Les espèces envahissantes coûtent à l’économie mondiale 391 milliards d’euros par an (rapport de l’ONU)

Jean Delaunay

Les espèces envahissantes causent des centaines de milliards de dégâts économiques. Le changement climatique est-il en cause ?

Une étude de l’ONU menée pendant quatre ans à travers le monde révèle l’impact économique dévastateur des espèces envahissantes.

Les espèces exotiques envahissantes, introduites par l’homme, se propagent de plus en plus rapidement dans le monde. Cela provoque d’énormes dégâts, selon un rapport de l’ONU publié lundi.

La Plateforme intergouvernementale de politique scientifique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), surnommée le GIEC pour la biodiversité, affirme qu’il s’agit d’un raz-de-marée que l’humanité s’est jusqu’à présent révélée relativement impuissante à endiguer.

Des plantes aux mammifères, en passant par les animaux marins et les insectes, les espèces exotiques créent le chaos environnemental.

Frelons asiatiques, écrevisses américaines, herbe à poux, renouée du Japon, écureuils mignons et ratons laveurs : les envahisseurs prolifèrent, encouragés par la mondialisation et le changement climatique, ravageant les cultures et les forêts, propageant des maladies et menaçant la qualité de vie sur Terre.

Quelle est la cause de l’augmentation des espèces envahissantes ?

Selon le rapport, plus de 13 000 contributions ont été apportées par 86 experts dans 49 pays.

Les principales causes sont le changement climatique et l’activité humaine, les espèces se propageant accidentellement et parfois délibérément par l’homme.

Des températures plus chaudes, comme celles observées cet été en Europe et ailleurs, devraient exacerber les problèmes causés par les espèces envahissantes.

Environ 75 pour cent des constatations négatives du rapport se produisent sur des terres, en particulier des forêts, des zones boisées et des terres agricoles.

Laisser un commentaire

quatorze + 16 =