Demonstrators hold banners outside the Royal Courts of Justice in London, Tuesday, 20 February, 2024.

Jean Delaunay

Les États-Unis soutiennent qu’Assange a mis des vies en danger et demandent son extradition devant un tribunal britannique

La procédure d’appel est la dernière tentative d’Assange pour éviter d’être livré aux États-Unis.

« Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, devrait faire face à des accusations d’espionnage aux Etats-Unis parce qu’il a mis des vies innocentes en danger et est allé au-delà du journalisme dans sa tentative de solliciter, voler et publier sans discernement des documents classifiés du gouvernement américain », ont argumenté mercredi les avocats du gouvernement américain.

Les avocats se sont exprimés devant la Haute Cour britannique en réponse à la dernière tentative de la défense d’Assange d’empêcher son extradition du Royaume-Uni vers les États-Unis.

Les avocats d’Assange demandent à la Haute Cour d’accorder un nouvel appel – son dernier coup de dés juridique dans la longue saga juridique qui l’a maintenu dans une prison britannique de haute sécurité au cours des cinq dernières années.

L’Australien de 52 ans a été inculpé de 17 chefs d’accusation d’espionnage et d’un chef d’abus informatique suite à la publication sur son site Web de documents américains classifiés il y a près de 15 ans.

Les procureurs américains affirment qu’Assange a encouragé et aidé l’analyste du renseignement de l’armée américaine, Chelsea Manning, à voler des câbles diplomatiques et des dossiers militaires publiés plus tard par WikiLeaks.

Des manifestants attendent devant la Royal Courts of Justice de Londres, le mercredi 21 février 2024.
Des manifestants attendent devant la Royal Courts of Justice de Londres, le mercredi 21 février 2024.

Les partisans d’Assange soutiennent qu’il est un journaliste qui brise le secret et qui a dénoncé les actes répréhensibles de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Ils soutiennent depuis longtemps que les poursuites sont politiquement motivées et qu’il ne bénéficiera pas d’un procès équitable aux États-Unis.

Les avocats d’Assange affirment qu’il risque jusqu’à 175 ans de prison s’il est reconnu coupable, même si les autorités américaines ont déclaré que la peine serait probablement beaucoup plus courte.

Assange était absent du tribunal mercredi et mardi parce qu’il ne se sent pas bien, a indiqué WikiLeaks. Stella Assange, son épouse, a déclaré que Julian avait voulu y assister mais qu’il n’était « pas en bonne forme ».

Une décennie de batailles juridiques

Les ennuis judiciaires d’Assange ont commencé en 2010, lorsqu’il a été arrêté à Londres à la demande de la Suède, qui souhaitait l’interroger sur des allégations de viol et d’agression sexuelle formulées par deux femmes. En 2012, Assange a renoncé à sa caution et a cherché refuge à l’ambassade équatorienne.

La relation entre Assange et ses hôtes s’est finalement détériorée et il a été expulsé de l’ambassade en avril 2019. La police britannique l’a immédiatement arrêté et emprisonné pour violation de la liberté sous caution en 2012. La Suède a abandonné les enquêtes sur les crimes sexuels en novembre 2019 parce que trop de temps s’était écoulé.

Un juge d’un tribunal de district britannique a rejeté la demande d’extradition américaine en 2021 au motif qu’Assange risquait de se suicider s’il était détenu dans les dures conditions carcérales américaines. Les tribunaux supérieurs ont annulé cette décision après avoir obtenu des assurances des États-Unis quant au traitement qui lui était réservé. Le gouvernement britannique a signé un ordre d’extradition en juin 2022.

Pendant ce temps, le Parlement australien a demandé la semaine dernière qu’Assange soit autorisé à retourner dans son pays natal.

Laisser un commentaire

quatre × 4 =