Les dons des Big Tech stimulent les libéraux avant les élections européennes

Martin Goujon

Les dons des Big Tech stimulent les libéraux avant les élections européennes

BRUXELLES — Les élections européennes sont encore dans une semaine, mais les grandes entreprises technologiques américaines se sont déjà rapprochées du centre politique, en particulier des libéraux.

Des chiffres publics montrent que certaines des plus grandes entreprises technologiques basées aux États-Unis – telles que Google, Apple et Microsoft – ont donné de l’argent aux groupes de réflexion politiques des partis politiques paneuropéens ou directement aux partis eux-mêmes à l’approche des élections européennes. Élection parlementaire.

Ensemble, ils font même partie des contributeurs les plus importants, selon les chiffres compilés par l’autorité de tutelle des partis et fondations politiques européens pour 2024. European Democracy Consulting suit également les dons.

L’Alliance des démocrates et des libéraux d’Europe (ALDE) et son groupe de réflexion, le Forum libéral européen (ELF), étaient les bénéficiaires préférés des géants de la technologie, à l’approche d’élections qui pourraient voir une poussée d’extrême droite au prochain Parlement, comme suggèrent les sondages.

En janvier, la branche irlandaise de Google a fait don de 18 000 € – le maximum autorisé – à ELF ; Apple a promis le même montant au groupe de réflexion via une filiale irlandaise en février. Microsoft a donné 5 000 € en avril et 18 000 € au parti ALDE en général en mai ; Le fabricant de puces américain Qualcomm a également fait un don de 18 000 € à l’ALDE.

Alors que certains partis européens, dont les Socialistes européens, rejettent explicitement les dons privés, l’ALDE les sollicite activement.

L’année dernière, le parti a proposé aux entreprises du secteur privé un menu d’opportunités pour parrainer des rassemblements festifs, avec un package complet disponible pour un don maximum de 18 000 €.

Cependant, les parrainages n’étaient pas disponibles pendant la campagne parlementaire, a déclaré le parti, même s’il a continué à recevoir des dons des grandes sociétés technologiques et pharmaceutiques.

« Même si en tant que parti nous ne participons pas à l’élaboration des politiques quotidiennes au Parlement européen, nous pensons qu’il est important de maintenir un dialogue ouvert (avec) la société civile, les ONG et le secteur des entreprises », a déclaré Anna Wangen, un porte-parole du parti ADLE. Le Forum libéral européen n’a pas répondu à une demande de commentaires à temps pour la publication.

Les libéraux ne sont pas les seuls bénéficiaires privilégiés des dons des géants technologiques américains.

Google (par l’intermédiaire de sa branche belge) et Apple ont contribué à hauteur de 8 000 € au Centre d’études européennes Wilfried Martens, le groupe de réflexion du Parti populaire européen de centre-droit. Le géant américain des puces Intel a apporté la même contribution.

Un porte-parole du Centre Martens a déclaré que la fondation s’engageait chaque année avec « des parties prenantes privées intéressées par le travail du Centre et sur des sujets d’intérêt commun », avec des événements et des activités accessibles au public sur ses plateformes. Un porte-parole du PPE a souligné que le parti et la fondation sont des entités distinctes.

Ces dons interviennent à un moment où les entreprises technologiques sont soumises à une surveillance étroite à Bruxelles et à une série de nouvelles réglementations technologiques. | Dan Kitwood/Getty Images

Tous les dons sont entièrement légaux : les partis politiques européens et les fondations peuvent accepter des dons allant jusqu’à 18 000 € par an et par donateur.

Certains experts affirment cependant que c’est un autre moyen pour les entreprises d’accéder aux décideurs politiques.

« Dans l’ensemble, le rôle de l’argent privé reste ridiculement faible par rapport à d’autres juridictions », a déclaré Alberto Alemanno, fondateur de The Good Lobby, qui milite pour plus de transparence en politique. « Pourtant, si ces (petits) dons sont faits, cela laisse penser qu’ils servent leur objectif : créer un accès privilégié. »

Ces dons interviennent également à un moment où les entreprises technologiques sont soumises à une surveillance étroite à Bruxelles et à une série de nouvelles réglementations technologiques.

Microsoft a donné un aperçu de la raison spécifique de ses dons, affirmant qu’il avait fait un don à « The Alliance of Her », un projet du parti ADLE axé sur l’autonomisation des femmes, et a également mentionné le parrainage d’une conférence ADLE sur les énergies renouvelables en Irlande.

« Microsoft s’engage à s’engager de manière ouverte et transparente avec les partis politiques européens et les organisations affiliées pour promouvoir des opportunités économiques inclusives, protéger les droits fondamentaux, créer un avenir durable et promouvoir la confiance dans la technologie », a déclaré l’entreprise dans un communiqué partagé avec L’Observatoire de l’Europe.

Ni Apple ni Google n’ont fourni de commentaire sur leurs dons respectifs.

Laisser un commentaire

quatorze + treize =