Les entreprises technologiques dépensent plus de 100 millions d’euros par an en lobbying numérique auprès de l’UE

Jean Delaunay

Les entreprises technologiques dépensent plus de 100 millions d’euros par an en lobbying numérique auprès de l’UE

Le lobbying des entreprises technologiques à Bruxelles s’est élevé à 113 millions d’euros par an à mesure que les efforts visant à influencer la politique numérique de l’UE s’intensifient, selon de nouvelles données publiées lundi par les ONG Corporate Europe Observatory (CEO) et LobbyControl.

Les derniers chiffres révèlent que 651 entreprises et associations dépensent collectivement plus de 113 millions d’euros par an pour le lobbying numérique dans l’UE, soit une hausse de 16,5 % par rapport aux 97 millions d’euros de 2021.

Les dix plus grandes entreprises du numérique représentent à elles seules plus d’un tiers des dépenses totales de lobbying, soit 40 millions d’euros.

La législation européenne historique visant à limiter le pouvoir des grandes technologies – la loi sur les marchés numériques (DMA) et la loi sur les services numériques (DSA) – et le nouveau règlement européen sur l’IA incitent les entreprises technologiques à intensifier leur pouvoir de lobbying, affirment CEO et LobbyControl.

Les deux ONG réclament des règles de lobbying plus strictes pour lutter contre l’influence disproportionnée du secteur technologique.

L’analyse est basée sur les déclarations annuelles faites par les entreprises dans le registre de transparence de l’UE. Les données ne reflètent donc qu’une partie du tableau d’ensemble, car elles excluent les activités de lobbying menées par les cabinets de conseil pour le compte des entreprises.

« L’argent ne devrait pas acheter l’accès et l’influence au processus décisionnel de l’UE, mais cela semble être exactement ce que visent ces géants du numérique », a déclaré Bran Vranken, du Corporate Europe Observatory.

« Leur lobbying menace non seulement d’édulcorer fatalement des lois cruciales telles que la loi sur l’intelligence artificielle, mais il sape également le processus décisionnel démocratique. »

Selon Alberto Alemanno, professeur Jean Monnet de droit de l’Union européenne à HEC Paris et fondateur de The Good Lobby, le lobbying auprès des régulateurs européens devient « l’outil privilégié » des entreprises technologiques pour répondre aux exigences croissantes de la réglementation numérique européenne.

« Le lobbying des Big Tech diffère de celui des autres entreprises car il se caractérise par des dépenses excessives et des tactiques agressives », a déclaré Alemanno.

« Ces entreprises tirent parti de leur expertise en affichant leur primauté épistémique – le message étant ‘nous savons mieux que quiconque comment fonctionne la technologie, laissez-nous nous en préoccuper et nous promettons que nous vous protégerons' », a-t-il ajouté.

Meta a la plus grosse facture de lobbying à Bruxelles

Meta, anciennement Facebook, est le plus gros investisseur en lobbying, avec 8 millions d’euros par an, contre 5,75 millions d’euros en 2021.

Il est suivi de près par Apple, qui a doublé ses dépenses de lobbying, passant de 3,5 millions d’euros à 7 millions d’euros en 2021.

Les 6 principaux dépensiers en matière de lobbying à Bruxelles sont :

  1. Méta, 8 millions d’euros
  2. Apple, 7 millions d’euros
  3. Bayer, 6 millions d’euros
  4. Google, 5,5 millions d’euros
  5. Coquille, 5,5 €. million
  6. Microsoft, 5 millions d’euros

Meta compte également le plus grand nombre de lobbyistes sur le terrain à Bruxelles, avec 17,05 équivalents temps plein (ETP), suivi par Huawei (11 ETP), Intel (10 ETP) et IBM (7,25 ETP).

Google, Amazon et Apple ont également augmenté leurs effectifs de lobbying à Bruxelles depuis 2021.

Parmi toutes les entreprises qui font pression sur l’UE en matière de politique numérique, 20 % sont basées aux États-Unis, tandis que moins de 1 % ont leur siège social en Chine ou à Hong Kong. Alors que les entreprises technologiques chinoises TikTok (900 000 €) et Alibaba (600 000 €) investissent dans le lobbying européen, leurs budgets restent loin derrière ceux de leurs homologues américains.

Deux entreprises ayant leur siège social dans l’UE se sont également classées parmi les 10 plus dépensières cette année. L’espagnol Telefonica a augmenté ses dépenses annuelles depuis 2021, passant de 1,5 million d’euros à 2 millions d’euros, tandis que l’allemand Deutsche Telekom a doublé ses dépenses, passant de 1 à 2 millions d’euros.

Selon les ONG, la croissance des dépenses globales de lobbying et la concentration accrue du marché de l’industrie technologique sont préoccupantes.

« Les Big Tech en particulier disposent d’un nombre disproportionné d’opportunités d’influencer la politique en leur faveur en raison de leurs énormes ressources », a déclaré Verena Leyendecker de LobbyControl.

« Nous avons besoin de règles plus strictes en matière de lobbying à Bruxelles, mais aussi d’une application ambitieuse de la loi européenne sur les marchés numériques (DMA) et de la loi sur les services numériques (DSA). La DMA et la DSA offrent des moyens de limiter le pouvoir d’Amazon & Co. » elle a ajouté.

Laisser un commentaire

cinq + 14 =