The Bank of England, London. Oct. 13, 2022.

Milos Schmidt

Les entreprises britanniques émettent plus d’avertissements sur leurs bénéfices que lors de la crise bancaire de 2008

Une entreprise britannique sur cinq met en garde contre une baisse de ses bénéfices en raison des taux d’intérêt élevés.

Les sociétés cotées au Royaume-Uni ont émis 294 avertissements sur résultats en 2023, selon un nouveau rapport d’EY-Parthenon. Cela signifie qu’une entreprise sur cinq a envoyé des avertissements officiels aux investisseurs concernant la baisse prévue de leurs bénéfices pour l’année à venir.

Bien que ce nombre soit inférieur aux 305 enregistrés en 2022, il représente 18,2 % des entreprises cotées, ce qui est supérieur aux 17,7 % observés en 2008, le pic de la crise financière.

L’un des principaux défis auxquels sont confrontées les entreprises à l’heure actuelle est le coût élevé des emprunts, puisque le taux de base de la Banque d’Angleterre (BOE) se situe actuellement à 5,25 %, son plus haut niveau depuis 15 ans.

En conséquence, les entreprises affirment avoir connu une croissance moindre, une plus grande perturbation de la chaîne d’approvisionnement et une perte de confiance du marché.

« Fin 2023, nous avons constaté un nombre croissant d’avertissements sur résultats émanant de secteurs à la base des chaînes d’approvisionnement, comme la chimie, et de ceux qui dépendent de la confiance des entreprises, comme le recrutement », a déclaré Jo Robinson, de la stratégie de redressement et de restructuration du Royaume-Uni et de l’Irlande. leader chez EY-Parthénon.

Robinson a également noté que si au début de l’année 2023 la majorité des avertissements provenaient de petites entreprises, les grandes entreprises ont également commencé à faire face à des difficultés vers la fin de l’année.

Au dernier trimestre 2023, un tiers des 77 avertissements sur résultats ont été émis par des entreprises dont le chiffre d’affaires annuel était supérieur à 1 milliard de livres sterling (925 milliards d’euros), soit plus du double du chiffre moyen.

Les secteurs les plus durement touchés l’an dernier sont ceux des biens de loisirs, de la vente au détail, ainsi que des biens ménagers et de la construction de logements.

Les dépenses de consommation en articles essentiels se redressent, mais EY-Parthenon a indiqué que l’appétit pour les achats discrétionnaires est toujours plus faible que d’habitude.

Pour l’année à venir, la perspective d’une baisse de l’inflation pourrait atténuer une certaine pression sur les entreprises en difficulté, estime le responsable de la stratégie.

« Nous commençons 2024 avec des espoirs de plus en plus optimistes concernant l’inflation et les taux d’intérêt, ce qui rendrait l’environnement des bénéfices et des prévisions moins intimidant », a déclaré Robinson.

« Mais une voie sans heurt vers des baisses de taux et un atterrissage économique en douceur n’est pas garantie étant donné l’ensemble des défis à venir, notamment la montée des tensions géopolitiques, la perturbation de la chaîne d’approvisionnement, l’incertitude électorale et une croissance encore faible. »

La prochaine réunion de la BOE doit se tenir ce jeudi, après quoi elle annoncera sa dernière décision en matière de taux d’intérêt.

Laisser un commentaire

cinq × un =