Ukrainian women protesting on the streets of Kyiv.

Jean Delaunay

Les femmes ukrainiennes se mobilisent contre le projet de loi controversé sur la mobilisation

Les familles des soldats ukrainiens réclament un service militaire plus court et davantage de rotations pour les troupes sur la ligne de front alors que la guerre en Russie se poursuit.

Les législateurs ukrainiens ont donné mercredi leur premier feu vert à un projet de loi de mobilisation récemment révisé, malgré les appels croissants pour que ses termes controversés soient modifiés.

Le projet de loi a divisé la nation et est en cours d’adoption au Parlement alors que l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie entre dans sa troisième année.

La législation vise à réprimer ceux qui échappent au service militaire et mettra fin aux expulsions des Ukrainiens souffrant de handicaps mineurs.

Même si d’autres modifications devraient être apportées au projet de loi dans les semaines à venir, celui-ci a déjà suscité une forte réaction du public.

« J’ai un fils. Il a trois ans. Son père a été absent pendant la majeure partie de sa vie. Et cela a des conséquences sur lui. Il ne s’agit pas d’arrêter la guerre. Il s’agit plutôt de permettre aux gars de remplir leurs devoirs civiques », Taiisia, l’épouse d’un soldat ukrainien, qui a participé à une manifestation à Kiev contre le projet de loi plus tôt cette semaine, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Comme tout autre citoyen de notre pays, les gars devraient avoir non seulement des devoirs, mais aussi des droits », a-t-elle ajouté.

Un soldat de la 12e Brigade des Forces Spéciales Azov de la Garde Nationale se prépare à tirer avec un canon automoteur de 155 mm M109 Paladin, vers des positions russes, le 28 janvier 2024.
Un soldat de la 12e Brigade des Forces Spéciales Azov de la Garde Nationale se prépare à tirer avec un canon automoteur de 155 mm M109 Paladin, vers des positions russes, le 28 janvier 2024.

Les manifestants exigent que le service militaire soit réduit à 18 mois, mais le gouvernement envisage une clause qui obligerait les soldats à servir pendant 36 mois consécutifs avant d’être démobilisés.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a annoncé en décembre que ses chefs d’armée auraient besoin de 500 000 hommes supplémentaires pour renforcer les effectifs et venir en aide à ceux qui sont en première ligne depuis déjà deux ans.

Afin d’augmenter le nombre de recrues éligibles, le gouvernement envisage d’abaisser l’âge de la conscription de 27 à 25 ans. Pour Nina, qui a un petit-fils combattant sur la ligne de front en Ukraine, le gouvernement en demande trop.

« Je suis une grand-mère de soldat. Les gars se battent depuis le premier jour, il n’y a pas de remplaçant pour eux et beaucoup d’entre eux sont morts. Les gars sont épuisés », a-t-elle déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Nous avons besoin de conditions de service claires, de mobilisation et de mandats courts. De plus en plus de gens voudront rejoindre l’armée. Ils sauront qu’ils pourront rentrer chez eux. Ceux qui survivront ne reviendront qu’à la fin de la guerre. « 

Antonina Danylevich, l’épouse d’un soldat ukrainien a également déclaré à L’Observatoire de l’Europe que son fils n’avait eu qu’un total de 30 jours de congé au cours de ses deux dernières années de service.

« Nos hommes doivent être remplacés par d’autres hommes, ils doivent avoir le temps de se reposer. Et puis, s’ils veulent revenir, alors oui. Nous voulons que la guerre continue jusqu’à ce que nous retrouvions les frontières de 1991 », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

14 − un =