Israeli soldiers in a tank near the Israeli-Gaza border.

Jean Delaunay

Les forces israéliennes pénètrent de plus en plus profondément dans la ville de Gaza, tandis que le Hamas met en garde contre une escalade menaçant les négociations de cessez-le-feu

Les espoirs d’un nouvel accord visant à mettre un terme au conflit pourraient être anéantis par une nouvelle escalade.

Les forces israéliennes ont progressé lundi plus profondément dans la plus grande ville de la bande de Gaza à la poursuite de militants qui, selon elles, s’y seraient regroupés, forçant des milliers de Palestiniens à fuir une zone ravagée au cours des premières semaines de la guerre qui dure depuis neuf mois.

Le Hamas a averti que les derniers raids et déplacements dans la ville de Gaza pourraient conduire à l’échec des négociations de longue date sur un cessez-le-feu et la libération des otages, créant un revers potentiel après des informations selon lesquelles les deux parties semblent avoir réduit les écarts entre elles.

L’armée a ordonné des évacuations avant les derniers raids, mais les Palestiniens affirment qu’ils ne se sentent en sécurité nulle part. La plupart des 2,3 millions d’habitants ont été déplacés, souvent à plusieurs reprises. Des centaines de milliers de personnes sont entassées dans des camps de tentes étouffants.

Israël a ordonné l’évacuation du nord de Gaza dans les premières semaines de la guerre et a empêché la plupart des habitants d’y retourner. Des centaines de milliers de Palestiniens vivent toujours dans des abris ou dans des maisons détruites.

« Nous avons fui dans l’obscurité sous des bombardements violents », a déclaré Sayeda Abdel-Baki, une mère de trois enfants qui s’est réfugiée chez des proches dans le quartier de Daraj. « C’est mon cinquième déplacement. »

Les habitants ont fait état de tirs d’artillerie et de chars, ainsi que de frappes aériennes. Le ministère de la Santé de Gaza, qui a un accès limité au nord, n’a pas immédiatement fait état de victimes. Le ministère dirigé par le Hamas affirme que quelque 38 000 personnes au total ont été tuées par la campagne israélienne, sans toutefois faire de distinction entre civils et combattants.

Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes sur le camp de réfugiés de Jabaliya, à la périphérie de la ville de Gaza, peu après le début de l'offensive israélienne en octobre 2023.
Des Palestiniens inspectent les dégâts causés par les frappes aériennes israéliennes sur le camp de réfugiés de Jabaliya, à la périphérie de la ville de Gaza, peu après le début de l’offensive israélienne en octobre 2023.

Israël a émis des ordres d’évacuation supplémentaires pour d’autres quartiers du centre de la ville de Gaza. L’armée a déclaré disposer de renseignements montrant que des militants du Hamas et du Jihad islamique se trouvaient dans la zone et a appelé les habitants à se diriger vers le sud, vers la ville de Deir al-Balah.

Israël accuse le Hamas et d’autres militants de se cacher parmi les civils. A Shijaiyah, un quartier de la ville de Gaza qui a été le théâtre de plusieurs semaines de combats, l’armée a déclaré que des troupes avaient attaqué et détruit des écoles et une clinique qui avaient été transformées en camps pour les militants.

Obstacles à un accord

Israël et le Hamas semblent être plus près que jamais depuis des mois d’un accord de cessez-le-feu qui mettrait fin aux combats en échange de la libération de dizaines d’otages capturés par le Hamas lors des attaques du 7 octobre qui ont déclenché la guerre.

Le directeur de la CIA, William Burns, est retourné lundi dans la région pour des entretiens au Caire, selon la chaîne de télévision publique égyptienne Qahera, proche des services de sécurité. Une délégation israélienne se rend également dans la capitale égyptienne, ont rapporté les médias israéliens.

Mais des obstacles subsistent, même après que le Hamas a accepté de renoncer à sa principale exigence, à savoir qu’Israël s’engage à mettre un terme à la guerre de manière permanente dans le cadre d’un éventuel accord. Des responsables ont déclaré à l’Associated Press que ce changement de cap était en partie dû au niveau de destruction causé par l’offensive israélienne.

Yahya Sinwar, chef du Hamas à Gaza.
Yahya Sinwar, chef du Hamas à Gaza.

Le Hamas souhaite toujours que les médiateurs garantissent que les négociations aboutissent à un cessez-le-feu permanent, selon deux responsables au courant des pourparlers. Le projet actuel prévoit que les médiateurs – les États-Unis, le Qatar et l’Égypte – « feront de leur mieux » pour garantir que les négociations aboutissent à un accord visant à mettre fin à la guerre.

Pendant ce temps, Israël a refusé d’accepter tout accord qui l’obligerait à mettre fin à la guerre tout en laissant le Hamas intact.

Le Hamas a déclaré lundi qu’il « offrait flexibilité et positivité » pour faciliter un accord, tout en accusant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de « mettre davantage d’obstacles sur la voie des négociations ».

Dans le même temps, le principal dirigeant politique du Hamas, Ismail Haniyeh, a mis en garde les médiateurs contre des « conséquences catastrophiques » si Israël poursuivait ses opérations dans la ville de Gaza, affirmant que Netanyahu et l’armée assumeraient « l’entière responsabilité » de l’échec des pourparlers, a déclaré le groupe dans un communiqué ultérieur.

Les deux responsables ont également déclaré que le Hamas ne parvenait pas à choisir les prisonniers de haut rang détenus par Israël qu’il souhaite libérer en échange d’otages. Certains prisonniers ont été condamnés pour avoir tué des Israéliens, et Israël ne veut pas que le Hamas décide qui sera libéré.

Laisser un commentaire

10 + 18 =