Les espèces envahissantes coûtent à l’économie mondiale 391 milliards d’euros par an (rapport de l’ONU)

Jean Delaunay

Les espèces envahissantes coûtent à l’économie mondiale 391 milliards d’euros par an (rapport de l’ONU)

Frelons asiatiques, écrevisses américaines, herbe à poux, renouée du Japon, écureuils et ratons laveurs composent la prolifération d’envahisseurs stimulée par la mondialisation et le changement climatique qui ravagent les cultures et les forêts, propagent des maladies et menacent la qualité de vie sur Terre.

Les espèces exotiques envahissantes, introduites par l’homme, se propagent de plus en plus rapidement dans le monde, causant d’énormes dégâts, selon un rapport de l’ONU publié lundi.

L’IPBES, surnommé GIEC pour la biodiversité, affirme qu’il s’agit d’un raz-de-marée que l’humanité s’est jusqu’à présent révélée relativement impuissante à endiguer.

Frelons asiatiques, écrevisses américaines, herbe à poux, renouée du Japon, écureuils mignons et ratons laveurs : les envahisseurs prolifèrent, encouragés par la mondialisation et le changement climatique, ravageant les cultures et les forêts, propageant des maladies et menaçant la qualité de vie sur Terre.

Nos journalistes travaillent sur cette histoire et vous apporteront plus d’informations dès qu’elles seront disponibles.

Laisser un commentaire

3 × 4 =