Two men walk through floodwater in Dubai.

Jean Delaunay

Les Émirats arabes unis luttent pour se remettre d’inondations sans précédent

L’aéroport de Dubaï a partiellement rouvert ses portes après que ses pistes ont été inondées par la pluie.

Les Émirats arabes unis (EAU) ont eu du mal à se remettre des violentes tempêtes de jeudi, qui ont vu les précipitations les plus fortes jamais enregistrées sur ce pays désertique.

Le principal aéroport des Émirats arabes unis s’est efforcé de rétablir ses opérations normales, même si les eaux de crue recouvraient encore des parties des principales autoroutes et routes.

L’aéroport international de Dubaï, le plus fréquenté au monde pour les voyages internationaux, a autorisé jeudi matin les transporteurs internationaux à desservir à nouveau le terminal 1 de l’aérodrome.

« Les vols continuent d’être retardés et perturbés, nous vous invitons donc à ne venir au Terminal 1 que si vous avez une réservation confirmée », a indiqué l’aéroport sur la plateforme sociale X.

La compagnie long-courrier Emirates, dont les opérations ont été affectées par la tempête de mardi, a empêché les voyageurs en provenance des Émirats arabes unis de s’enregistrer sur leurs vols alors qu’ils tentaient de faire sortir les passagers en correspondance.

Les pilotes et le personnel navigant ont eu du mal à atteindre l’aéroport en raison de l’eau sur les routes. Mais jeudi, ils ont levé cette ordonnance pour permettre aux clients d’entrer dans l’aéroport.

D’autres arrivés à l’aéroport ont décrit des heures d’attente pour récupérer leurs bagages, certains renonçant simplement à rentrer chez eux ou à n’importe quel hôtel qui les accueillerait.

Un SUV éclabousse l’eau stagnante sur une route de Dubaï, avec l’hôtel de luxe Burj Al Arab en arrière-plan.  à Dubai
Un SUV éclabousse l’eau stagnante sur une route de Dubaï, avec l’hôtel de luxe Burj Al Arab en arrière-plan. à Dubai

Les systèmes de drainage des Émirats arabes unis ont rapidement été submergés, inondant les quartiers, les quartiers d’affaires et même des portions de l’autoroute à 12 voies Sheikh Zayed Road qui traverse Dubaï.

L’agence de presse officielle WAM a qualifié la pluie d’« événement météorologique historique » qui a dépassé « tout ce qui a été documenté depuis le début de la collecte de données en 1949 ».

Dans un message adressé à la nation mercredi soir, le cheikh Mohammed ben Zayed Al Nahyan d’Abou Dhabi a déclaré que les autorités « travailleraient rapidement à étudier l’état des infrastructures dans l’ensemble des Émirats arabes unis et à limiter les dégâts causés ».

Jeudi, des gens ont pataugé dans les eaux de crue recouvertes de pétrole pour rejoindre des voitures abandonnées plus tôt, vérifiant si leurs moteurs tournaient toujours.

Des camions-citernes équipés d’aspirateurs ont également commencé à atteindre pour la première fois certaines zones en dehors du centre-ville de Dubaï. Les écoles restent fermées jusqu’à la semaine prochaine.

Les autorités n’ont fourni aucune information globale sur les dégâts ou les blessures résultant des inondations, qui ont tué au moins une personne.

Avertissements sur le changement climatique

Les Émirats arabes unis connaissent généralement peu de précipitations dans leur climat désertique aride. Cependant, une violente tempête a balayé les sept cheikhs du pays en début de semaine.

Mardi en fin de journée, plus de 142 mm de pluie avaient inondé Dubaï en 24 heures. Une année moyenne voit 94,7 mm de pluie à l’aéroport international de Dubaï. D’autres régions du pays ont connu encore plus de précipitations.

Les inondations ont suscité des spéculations selon lesquelles la campagne agressive d’ensemencement des nuages ​​menée par les Émirats arabes unis – en faisant voler de petits avions à travers les nuages ​​et en dispersant des produits chimiques qui favorisent la pluie – aurait pu contribuer au déluge.

Mais les experts ont déclaré que les systèmes de tempêtes qui ont produit la pluie avaient été prévus longtemps à l’avance et que l’ensemencement des nuages ​​n’aurait pas provoqué à lui seul de telles inondations.

Les scientifiques affirment également que le changement climatique est responsable de tempêtes extrêmes, de sécheresses, d’inondations et d’incendies de forêt plus intenses et plus fréquents dans le monde entier.

L’année dernière, Dubaï a accueilli les négociations sur le climat de la COP28 des Nations Unies.

Le journal officiel d’Abu Dhabi, The National, a décrit dans un éditorial jeudi les fortes pluies comme un avertissement aux pays de la région du golfe Persique pour qu’ils « protègent leur avenir du changement climatique ».

« L’ampleur de cette tâche est plus ardue qu’il n’y paraît à première vue, car de tels changements impliquent de modifier l’environnement urbain d’une région qui, depuis qu’elle est habitée, n’a connu que de la chaleur et du sable », a déclaré le journal. .

Laisser un commentaire

quatre × cinq =