Les électeurs voient Feijóo comme un candidat projetant une image présidentielle

Jean Delaunay

Les électeurs voient Feijóo comme un candidat projetant une image présidentielle

Issu d’une famille modeste, il a été décrit comme un jeune homme « responsable et obéissant » qui a poursuivi des études de droit pendant les premières années de la démocratie avant de devenir fonctionnaire.

Un débat de campagne houleux contre le chef du Parti socialiste Pedro Sánchez a élevé la position politique du chef de l’opposition aux yeux de nombreux Espagnols. Alberto Núñez Feijóo est sorti vainqueur du chef de gouvernement chevronné, projetant une image présidentielle qui a finalement convaincu de nombreux indécis en quête de changement de cap.

Bien qu’il ait dirigé le Parti populaire pendant plus d’un an, Feijóo avait un profil bas. Il a passé une grande partie de sa carrière politique en Galice, y dirigeant le gouvernement régional pendant 13 ans. En renouvelant son mandat avec des majorités, il a empêché la montée locale de l’extrême droite.

Né dans une famille modeste, il a été décrit comme un jeune homme « responsable et obéissant » qui a poursuivi des études de droit pendant les premières années de la démocratie. Alors qu’il aspirait à devenir magistrat, il a choisi de devenir fonctionnaire pour subvenir aux besoins de sa famille lorsque son père a perdu son emploi.

Lundi 10 juillet 2023. (AP Photo/Bernat Armangue)
Deux candidats s’affrontent dans un débat télévisé

En 1995, une photographie a été prise qu’il regrettera des années plus tard. Feijóo, qui faisait partie du gouvernement galicien, a été photographié en train de poser sur un yacht avec un trafiquant de drogue, Marcial Dorado. Le politicien a affirmé qu’il ne savait pas qui il était et qu’ils n’étaient même pas amis. D’abord publiée en 2013, la photo est réapparue dans les médias dans la dernière ligne droite de cette campagne électorale.

En 2006, il a assumé la direction du Parti populaire de Galice. Trois ans plus tard, il rencontre sa compagne actuelle, une femme d’affaires galicienne, avec qui il a un fils… et prend fermement les rênes du gouvernement régional. Pendant des années, Feijóo a rejeté la tentation de Madrid. Il a dit que sa « seule ambition » était concentrée sur la Galice.

Mais, lorsque le parti a fait face à des conflits internes, il n’a pas pu ignorer l’appel à l’aide. Pour beaucoup, Feijóo représente l’unité, l’efficacité et la prévisibilité, tandis que sa position sur la politique internationale reste quelque peu indéfinie. Ses principaux arguments se concentrent sur l’abolition de « el sanchismo », qu’il a défini comme l’art « d’accepter de faire n’importe quoi, avec qui et à n’importe quel prix, afin de rester au pouvoir le plus longtemps possible ». Cet argument pourrait être un appel simple et direct aux Espagnols qui souhaitent un changement de direction.

Suite au dernier débat avec Sanchez, le seul entre les deux candidats, les sondages ont indiqué un déplacement des voix de l’extrême droite vers le Parti populaire, ainsi que des rangs socialistes.

Semblable à son approche en Galice, Feijóo veut une majorité qui lui permettra de gouverner sans contraintes ni surprises.

Laisser un commentaire

5 − quatre =