Les évêques espagnols s'excusent pour les abus mais contestent les chiffres "scandaleux"

Jean Delaunay

Les évêques espagnols s’excusent pour les abus mais contestent les chiffres « scandaleux »

À la suite d’une enquête indépendante sur les abus sexuels sur des enfants dans l’Église catholique espagnole, le président de la conférence des évêques du pays a présenté ses excuses.

Les chiffres publiés vendredi dernier par le médiateur espagnol ont été dévastateurs pour l’Église catholique.

Plus de 200 000 mineurs pourraient avoir été abusés sexuellement par le clergé en Espagne, selon une estimation de la Commission d’enquête indépendante sur les abus sexuels sur enfants dans l’Église catholique.

Après la publication des données, les évêques du pays ont convoqué une assemblée extraordinaire et ont tenu mardi une conférence de presse pour évaluer le rapport.

Ils ont exprimé leur « tristesse pour les dommages causés par certains membres de l’Église », ont présenté leurs excuses aux victimes et ont jugé « précieuses » les recommandations du document.

Ils ont toutefois apporté de petites nuances. Les évêques sont prêts à participer au fonds proposé par le Médiateur pour indemniser les victimes d’abus, mais « seulement si cela est fait pour toutes les victimes » et pas seulement pour celles qui ont subi des abus au sein de l’Église.

« Je réitère nos excuses aux victimes de cette douleur. Nous voulons également travailler pour la réparation intégrale des victimes et progresser dans la protection et la prévention des abus », a déclaré le président de la Conférence épiscopale espagnole, Juan José Omella. .

« Mais si seulement (les abus commis par l’Eglise) étaient pris en compte, 90% seraient exclus et ne bénéficieraient pas de réparation », a-t-il ajouté.

Le médiateur Angel Gabilondo, à droite, présente un rapport sur la première enquête indépendante du pays sur les abus sur mineurs au sein de l'Église catholique.
Le médiateur Angel Gabilondo, à droite, présente un rapport sur la première enquête indépendante du pays sur les abus sur mineurs au sein de l’Église catholique.

« C’est un problème pour l’ensemble de la société »

Il y a eu trois jours de silence entre la présentation du rapport du médiateur et la déclaration de l’Église.

La réunion des évêques pour évaluer ces chiffres choquants a été longue. Cela a duré six heures et il y a eu de nombreuses divisions internes, selon le journal El País.

Jusqu’il y a deux ans, l’Église espagnole continuait à nier l’existence de ces cas.

Le rapport, qui publie de nouvelles données, inclut les résultats d’une enquête dans laquelle 1,13% des Espagnols majeurs déclarent avoir subi des abus religieux et 0,6% de la part d’un prêtre ou d’un religieux.

« Ce chiffre est un mensonge », a déclaré le président de la Conférence épiscopale.

Il a ajouté que l’extrapolation du nombre de victimes était « surprenante » et a estimé qu’elle « ne correspond pas à la vérité ».

Le médiateur a commandé l’enquête à GAD3, un cabinet de recherche sociale et de conseil en communication, qui a interrogé plus de 8 000 personnes âgées de 18 à 90 ans vivant en Espagne.

Les résultats montrent que 11,7% de la population espagnole a été victime d’abus et 1,13% d’entre eux dans l’Église.

« Nous ne savons pas comment l’enquête a été menée. Il y a une opacité. Et nous ne voyons pas clairement la conclusion. Tout le monde sait que ce n’est pas le cas », a déclaré le président de la Conférence épiscopale.

« Nous devons dire que nous pensons qu’il s’agit d’un scandale. En fin de compte, les chiffres ne nous mènent nulle part. L’important, ce sont les gens et de faire amende honorable dans la mesure du possible. Telle est l’attitude. Blâmer n’est pas la bonne solution. Le problème n’appartient pas à l’Église, il appartient à la société dans son ensemble », a-t-il ajouté.

Contrairement à d’autres pays européens, l’Espagne n’a jamais commandé d’enquête sur les abus commis dans l’église.

En mars 2002, le Congrès a créé une commission d’experts pour « faire la lumière » sur les « actes personnels atroces commis contre des enfants sans défense » au sein de l’Église espagnole. Ils ont confié au médiateur la direction de cette commission.

Laisser un commentaire

4 × 1 =