Les entreprises de combustibles fossiles sont à la croisée des chemins : s’adapter ou mourir

Jean Delaunay

Les entreprises de combustibles fossiles sont à la croisée des chemins : s’adapter ou mourir

Moins de trois mois avant la COP28, le message adressé aux entreprises de l’énergie et des transports est clair : la décarbonisation aura lieu, et il n’y a pas d’issue, écrit le professeur Vicente López-Ibor Mayor.

Le moment est venu de parvenir à un accord climatique qui ne sera accessible qu’aux entreprises qui décarbonent. Ceux qui ne parviennent pas à décarboner ne répondront pas aux normes requises par le Climate Deal et le secteur énergétique du futur.

Cet objectif doit être un élément central des négociations sur le climat de la COP28 de l’ONU à Dubaï. Après tout, le monde a besoin d’une décarbonation rapide.

Du pétrole à l’hydrogène, du gaz aux biocarburants, du charbon au nucléaire, du solaire à l’éolien et des bâtiments aux transports, seules les entreprises qui s’engagent clairement en faveur de la décarbonation devraient bénéficier d’incitations réglementaires, de financements, de soutiens fiscaux à l’innovation, et au-delà.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a récemment annoncé que d’ici 2025, les énergies renouvelables représenteront 35 % de la production mondiale d’électricité, détrônant ainsi le charbon en tant que principale source d’énergie au monde. Aux États-Unis, l’énergie solaire représentera à elle seule plus de la moitié de la nouvelle capacité en 2023.

Ce ne sont pas seulement des prédictions, ce sont des réalités en mouvement.

S’adapter aux exigences de décarbonation sera essentiel

En effet, les conclusions de l’AIE pourraient être prudentes. Selon une étude majeure publiée l’année dernière par le Global Systems Institute de l’Université d’Exeter, le monde a peut-être déjà dépassé un « point de basculement solaire mondial », où « l’énergie solaire en vient progressivement à dominer les marchés mondiaux de l’électricité, même sans politiques climatiques supplémentaires ».

Aux taux de croissance exponentiels actuels, l’énergie solaire, éolienne et les batteries fourniront plus de 80 % de l’électricité mondiale d’ici les années 2060. Bien qu’impressionnant, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) affirme que cela n’est pas assez rapide.

Même si nous devons accélérer le développement des énergies renouvelables plus rapidement que le rythme actuel, il est raisonnable de prévoir que nous continuerons à dépendre de la production pétrolière et gazière pendant les décennies à venir.

Photo AP/Michael Sohn
Des éoliennes tournent derrière un parc solaire à Rapshagen, octobre 2021

En 2018, le GIEC a constaté que pour maintenir le réchauffement climatique dans la limite de sécurité de 1,5 degré Celsius convenue par les gouvernements du monde entier à Paris il y a huit ans, nous devons non seulement éliminer les émissions de carbone, mais aussi commencer à éliminer 5 milliards de tonnes de dioxyde de carbone par an. atmosphère d’ici 2050.

Ainsi, même si nous devons accélérer le développement des énergies renouvelables plus rapidement que le rythme actuel, les combustibles fossiles fournissant environ 78 % des besoins énergétiques mondiaux, il est raisonnable de prévoir que nous continuerons à dépendre de la production de pétrole et de gaz pendant des décennies. venir.

Il est donc impératif que les industries des combustibles fossiles s’adaptent aux exigences de la décarbonation – un point de vue partagé par l’envoyé américain pour le climat, John Kerry, qui a appelé la semaine dernière les dirigeants mondiaux de l’industrie pétrolière et gazière à présenter des plans concrets au prochain sommet climatique des Nations Unies COP28 pour réduire les émissions. et investir dans les énergies renouvelables d’ici 2030.

La domination de l’écosystème des énergies propres est inévitable

Mais pour que la COP28 aboutisse à un nouvel accord mondial sur le climat qui incite et oblige l’industrie des combustibles fossiles à se décarboner, il faudra trois choses.

Premièrement, nous devons accélérer le plus rapidement possible la construction d’infrastructures mondiales d’énergies renouvelables.

La domination du nouvel écosystème d’électricité propre basé sur l’énergie solaire, éolienne, le stockage et certaines autres solutions d’énergie propre – à l’échelle des services publics et sur les marchés locaux – est inévitable, mais nous devons la faire progresser de manière spectaculaire.

Photo AP/Michael Probst
Des voitures et des camions font la queue sur une autoroute après un accident à Francfort, en avril 2023.

Cela nécessite de donner la priorité au financement climatique pour aider à décarboner les pays émergents qui ont le plus grand besoin de s’industrialiser.

Deuxièmement, étant donné que nous dépendrons toujours des combustibles fossiles pendant la transition énergétique, nous devons accroître la viabilité économique et technologique des technologies de captage et de stockage du carbone (CSC) afin de les décarboner autant que possible.

En s’associant aux énergies renouvelables pour alimenter le CSC, les entreprises de combustibles fossiles peuvent réduire considérablement les coûts économiques et énergétiques et augmenter leur production plus rapidement.

La COP 28 devrait envisager de créer une commission d’experts

Troisièmement, nous devons accélérer à la fois les technologies de retrait du carbone et les solutions fondées sur la nature, capables d’extraire des milliards de tonnes de carbone de l’atmosphère chaque année. Toute technologie qui contribue à la carboneutralité mérite d’être étudiée et, le cas échéant, saluée.

Malgré un certain scepticisme, la présidence du Dr Al Jaber à la COP28 propose plusieurs objectifs ambitieux, qui méritent d’être particulièrement pris en compte.

Si la prochaine COP ne parvient même pas à ratifier ces propositions, nous aurons raté une nouvelle occasion sans précédent de créer une base solide pour une action encore plus rapide que nous pourrons exiger lors des prochains sommets.

AP Photo/Eraldo Peres
Le président désigné des Émirats arabes unis, le sultan Ahmed al-Jaber, arrive pour le sommet de l’Amazonie au Hangar Convention Center de Belem, en août 2023.

Certes, ces propositions pourraient ne pas être assez rapides pour éviter un changement climatique dangereux.

Mais si la prochaine COP ne parvient même pas à ratifier ces propositions, nous aurons raté une nouvelle occasion sans précédent de créer une base solide pour une action encore plus rapide que nous pourrons exiger lors des prochains sommets.

C’est pourquoi je pense que la COP28 devrait créer une Commission internationale d’experts de haut niveau possédant des connaissances dans les domaines scientifique, économique, juridique, technologique et social pour diriger, superviser et assurer la mise en œuvre d’un nouvel accord mondial sur le climat dans ces conditions.

Ne vous y trompez pas : la décarbonisation aura lieu

Les implications sont profondes. Les sociétés énergétiques doivent accélérer leur démarche de « transition juste » ou faire face à des perturbations.

Les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) seront bientôt insuffisants et les entreprises qui les intégreront ne seront pas pionnières mais simplement conformes. Les entreprises qui les ignorent seront exclues du marché. Soit les industries passent rapidement à zéro émission nette, soit elles seront confrontées à une détérioration de leurs actifs et de leurs bénéfices.

Le message adressé aux entreprises de l’énergie et des transports est clair : la décarbonisation aura lieu et il n’y a pas d’issue.

Photo AP/Wade Payne
Les conséquences de l’effondrement du mur d’un bassin de rétention à l’usine fossile TVA Kingston à Harriman, Tennessee, décembre 2008.

Enfin, il est important de noter que l’énergie est désormais non seulement un marché de biens mais aussi de services. C’est pour cette raison que les entreprises leaders seront celles qui auront la plus grande capacité d’innovation.

À moins de trois mois de la COP28, le message adressé aux entreprises de l’énergie et des transports est clair : la décarbonisation aura lieu, et il n’y a pas d’issue. Et si vous choisissez d’en faire partie, vous sauverez non seulement votre industrie, mais aussi notre planète.

_Le professeur Vicente López-Ibor Mayor est un expert en énergie et climat. Il a été membre fondateur du Conseil européen des régulateurs de l’énergie, conseiller spécial du commissaire européen à l’énergie, aux transports et aux affaires institutionnelles, conseiller spécial du programme énergétique de l’UNESCO et commissaire de la Commission nationale de l’énergie d’Espagne.
_

Laisser un commentaire

deux × quatre =