This photo released by Ecuador

Jean Delaunay

Les forces armées équatoriennes effectuent des descentes dans les prisons pour tenter de mettre fin à la violence des gangs

Soldats et policiers sont intervenus dimanche dans plusieurs prisons d’Équateur pour rechercher des armes, des munitions et des explosifs et pour rétablir l’ordre dans un contexte de violence sans précédent dans le pays.

Des milliers de militaires et de policiers ont effectué dimanche une descente dans plusieurs prisons de l’Équateur à la recherche d’armes, de munitions et d’explosifs et pour rétablir l’ordre après une semaine d’incidents et de détentions de plus d’une centaine de responsables, dans un contexte de spirale de violence sans précédent dans ce pays andin.

Cette opération intervient au lendemain de l’annonce par le président Daniel Noboa et l’organisme officiel qui contrôle les prisons de la libération de près de 170 agents pénitentiaires et personnels administratifs détenus par les détenus depuis six jours.

Un surveillant pénitentiaire est décédé dans le sud du pays.

Quelque 1 100 membres en uniforme du bloc de sécurité, composé de forces armées et de police, sont intervenus tôt le matin dans la prison de la ville côtière d’Esmeraldas, au nord de l’Équateur et l’une des plus dangereuses, la institution militaire a rapporté le réseau social X, anciennement Twitter.

Les images diffusées par les forces armées montrent plus d’un millier de détenus de la prison allongés face contre terre, les mains jointes derrière le dos, alors qu’ils sont gardés dans une cour par des agents.

Le contrôle est soutenu depuis les airs par un survol en hélicoptère.

Alors que l’opération se poursuivait, il a été signalé que des explosifs, des appareils électriques et de l’alcool avaient été saisis.

L’opération a été reproduite dans d’autres prisons comme à Cuenca, dans le sud du pays, où se trouve l’une des plus grandes prisons et où « le contrôle total a été repris », précise le message.

Pendant ce temps, à Machala, la ville côtière où un gardien de prison est mort la veille dans une fusillade entre les forces de sécurité et les détenus, un contingent de sécurité composé de 800 policiers et militaires est entré avec des chars aux petites heures du matin.

Là, les prisonniers sont restés en sous-vêtements, assis dos au mur d’une cour où un grand loup est exposé en fresque murale.

Des armes longues ont été saisies dans le centre, dont le nombre n’a pas été précisé.

L’Équateur a été déclaré mardi en conflit armé interne par un décret publié par le président Noboa, dans lequel il a qualifié de « terroristes » plus de 20 groupes criminels opérant dans le pays.

La vague de violence a commencé il y a une semaine avec la disparition d’une prison de Guayaquil du baron de la drogue Adolfo Macias, alias Fito, leader de Los Choneros, lié au cartel mexicain de Sinaloa.

Après cela, et avec la déclaration de l’état d’urgence, une spirale de violence s’est déclenchée qui a mis les Équatoriens en haleine.

Détonations d’engins explosifs sur des ponts et des véhicules, incendies criminels, émeutes, enlèvements, détentions et prise de contrôle d’une chaîne de télévision en direct sont autant d’actes d’une violence sans précédent dans ce pays andin.

L’état d’urgence a jusqu’à présent donné lieu à 1.105 arrestations, dont 94 pour « terrorisme », et au démantèlement de 28 groupes criminels, selon le dernier rapport du gouvernement.

Cinq membres de gangs ont été tués, mais on ne sait pas s’ils font partie des 14 morts signalés dans la région de Guayaquil.

Aucun bilan national des morts n’a été publié au cours de la semaine dernière.

Les autorités équatoriennes ont reconnu que le système pénitentiaire est l’un des principaux axes de la crise d’insécurité à laquelle est confronté le pays.

Depuis 2021, plus d’une douzaine de massacres entre gangs en prison ont fait environ 450 morts.

Selon la version officielle, toutes sortes de crimes tels que meurtres, assassinats, extorsion et autres sont commis à partir de ces centres.

Laisser un commentaire

4 × deux =