Les entreprises ont raison de s’inquiéter du nouveau mécanisme de taxe climatique de l’UE

Jean Delaunay

Les entreprises ont raison de s’inquiéter du nouveau mécanisme de taxe climatique de l’UE

Alors que le CBAM est désormais en vigueur, un examen attentif des effets économiques négatifs déjà en jeu révèle que les entreprises ont raison de craindre, tandis que sa méthodologie doit être réévaluée, écrit Sean Bray.

Le 1er octobre, l’Union européenne est devenue la première à adopter le mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (MACB), une nouvelle conception fiscale destinée à lutter contre le changement climatique en limitant la production de produits à forte intensité de carbone nocifs pour l’environnement en dehors de ses frontières.

Le commissaire européen à l’économie, Paolo Gentiloni, plaidant en faveur du CBAM, a déclaré aux entreprises non européennes qu’il n’y avait pas lieu d’avoir peur du CBAM car la lutte contre le changement climatique est une cause juste.

Alors que le CBAM est désormais en vigueur, un examen attentif des effets économiques négatifs déjà en jeu révèle le contraire.

Les entreprises ont effectivement besoin d’avoir peur et la méthodologie du CBAM doit être réévaluée.

Quels sont les impacts des exigences de CBAM ?

Parce que l’UE est la première au monde à tenter de mettre en œuvre un ajustement carbone aux frontières, les décideurs politiques peaufinent jour après jour les détails de sa mise en œuvre.

Cela amène les entreprises qui font des affaires avec l’UE (tant au niveau national que non européen) à s’inquiéter rationnellement des impacts administratifs et économiques inconnus du CBAM.

Par exemple, l’UE n’a adopté les règles détaillées de déclaration – que les entreprises devront utiliser pour calculer leurs émissions intégrées sous peine d’une amende de 50 € par tonne d’émissions – 45 jours avant le début de la période de mise en œuvre du 1er octobre.

60 % des 700 entreprises interrogées par Deloitte et 84 % des industriels interrogés par la Chambre de Commerce britannique ne connaissent pas les exigences du CBAM.

Des gens entrent dans la station de métro Central lors d'une journée d'été pluvieuse dans le centre-ville de Bruxelles, en juin 2021
Des gens entrent dans la station de métro Central lors d’une journée d’été pluvieuse dans le centre-ville de Bruxelles, en juin 2021

Cela ne laisse pas beaucoup de temps aux entreprises pour réagir, d’autant plus que les modèles de documents de déclaration comprendraient des formulaires comportant 10 sections à remplir pour chaque importateur.

Il n’est pas étonnant que 60 % des 700 entreprises interrogées par Deloitte et 84 % des fabricants interrogés par les Chambres de commerce britanniques ne connaissent pas les exigences du CBAM.

La Commission européenne estime également que la gestion du CBAM coûtera aux entreprises 27 millions d’euros par an, probablement en raison de la paperasse requise et des modifications apportées aux contrats et aux procédures. Il est indéniable que le coût de la conformité se fera lourdement sentir dans l’ensemble du secteur.

Des points d’interrogation surgissent quant au respect des règles internationales

Sur le plan économique, les experts prédisent que les prix de l’électricité seront à long terme plus élevés dans de nombreux pays européens que dans les pays tiers.

Alors que les quotas gratuits du système d’échange de quotas d’émission de l’UE commencent à disparaître progressivement et augmentent les coûts de production européens, le manque de remises à l’exportation pour les producteurs européens place les entreprises dans une position difficile et incertaine.

Il est intéressant de noter que les politiciens allemands sont également craintifs et cherchent des moyens de subventionner les industries nationales pour rester compétitives.

En outre, il existe une réelle incertitude quant au statut juridique de CBAM au regard des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), malgré les récentes assurances audacieuses du commissaire Gentiloni, qui pourraient déclencher des mesures de représailles commerciales et prendre les entreprises au milieu.

Ces négociations politiques entre gouvernements seront compliquées. Logiquement, cela laisse aux entreprises la crainte de devoir payer deux fois.

Le Premier ministre chinois Li Qiang rencontre la directrice générale de l'Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala, à Tianjin, juin 2023.
Le Premier ministre chinois Li Qiang rencontre la directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala, à Tianjin, juin 2023.

En mars, la Chine a déposé une demande auprès de l’OMC demandant à l’UE de soumettre une justification défendant la légalité du CBAM – une première étape avant une objection formelle attendue.

La législation ne précise pas non plus comment l’équivalence sera déterminée. Le CBAM présente un processus technique pour déterminer quels prix du carbone dans les pays tiers devraient être pris en compte dans un paiement CBAM.

Toutefois, la détermination de l’équivalence, et donc de l’exemption du CBAM, sera probablement un processus politique.

Ces négociations politiques entre gouvernements seront compliquées. Logiquement, cela laisse aux entreprises la crainte de devoir payer deux fois.

Les assurances n’aident pas

Bien que ces impacts administratifs et économiques inconnus soient inquiétants, ils s’ajoutent à la pression que le CBAM est censé générer.

La crainte primordiale sur laquelle repose le succès du CBAM concerne les effets négatifs du changement climatique, « pour encourager une production industrielle plus propre dans les pays tiers ».

Ce type de rhétorique est une justification courante des actions gouvernementales liées à l’environnement, quelle que soit l’efficacité d’une politique donnée à réduire les impacts négatifs globaux.

Dans le cas du CBAM, il vaut la peine d’évaluer si les hypothèses sous-jacentes à cette politique – selon lesquelles c’est le coût supplémentaire du prix du carbone en Europe qui dissuade la production et non les externalités imposées par l’ensemble de la structure fiscale – sont exactes.

Il est pour le moins trompeur de tenter de rassurer ces entreprises non européennes en leur disant qu’il n’y a rien à craindre du CBAM. Si cela était vrai, cela affaiblirait considérablement un élément essentiel de la conception de la politique.

Même si les décideurs politiques européens ont l’intention d’utiliser le CBAM pour lutter contre le changement climatique, le principe fondamental de cette politique est d’encourager la peur – et les entreprises concernées ont le droit d’avoir peur.

Laisser un commentaire

11 + neuf =