Les forces israéliennes « détruisent » des parties du principal hôpital de Gaza

Jean Delaunay

Les forces israéliennes « détruisent » des parties du principal hôpital de Gaza

Al-Shifa est devenu un symbole des souffrances généralisées des civils palestiniens pendant la guerre entre Israël et le Hamas.

L’armée israélienne a intensifié vendredi sa chasse aux cachettes présumées du Hamas cachées dans le plus grand hôpital de Gaza.

Les autorités palestiniennes ont affirmé que les soldats israéliens avaient désormais « détruit » plusieurs services de l’hôpital al-Shifa, un immense établissement médical de la ville de Gaza.

Mercredi, les troupes et les chars israéliens ont attaqué le site où des milliers de patients gravement malades, de nouveau-nés et de civils déplacés sont piégés, sans eau ni électricité.

Leur état désastreux a suscité des appels urgents de la communauté internationale pour qu’Israël fasse preuve de retenue. Selon l’ONU, 2 300 personnes sont actuellement hospitalisées.

Le directeur de l’hôpital Al-Shifa, Muhammad Abu Salmiya, a déclaré hier soir que l’établissement était à court d’oxygène et d’eau, et que les patients « criaient de soif ».

Les chars israéliens encerclaient l’hôpital, a-t-il déclaré. Des drones survolaient le complexe et les troupes israéliennes se déplaçaient toujours à l’intérieur, fouillant le complexe jeudi soir.

L’armée israélienne a affirmé que ses opérations se déroulaient de « manière discrète, méthodique et approfondie ».

Mais un journaliste coincé à l’intérieur de l’hôpital a déclaré par téléphone à la BBC que les troupes israéliennes étaient « partout, tirant dans toutes les directions ».

Depuis plusieurs jours, Israël resserre son emprise sur la ville de Gaza, notamment sur ses hôpitaux.

Il accuse le Hamas de les utiliser comme bases et de traiter les malades comme des « boucliers humains ».

Le droit international oblige les militaires à faire la distinction entre les combattants et les civils qui doivent être protégés, tandis que certains observateurs affirment qu’Israël utilise la notion de « boucliers humains » pour détourner la responsabilité des nombreuses pertes civiles.

« Nous nous concentrons sur ce qui se trouve sous terre, y compris dans les hôpitaux. Ainsi, nos soldats ont découvert l’entrée d’un tunnel à l’hôpital al-Shifa et les ingénieurs militaires travaillent actuellement à creuser l’infrastructure sur place », a déclaré jeudi soir le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari.

Israël affirme que le centre médical abrite des infrastructures stratégiques du Hamas, notamment des tunnels creusés sous le complexe. Le Hamas et le personnel hospitalier le nient.

Laisser un commentaire

dix-huit + 5 =