Visitors look at cars at the BYD booth during the China Auto Show in Beijing, China in April

Jean Delaunay

Les exportations chinoises de véhicules électriques ralentissent en juin en raison des droits de douane imposés par l’UE

Les exportations chinoises de véhicules à énergie nouvelle (NEV) ont ralenti en juin en raison des nouveaux droits de douane imposés par l’UE sur les importations de véhicules électriques chinois. Toutefois, cet impact pourrait n’être que temporaire, selon les responsables du secteur.

La Chine a signalé un ralentissement du rythme de croissance des exportations de véhicules à énergie nouvelle (VEN) en juin, selon l’Association chinoise des voitures particulières (CPCA).

Les exportations de véhicules à énergie nouvelle de la Chine, y compris les véhicules électriques purs (VE) et les voitures hybrides rechargeables, ont chuté de 15,2 % en juin par rapport à mai, bien qu’elles aient tout de même augmenté de 12,3 % sur un an. Cui Dongshu, secrétaire général de la CPCA, a déclaré que les exportations chinoises de véhicules à énergie nouvelle ont été soumises à une pression temporaire, la croissance des exportations ayant chuté à un peu plus de 10 %, contre une fourchette annuelle précédente de 30 à 40 %. Il a indiqué que les nouveaux tarifs douaniers de l’Union européenne (UE) ont eu un impact significatif sur les exportations.

Selon le rapport de la CPCA, les exportations de véhicules électriques Tesla fabriqués en Chine vers l’UE sont tombées à leur plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2022, lorsque la production de l’usine Tesla de Shanghai a été interrompue en raison des restrictions liées au Covid-19. L’UE est le plus grand marché d’exportation pour les véhicules électriques Tesla fabriqués en Chine, représentant une part de marché de 9,1 % en Europe en janvier, selon EV-volumes.com.

L’UE impose de nouveaux droits de douane sur les importations de véhicules électriques fabriqués en Chine

Vendredi dernier, l’UE a confirmé qu’elle augmenterait les droits de douane jusqu’à 37,6 % sur les importations de véhicules électriques en provenance de Chine, y compris les marques occidentales fabriquées en Chine comme Tesla et même certaines marques européennes. Cette décision a été prise après avoir conclu que les fabricants de véhicules électriques en Chine bénéficiaient de subventions injustes de la part du gouvernement chinois. Les nouveaux droits vont de 17,4 % à 37,6 % et sont entrés en vigueur le 5 juillet. Sur la base des données commerciales pour 2023, chaque augmentation supplémentaire de 10 % des droits de douane ajoutera environ 1 milliard de dollars (920 millions d’euros) de coûts pour les exportateurs chinois de véhicules électriques.

En réponse aux nouveaux tarifs douaniers, certains constructeurs chinois de véhicules électriques ont laissé entendre qu’ils pourraient augmenter leurs prix à l’exportation. Le constructeur de véhicules électriques haut de gamme Nio a déclaré que les prix pourraient devoir être ajustés en raison des tarifs douaniers. Xpeng a confirmé que les clients ayant passé commande avant l’entrée en vigueur des nouveaux tarifs ne seront pas affectés, mais l’entreprise n’a pas encore décidé des futurs ajustements de prix.

Cependant, BYD, la marque chinoise de véhicules électriques la plus vendue, prévoit que certains de ses modèles continueront à générer des bénéfices plus élevés dans l’UE qu’en Chine, même après l’imposition des nouveaux droits de douane (17,4 % supplémentaires). Cela est dû à une guerre des prix en Chine qui a réduit les marges bénéficiaires des constructeurs automobiles chinois. BYD vend des voitures en Europe à près du double de leur prix en Chine. De plus, l’avantage technologique de BYD lui permet de réduire les coûts jusqu’à 20 %. Le plus gros vendeur de véhicules électriques chinois prévoit de lancer son modèle le plus abordable, le Seagull, en Europe l’année prochaine.

Les constructeurs chinois de véhicules électriques se préparent à agrandir leurs usines dans l’UE

Les constructeurs chinois de véhicules électriques (VE) se préparent à implanter des usines de production en Europe en réponse aux nouveaux tarifs imposés par l’UE. BYD prévoit d’établir une usine de fabrication de VE en Hongrie, en se concentrant sur la production de voitures électriques avec des packs de batteries assemblés avant 2026. Le fabricant chinois de NEV investira également 1 milliard de dollars dans la construction d’une usine de VE en Turquie dans le cadre de sa stratégie d’expansion de sa présence internationale.

En avril, une autre marque chinoise populaire, Chery Auto, a signé un accord avec l’espagnol EV Motors pour construire sa première usine européenne en Catalogne. En outre, le fabricant de batteries public chinois, CATL, a renforcé ses partenariats avec les constructeurs automobiles locaux pour l’approvisionnement en batteries en Europe à partir de 2023.

En implantant des usines en Europe, ces entreprises cherchent à contourner les droits de douane, à réduire les coûts logistiques et à mieux répondre aux préférences des consommateurs européens. Selon AlixPartners, les constructeurs automobiles chinois devraient gagner 33 % des parts du marché automobile mondial d’ici 2030.

Laisser un commentaire

2 × un =