Les guerres culturelles font rage avant les élections espagnoles alors que l'extrême droite Vox cible les droits des homosexuels et des femmes

Jean Delaunay

Les guerres culturelles font rage avant les élections espagnoles alors que l’extrême droite Vox cible les droits des homosexuels et des femmes

Vox pourrait faire partie du gouvernement national après les élections du 23 juillet. Certaines décisions que le parti a prises au niveau régional ont déjà été condamnées.

Le drapeau arc-en-ciel a occupé le devant de la scène dans la campagne électorale espagnole de plus en plus amère.

Le parti d’extrême droite Vox a insisté pour que le symbole du mouvement LGBT soit retiré des bureaux de l’autorité régionale des îles Baléares, provoquant une réaction dans tout le pays.

Le drapeau était également dans le fil croisé d’autres autorités locales où Vox a conclu un accord pour gouverner en alliance avec le Parti populaire (PP) conservateur modéré, après que la droite a remporté des victoires convaincantes aux élections locales de mai.

Cela fait partie d’une guerre culturelle qui a éclaté sur la scène politique espagnole déjà polarisée avant les élections anticipées du 23 juillet.

Vox, un mouvement nationaliste-populiste un peu comme les Frères d’Italie, le Fidesz en Hongrie et le parti Droit et Justice en Pologne, était dans le désert politique il y a cinq ans, mais il est maintenant le troisième plus grand parti au parlement espagnol et pourrait jouer faiseur de rois après les élections du mois prochain si, comme le suggèrent une série de sondages, le PP remporte le plus de voix.

Les critiques citent les droits des homosexuels et des femmes parmi les cibles de Vox et disent qu’il s’oppose également au lobby trans, aux migrants illégaux et à l’islam.

« Ce parti n’est pas seulement une menace pour les féministes, mais aussi pour le collectif LGBT et les immigrés », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Patricia Aranguren, de la Commission 8M à Madrid, qui porte le nom de la célébration de la Journée internationale de la femme.

« Nous sommes déterminés à ne laisser aucune des choses pour lesquelles nous avons travaillé si dur s’ils arrivent au pouvoir. »

Violence intrafamiliale vs violence domestique

Le parti d’extrême droite aimerait mettre fin au mariage homosexuel car Vox pense que seul le mariage entre hommes et femmes est « naturel », mais ils admettent que le partenariat civil est autorisé. Vox interdirait également l’adoption par les couples homosexuels.

Cependant, Santiago Abascal, le leader de Vox, a déclaré samedi lors d’un rassemblement à Barcelone que son parti soutenait les droits des homosexuels.

« La Cour suprême n’autorise aucun drapeau non officiel (à flotter) sur les bâtiments publics et de nombreux homosexuels, qui votent pour nous, se sentent représentés par ce drapeau (espagnol) qui les respecte, celui de l’Espagne, celui de nous tous », a-t-il déclaré. .

La lutte contre les violences conjugales a également figuré en bonne place dans la campagne électorale.

À Valence, où le PP conservateur partagera le pouvoir avec Vox, les autorités régionales ont changé la définition de la violence domestique en violence « intrafamiliale ».

Les deux parties ont promis des mesures pour lutter contre « les violences intrafamiliales, notamment celles subies par les femmes et les enfants, en garantissant l’égalité entre toutes les victimes ».

Vox soutient que les hommes et les femmes peuvent être victimes de violence domestique, mais les statistiques officielles montrent que la plupart des victimes sont des femmes. En 2022, il y a eu 41 321 incidents de violence domestique, dont 37 593 concernaient des femmes et dans 3 495 cas, les victimes étaient des hommes, selon les chiffres du gouvernement.

Une ligne difficile à suivre pour PP

Le Parti populaire (PP) conservateur espagnol et Vox, un partenaire potentiel de la coalition, gagneraient encore suffisamment de sièges pour former un gouvernement mais ont perdu du terrain face aux socialistes au pouvoir, selon deux sondages publiés lundi.

Alberto Núñez Feijóo, le chef du PP, a toujours déclaré qu’il chercherait à obtenir la majorité absolue, mais les sondages suggèrent que son parti n’atteindra pas les chiffres requis.

Le leader du PP, qui se présente comme un modéré, a dû suivre une ligne prudente avec Vox.

A Valence, un dirigeant local du PP a affirmé que « la violence domestique n’existe pas », forçant Núñez Feijóo à intervenir, affirmant que son parti « ne reculerait pas d’un pas dans la lutte contre ce problème ».

La querelle déclenchée par la violence domestique à Valence a jeté le PP dans un dilemme ; il ne voulait pas détruire un accord avec Vox mais savait qu’il pourrait aliéner les électeurs s’il ne montrait pas son soutien aux femmes.

En Estrémadure, une région occidentale, le PP a été confronté à un dilemme similaire.

Dans un premier temps, la dirigeante du PP, Maria Guardiola, a juré qu’elle ne pourrait pas faire face à un parti qui « nie la violence machiste, qui déshumanise les immigrés, qui jette le drapeau LGBT à la poubelle ». Peu de temps après, elle a déclaré que son parti n’avait d’autre choix que de conclure un accord avec Vox pour gouverner.

« Nous assistons à une régression »

Les droits des trans pourraient également être menacés si un gouvernement de coalition de droite arrive au pouvoir.

En février, l’Espagne est devenue l’un des premiers pays d’Europe à autoriser l’autodétermination sexuelle à partir de 16 ans sans nécessiter d’évaluation psychologique ou médicale.

Vox et PP ont tous deux menacé d’abroger cette loi, lançant une contestation judiciaire devant la Cour constitutionnelle.

Dans le même temps, le PP a illuminé son siège aux couleurs arc-en-ciel du mouvement LGBT pour marquer la Madrid Pride la semaine dernière.

Les militants du lobby LGBT ont déclaré que les événements en Espagne faisaient partie d’une attaque à l’échelle européenne contre les droits qui avait mis des décennies à gagner.

« La situation en Espagne devient de plus en plus alarmante. Nous assistons à une régression des droits pour lesquels nous nous battons depuis longtemps », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Luis Fernando, coordinateur général d’Arcopolis, un groupe basé à Madrid.

« Nous avons l’impression que ce ne sont pas seulement les partis d’extrême droite mais une partie de la société en général qui les soutient. Vox n’est que le symptôme d’une situation de LGBT-phobie. Derrière eux, il y a des gens qui les soutiennent.

Laisser un commentaire

dix + 5 =