Protesters hold banners during a rally in Athens, Greece, Wednesday, April 17, 2024.

Jean Delaunay

Les Grecs protestataires manifestent leur colère face au chômage et aux bas salaires

Des milliers de personnes ont manifesté à Athènes et à Thessalonique contre la hausse du chômage et du coût de la vie.

Les grèves déclenchées mercredi par le plus grand syndicat grec ont interrompu les ferries, perturbé les services de transports publics et laissé certains hôpitaux publics fonctionner avec des effectifs d’urgence à Athènes et ailleurs.

La Confédération générale du travail grec, GSEE, a mené les grèves pour exiger le rétablissement des droits de négociation collective qui ont été supprimés il y a plus de dix ans lors d’une grave crise financière.

Le chômage a atteint un niveau record de plus de 27 % en 2013 et a diminué depuis. Il a toutefois grimpé jusqu’à 11 % en février, son plus haut niveau depuis août 2023 selon l’office statistique de l’Union européenne, Eurostat.

A Athènes, la manifestante Nancy Rizou a déclaré que même si de nouveaux emplois ont été créés, les salaires sont trop bas. Selon elle, il est difficile de trouver des emplois mieux rémunérés.

«Je travaille six heures par jour, six jours par semaine. Je suis considéré comme un employé à temps partiel et je reçois le salaire minimum. Cela représente 605 euros nets par mois.

Un autre manifestant, Stelios Daskas, qui travaille comme agent de sécurité depuis 20 ans, a déclaré qu’il avait dû intenter une action en justice contre son employeur pour non-paiement des heures supplémentaires et des pénalités de week-end.

« Maintenant, je gagne 850 euros par mois, après une longue bataille juridique dans laquelle je n’ai pas été pleinement justifié », a-t-il déclaré.

« Pour joindre les deux bouts, soit nous sommes obligés de trouver un deuxième emploi, soit nous devons nous serrer la ceinture, mais jusqu’où pouvez-vous faire cela ? Qu’y a-t-il d’autre à couper ? Vous privez des choses de vos enfants ou de vous-même.

Le retour

La Grèce a retrouvé une croissance économique robuste et une notation d’obligations souveraines de qualité investissement après une série de plans de sauvetage internationaux et une grave récession lors de la crise budgétaire de 2010-2018.

Mais les syndicats affirment que de nombreux droits du travail supprimés à titre temporaire au cours de ces années n’ont pas été rétablis. Depuis la crise, le salaire minimum grec est fixé par le gouvernement, et non plus par le biais de négociations entre syndicats et employeurs comme auparavant.

Dimitris Tachmatzidis, vice-président de la GSEE, a déclaré que les conventions collectives donnaient aux travailleurs et aux employés le droit de demander de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.

« Dans l’Union européenne à 27, 86 % de la population active est couverte par une convention collective. En Grèce, ce chiffre ne représente que 24 % des travailleurs du secteur privé », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

treize + 2 =