A Whiting Petroleum Co. pumpjack lifts crude oil near Bainville, Montana, US. Nov. 6, 2013.

Milos Schmidt

Les exportations américaines de diesel vers l’Europe reculent en février

Les approvisionnements en diesel vers l’Europe sont sous pression suite aux perturbations dans les raffineries américaines, aggravées par l’instabilité mondiale.

Les exportations américaines de diesel vers l’Europe ont diminué de près de moitié en février pour atteindre 6,65 millions de barils, contre 11,44 millions de barils en janvier, selon une analyse réalisée par la société de suivi des navires Kpler.

La baisse de l’offre est due à des pannes techniques et à des rénovations planifiées dans les raffineries américaines, qui ont réduit la production à 10 % en dessous de la moyenne saisonnière des cinq années précédentes.

Les données officielles du gouvernement montrent qu’au cours de la semaine précédant le 9 février, la production américaine de distillats est tombée à 4 millions de barils par jour, le chiffre le plus bas enregistré depuis décembre 2022.

L’une des principales pertes du marché est la raffinerie Whiting de BP, dans l’Indiana, qui a fermé ses portes début février après une coupure d’électricité.

La baisse des niveaux de production est également liée à une rénovation prévue de l’usine de Motiva Enterprises à Port Arthur, au Texas, et à des pannes techniques à la raffinerie de TotalEnergies au Texas.

Les prix du gaz dans le nord-ouest de l’Europe ont augmenté tout au long du mois de février pour atteindre plus de 118 dollars le baril, en partie à cause des perturbations.

Cela représente une hausse par rapport aux 109 $ enregistrés au cours de la même période un an plus tôt.

Des approvisionnements mondiaux comprimés

L’Europe est devenue de plus en plus dépendante des États-Unis pour son diesel depuis l’invasion de l’Ukraine, qui a contraint un certain nombre de pays à réduire leur dépendance au carburant russe.

Les récentes attaques des Houthis dans la mer Rouge n’ont fait qu’accroître la pression sur l’approvisionnement, car les navires transportant du pétrole en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique doivent désormais contourner le cap de Bonne-Espérance pour éviter les tirs des rebelles.

Un troisième facteur qui pèse sur l’offre est la baisse des stocks du centre de raffinage Amsterdam-Rotterdam-Anvers (ARA).

Alors que l’Europe a constitué des réserves de diesel suite à l’invasion de l’Ukraine, les stocks d’ARA ont chuté fin janvier en raison d’exportations importantes vers des régions comme l’Amérique latine.

Pour l’avenir, les analystes suggèrent que les perturbations au Moyen-Orient pourraient se poursuivre, mais qu’un rebond de la production des raffineries américaines est probable.

La société Insight IIR Energy a estimé vendredi que les raffineurs américains augmenteraient leur capacité disponible de 431 000 barils par jour pour la semaine se terminant le 23 février.

Laisser un commentaire

2 × 3 =