Les Égyptiens votent pour le président, et El-Sissi est presque certain de gagner

Jean Delaunay

Les Égyptiens votent pour le président, et El-Sissi est presque certain de gagner

L’actuel président Abdel Fattah el-Sissi est au pouvoir depuis mi-2014 et il est prévu que cette élection le maintienne à la première place jusqu’en 2030.

Les Egyptiens ont commencé à voter lors d’une élection présidentielle au cours de laquelle le président Abdel Fattah el-Sissi ne fait face à aucun adversaire sérieux et est presque certain de remporter un autre mandat, le maintenant au pouvoir jusqu’en 2030.

L’élection a été éclipsée par la guerre entre Israël et le Hamas à Gaza. Presque toute l’attention des Égyptiens s’est portée sur la guerre aux frontières orientales de leur pays et sur les souffrances des civils palestiniens dans l’enclave côtière.

Les élections de trois jours, qui débutent dimanche, se déroulent également dans un contexte de crise économique stupéfiante en Égypte.

C’est un pays où, sur une population de quelque 105 millions d’habitants, près d’un tiers vit dans la pauvreté, selon les chiffres officiels.

La crise découle d’une mauvaise gestion de l’économie, mais aussi des répercussions de la pandémie de coronavirus et de la guerre russe en cours en Ukraine, qui a ébranlé l’économie mondiale.

El-Sissi fait face à trois autres candidats : Farid Zahran, chef du Parti social-démocrate d’opposition ; Abdel-Sanad Yamama, président du parti Wafd ; et Hazem Omar, chef du Parti républicain du peuple.

Ahmed Altantawy, un jeune candidat ambitieux à la présidentielle, s’est retiré de la course après avoir échoué à obtenir les signatures requises des habitants pour garantir sa candidature. Il a imputé son échec à ce qu’il a qualifié de harcèlement de la part des agences de sécurité à l’encontre de son personnel de campagne et de ses partisans.

El-Sissi a voté dans un centre de vote de Héliopolis, dans la banlieue du Caire, dès l’ouverture du scrutin à 9 heures du matin, heure locale.

Un second tour est prévu du 8 au 10 janvier si aucun candidat n’obtient plus de 50 % des voix, selon l’Autorité électorale nationale, un organe à présidence judiciaire qui dirige le processus électoral.

Les expatriés égyptiens ont déjà voté début décembre.

Avant le vote, le ministère de l’Intérieur, qui supervise les forces de police, a déployé des milliers de soldats à travers le pays pour sécuriser les élections.

Plus de 67 millions de personnes ont le droit de voter – et les autorités espèrent un taux de participation élevé pour donner une légitimité à l’élection.

Les électeurs égyptiens font la queue dimanche pour voter pour l'élection présidentielle dans un bureau de vote au Caire, en Égypte.
Les électeurs égyptiens font la queue dimanche pour voter pour l’élection présidentielle dans un bureau de vote au Caire, en Égypte.

Officier militaire de carrière, el-Sissi a été élu président pour la première fois à la mi-2014, un an après avoir dirigé, en tant que ministre de la Défense, le renversement militaire d’un président islamiste élu mais controversé, au milieu de manifestations de rue généralisées contre son règne d’un an.

El-Sissi a été réélu en 2018 pour un second mandat de quatre ans.

Ensuite, il n’a affronté qu’un seul challenger, un homme politique peu connu qui s’est joint à la course à la dernière minute pour épargner au gouvernement l’embarras d’une élection à un seul candidat après que plusieurs candidats aient été expulsés ou arrêtés.

En 2019, des amendements constitutionnels, adoptés lors d’un référendum général, ont prolongé de deux ans le deuxième mandat d’el-Sissi et lui ont permis de briguer un troisième mandat de six ans.

Sous sa direction, les autorités ont lancé une vaste campagne de répression contre la dissidence. Des milliers de critiques du gouvernement ont été réduits au silence ou emprisonnés, principalement des islamistes mais aussi d’éminents militants laïcs, dont nombre d’entre eux à l’origine du soulèvement de 2011 qui a renversé l’autocrate de longue date Hosni Moubarak.

L’économie est devenue un casse-tête pour le gouvernement Sissi qui a lancé un ambitieux programme de réformes en 2016.

Le programme, soutenu par le Fonds monétaire international, vise à inverser les distorsions de longue date dans l’économie malmenée du pays.

Cela comprenait des mesures d’autorité douloureuses telles que la réduction des subventions et la flottation de la monnaie locale. En échange, l’Égypte a reçu une série de prêts du FMI et la reconnaissance de l’Occident.

Cependant, de telles mesures d’austérité ont fait monter les prix en flèche, imposant un lourd tribut aux Égyptiens ordinaires.

La guerre en Ukraine a aggravé le fardeau, car ce pays du Moyen-Orient est à court de devises étrangères nécessaires pour acheter des produits essentiels comme le carburant et les céréales. L’Égypte est le plus grand importateur mondial de blé et importe traditionnellement la plupart de ses céréales d’Ukraine et de Russie.

Laisser un commentaire

dix-huit − seize =