérique.

Ce qu’il faut savoir sur les élections

Plus de 61 millions d’Iraniens de plus de 18 ans ont le droit de voter, dont environ 18 millions ont entre 18 et 30 ans.

La loi iranienne exige que le vainqueur obtienne plus de 50 % des voix. Dans le cas contraire, les deux candidats arrivés en tête de la course se qualifieront pour un second tour une semaine plus tard.

Le général Raïssi, 63 ans, est décédé le 19 mai dans le crash de son hélicoptère, qui a également coûté la vie au ministre des Affaires étrangères du pays et à d’autres personnes. Il était considéré comme un protégé de Khamenei et un successeur potentiel au poste de guide suprême.

Pourtant, beaucoup le connaissaient pour son implication dans les exécutions de masse perpétrées en Iran en 1988, et pour son rôle dans la répression sanglante de la dissidence qui a suivi les manifestations contre la mort en 2022 de Mahsa Amini, une jeune femme arrêtée par la police pour avoir prétendument porté de manière inappropriée le foulard obligatoire, ou hijab.

Laisser un commentaire

neuf + 19 =