MEPs vote during a plenary session on Strasbourg, France, on April 24, 2024.

Jean Delaunay

Les dirigeants politiques rappellent les hauts et les bas de leurs mandats alors que le rideau tombe sur le Parlement européen

Alors que les députés européens se réunissaient à Strasbourg pour la dernière session plénière avant les élections de juin, L’Observatoire de l’Europe a demandé aux présidents des principaux groupes politiques de réfléchir aux hauts et aux bas du dernier mandat de cinq ans.

Manfred Weber – Parti populaire européen (PPE)

Invité à rappeler le plus grand succès du mandat, le président du groupe de centre droit du PPE a évoqué les conséquences de la pandémie de Covid-19.

«La plus grande réussite a certainement été de relancer le moteur économique européen après la crise du coronavirus. Le Fonds de résilience pour la reprise a été sans aucun doute la décision la plus importante de ce mandat », a-t-il expliqué, rappelant l’instrument temporaire de relance de l’UE, d’un montant record de 723,8 milliards d’euros.

Manfred Weber, président du PPE
Manfred Weber, président du PPE

Weber a également cité les mesures prises pour lutter contre le changement climatique parmi ses plus grands faits marquants, bien que son parti PPE ait été critiqué pour sa récente réaction contre le Green Deal, l’ensemble de lois historique du bloc visant à freiner la hausse des températures mondiales.

Sans surprise, selon Weber, le plus grand échec du Parlement a été sa décision de ne pas maintenir le processus dit des Spitzenkandidaten, par lequel chaque parti présente un candidat principal pour se porter candidat à la présidence de la Commission. Weber lui-même a été écarté par les dirigeants européens dans sa tentative de présider le puissant pouvoir exécutif de l’UE en 2019, ce qui a conduit Ursula von der Leyen à être parachutée à ce poste alors qu’elle n’était pas officiellement candidate.

« Nous (le Parlement) avons commis une grave erreur en ne soutenant pas l’idée des Spitzenkandidaten, l’idée d’avoir une Europe démocratique où les gens savent avant de se rendre aux élections qui sera le candidat », a-t-il expliqué, reprochant à ses partenaires de coalition de ne pas soutenir le parti. idée.

Iratxe García Pérez – Socialistes et Démocrates (S&D)

Iratxe García Pérez, présidente du Groupe S&D
Iratxe García Pérez, présidente du Groupe S&D

Pour la présidente socialiste, le mandat est trop riche en succès pour n’en retenir qu’un seul : « Cela a été une législature très intense, exceptionnelle et extraordinaire », a-t-elle déclaré, énumérant le Brexit, la reprise post-pandémique et la réponse de l’UE à la guerre en Ukraine. comme des réalisations majeures.

« Nous avons été capables de relever tous ces défis tout en maintenant (nous concentrer sur) les priorités de l’Europe : stimuler l’agenda vert, l’État de droit et toutes les politiques nécessaires au maintien du pilier social européen. »

Elle a également salué la première loi européenne visant à lutter contre la violence à l’égard des femmes, approuvée mercredi, comme une réussite capitale, malgré l’absence de dispositions sur le viol après les résistances des États membres.

Interrogé sur les points faibles du mandat, García Pérez a dénoncé l’échec du bloc à conclure la loi sur la restauration de la nature, le plan de l’UE visant à inverser la perte de biodiversité sur au moins 20 % des terres et des mers de l’UE d’ici la fin de la décennie. Le projet de loi est actuellement sur le point de s’effondrer alors que les États membres retirent leur soutien.

Philippe Lamberts – Les Verts

Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts
Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts

Le coprésident du groupe des Verts, qui a fait ses adieux émouvants à l’hémicycle mercredi après 15 ans en tant que député européen, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe qu’il était très fier des réalisations du Parlement dans l’élaboration du Green Deal, qui, selon lui, étaient « les premières étapes seulement dans la transition de l’UE en essayant de respecter (…) notre part dans le respect des limites planétaires.

« C’est loin d’être terminé, malgré ce que beaucoup disent », a-t-il ajouté, dans un clin d’œil clair aux groupes de droite au Parlement.

Le premier des deux échecs du point de vue de Lamberts a été les nouvelles règles budgétaires, conçues pour revenir à des contrôles budgétaires plus stricts après des règles plus laxistes après la pandémie, qui ont été approuvées sans discussion cette semaine. Il a décrit les nouvelles normes comme une « camisole de force fiscale » qui rendra le Green Deal et le soutien à l’Ukraine « financièrement impossibles ».

Il a également rejeté le pacte d’asile et de migration, la refonte radicale de la politique de migration et d’asile de l’UE, qui, selon lui, « ne résoudra rien » et « ne fait que ridiculiser les valeurs européennes ».

Nicola Procaccini – Conservateurs et réformistes européens (ECR)

Nicola Procaccini, co-président du ECR
Nicola Procaccini, co-président du ECR

Le coprésident du groupe conservateur de droite ECR a salué la réponse du Parlement à l’invasion de l’Ukraine par la Russie comme l’un des plus grands succès du mandat.

« A ce moment-là, l’Union européenne a compris le danger », a-t-il expliqué, saluant le 13e paquet de sanctions contre la Russie et les dons d’aide économique et militaire sans précédent du bloc.

Il a ajouté que si l’UE n’avait pas soutenu sans réserve le peuple ukrainien, le bloc aurait risqué de déclencher une chaîne d’événements qui auraient pu « mettre le feu à l’ensemble de l’Europe ».

Pour Procaccini, élaborer le Green Deal « sans interagir avec le peuple » a été la plus grande erreur du Parlement. Dans son manifeste adopté mardi, son groupe ECR s’est engagé à renverser le Green Deal.

Marco Zanni – Identité et démocratie (ID)

Marco Zanni, président d'Identité et Démocratie
Marco Zanni, président d’Identité et Démocratie

Pour le groupe d’extrême droite au Parlement, la plus grande victoire du mandat a été d’avoir inscrit ses priorités à l’ordre du jour du Parlement, bien qu’il s’agisse d’un « groupe minoritaire », a déclaré son président à L’Observatoire de l’Europe.

Zanni a cité l’immigration, la « protection » des agriculteurs et une « approche plus pragmatique » du Green Deal parmi les questions qu’il a soulevées.

« En bref, nous avons réussi à modifier l’ordre du jour du parlement », a-t-il affirmé.

Il a déclaré qu’il y avait « de nombreux problèmes et échecs » dans le travail du Parlement, mais a cité le « cordon sanitaire » de longue date de la chambre, le pare-feu conçu pour empêcher l’extrême droite d’exercer une grande influence, comme sa plus grande chute.

« C’est dommage qu’il y en ait encore ici qui pensent que certains (partis) devraient être exclus simplement parce qu’ils ont des idées différentes », a déclaré Zanni.

Laisser un commentaire

douze − 10 =