Roberto Viola is Director General of the European Commission

Jean Delaunay

Les investissements dans la cybersécurité doivent être doublés au cours du prochain mandat, déclare un responsable européen

La commission a prévu 214 millions d’euros pour la cybersécurité pour 2024.

Les investissements dans la cybersécurité devront être doublés sous le prochain mandat de la Commission européenne afin de garantir la résilience du bloc face aux contre-attaques, a déclaré aujourd’hui (19 mars) un haut responsable de l’UE.

L’importance de développer le discours sur la cybersécurité après les élections européennes de juin, lorsque le nouvel exécutif prendra ses fonctions, a été soulignée par Roberto Viola, directeur général de l’unité numérique de la commission, lors d’une conférence à Bruxelles. « L’Europe connaît moins d’attaques contre rançon que d’autres régions, mais nous devons investir dans la cybersécurité. Nous devons au minimum doubler nos investissements », a déclaré Viola.

En décembre, la commission a réservé 214 millions d’euros pour 2024 à la cybersécurité, afin d’améliorer la résilience collective de l’Union face aux cybermenaces. Les actions financées par ce programme de travail seront mises en œuvre par le Centre européen de compétences en cybersécurité, basé à Bucarest.

Au cours du mandat de la commission Von der Leyen, une série de propositions en matière de cybersécurité ont été avancées, notamment une mise à jour de la directive sur la sécurité des réseaux et de l’information (NIS2) et une loi sur la cyber-résilience récemment approuvée.

En outre, les législateurs et les gouvernements nationaux ont soutenu ce mois-ci (5 mars) des mesures visant à améliorer les réponses collectives aux cybermenaces en mettant en place une infrastructure à l’échelle de l’UE avec des cyberhubs dans tout le bloc.

Des menaces

S’exprimant lors du même événement organisé par Forum Europe, Despina Spanou, chef de cabinet du commissaire européen à la sécurité, Margaritis Schinas, a déclaré que dans le cadre du prochain mandat de la commission, l’accent devra être mis sur la mise en œuvre.

« Il reste encore beaucoup à faire en termes de nouvelle législation, mais nous avons du mal à la mettre en œuvre. NIS 2 est déjà immense, et la Cyber ​​Resilience Act est également exigeante », a-t-elle déclaré.

Les 27 États membres de l’UE ont jusqu’au 17 octobre de cette année pour transposer le NIS2 dans leur droit national. Les règles visent à protéger les infrastructures critiques, telles que les infrastructures énergétiques, de transport, bancaires, d’eau et numériques.

Florian Pennings, directeur de la politique européenne de cybersécurité de Microsoft, qui a également pris la parole lors de la conférence, a déclaré que les menaces augmentaient. Selon les données recueillies par son entreprise, 70 % des organisations ciblées par des cyberattaques comptent moins de 500 salariés. Il a ajouté que les solutions basées sur l’IA aideront à prendre des décisions plus rapidement.

Laisser un commentaire

4 × quatre =