Displaced Palestinians inspect their tents destroyed by Israel

Milos Schmidt

Les frappes israéliennes sur des camps de tentes près de Rafah tuent au moins 25 personnes et en blessent 50

Les lieux des attaques se trouvaient juste à l’extérieur d’une zone de sécurité désignée par Israël.

Les forces israéliennes ont bombardé vendredi des camps de tentes pour Palestiniens déplacés au nord de Rafah, tuant au moins 25 personnes et en blessant 50 autres selon le ministère de la Santé de Gaza et les secouristes, lors de la dernière attaque meurtrière dans le petit territoire palestinien où des centaines de milliers de personnes ont fui les combats entre Israël et le Hamas.

Selon Ahmed Radwan, porte-parole des premiers intervenants de la Défense civile à Rafah, des témoins ont parlé aux secouristes des bombardements sur deux sites d’une zone côtière remplie de tentes. Le ministère de la Santé a fait état du nombre de personnes tuées et blessées lors de ces attaques.

Les lieux des attaques fournis par la Défense civile se trouvaient juste à l’extérieur d’une zone de sécurité désignée par Israël. L’armée israélienne a déclaré qu’elle enquêtait sur les frappes aux coordonnées indiquées. Israël a déjà bombardé des sites à proximité de la « zone humanitaire » à Muwasi, une zone rurale de la côte méditerranéenne qui s’est remplie de camps de tentes tentaculaires ces derniers mois.

Ces frappes ont eu lieu alors qu’Israël poursuivait son opération militaire à Rafah, où plus d’un million de Palestiniens ont trouvé refuge pour fuir les combats ailleurs dans la bande de Gaza. La plupart ont maintenant fui Rafah, mais les Nations Unies affirment qu’aucun endroit à Gaza n’est sûr et que les conditions humanitaires sont désastreuses alors que les familles s’abritent dans des tentes et des appartements exigus sans nourriture, eau ou fournitures médicales adéquates.

Les frappes de vendredi ont eu lieu moins d’un mois après qu’un bombardement israélien a déclenché un incendie meurtrier qui a ravagé un camp de Palestiniens déplacés dans le sud de Gaza, provoquant une indignation internationale généralisée – y compris de la part de certains des alliés les plus proches d’Israël – face à l’offensive militaire croissante sur Rafah.

Israël affirme qu’il cible les combattants et les infrastructures du Hamas et qu’il tente de minimiser les morts civiles. Il impute le grand nombre de victimes civiles aux militants et explique que c’est parce qu’ils opèrent au sein de la population.

Alors que la guerre d’Israël contre le Hamas en est à son neuvième mois, les critiques internationales se multiplient concernant la campagne israélienne de destruction systématique de Gaza, au prix d’un coût énorme en vies civiles. Le plus haut tribunal des Nations Unies a conclu qu’il existe un « risque plausible de génocide » à Gaza – une accusation qu’Israël nie fermement.

Les offensives terrestres et les bombardements israéliens ont tué plus de 37 100 personnes à Gaza, selon le ministère de la Santé du territoire, qui ne fait pas de distinction entre combattants et civils dans son décompte.

Israël a lancé la guerre après l’attaque du Hamas du 7 octobre, au cours de laquelle des militants ont fait irruption dans le sud d’Israël, tuant quelque 1 200 personnes – pour la plupart des civils – et en enlevant environ 250.

Laisser un commentaire

seize + quatorze =