Les dirigeants de l'UE acceptent de fournir des "engagements de sécurité" à l'Ukraine mais n'ont pas encore défini ce qu'ils sont

Jean Delaunay

Les dirigeants de l’UE acceptent de fournir des « engagements de sécurité » à l’Ukraine mais n’ont pas encore défini ce qu’ils sont

Les dirigeants de l’Union européenne ont décidé aux premières heures de vendredi matin de mettre à l’épreuve leur promesse de soutenir l’Ukraine « aussi longtemps qu’il le faudra » en acceptant de fournir au pays déchiré par la guerre de « futurs engagements de sécurité ».

« L’Union européenne et les États membres sont prêts à contribuer, avec leurs partenaires, aux futurs engagements de sécurité envers l’Ukraine, qui aideront l’Ukraine à se défendre à long terme, à dissuader les actes d’agression et à résister aux efforts de déstabilisation », ont convenu les chefs d’État de l’UE. dans les conclusions du sommet de deux jours du Conseil européen.

« Ces engagements seront pris dans le plein respect de la politique de sécurité et de défense de certains Etats membres et en tenant compte des intérêts de sécurité et de défense de tous les Etats membres », ont-ils ajouté.

L’objectif, a déclaré un responsable de l’UE à L’Observatoire de l’Europe, est de remplacer l’approche de pansement du bloc vis-à-vis de l’Ukraine par une aide financière, humanitaire et militaire à long terme pour l’aider à répondre à ses besoins au cours des années à venir afin qu’elle puisse non seulement survivre à la guerre et arriver à la table des négociations avec la Russie dans une position de force, mais aussi s’intégrer davantage dans l’UE et l’OTAN pour faciliter l’adhésion.

Cela survient à peine deux semaines avant que les dirigeants des 31 membres de l’OTAN ne se réunissent dans la capitale lituanienne pour discuter des garanties de sécurité pour l’Ukraine, de l’adhésion de l’Ukraine ainsi que de la transformation en cours de l’alliance militaire.

« Il est en fait louable que l’UE réfléchisse maintenant à cela. Je pense qu’il y a clairement une initiative visant à anticiper également le sommet de l’OTAN », a déclaré Bruno Lété, chercheur principal sur la sécurité et la défense au German Marshall Fund des États-Unis. L’Observatoire de l’Europe.

« Je pense que dans un monde idéal, l’Ukraine recherche tout ce qui ressemble à l’article 5 de l’OTAN. L’Ukraine veut des garanties militaires dures, c’est le but ultime. Mais je pense que l’Ukraine est aussi assez réaliste pour comprendre que l’Occident n’est peut-être pas prêt à aller aussi loin. » pour l’instant.

« Je suppose donc que ce que l’Ukraine rechercherait de manière réaliste, c’est au moins d’assurer un flux constant d’armes, d’assurer l’échange de technologies de pointe et, bien sûr, de nombreuses garanties politiques qu’elle puisse s’intégrer davantage à l’UE et à l’OTAN », a-t-il déclaré. ajoutée.

« Un message politique très fort »

La forme ou la forme que prendront ces engagements de l’UE reste à définir par les chefs d’État, mais l’ajout de ces engagements dans la conclusion, suite à une poussée de la France, a été décrit par un diplomate de l’UE comme « un message politique très fort » à la fois à l’Ukraine et la Russie.

Le Premier ministre belge Alexander De Croo a déclaré aux journalistes à l’issue de la première journée du sommet qui s’est conclue aux premières heures de vendredi matin que les États membres « donnent déjà de nombreux éléments de sécurité sans que cela se traduise par des garanties de sécurité concrètes. Mais nous pouvons voir que le la discussion et la démarche se dessinent. »

Fondamentalement, la formulation des conclusions permettrait aux différents États membres de fournir ce avec quoi ils sont à l’aise car plusieurs pays – l’Autriche, l’Irlande et Malte – sont neutres et ne voudraient donc pas fournir d’équipements militaires meurtriers. Mais cela permettra également à d’autres d’aller au-delà des instruments de l’UE et de fournir de nouveaux engagements au niveau bilatéral ou par le biais d’autres forums, dont l’OTAN.

Cela serait probablement adopté par la France et l’Allemagne qui, avec les États-Unis et le Royaume-Uni, forment le soi-disant Quartet.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré à Bratislava le mois dernier qu' »il est dans notre intérêt qu’elle (l’Ukraine) ait avec nous des garanties de sécurité crédibles dans un cadre multilatéral, avec un soutien multilatéral ou bilatéral ».

Le chancelier allemand Olaf Scholz, quant à lui, a déclaré aux journalistes à son arrivée au sommet que « nous avons besoin d’une stratégie sur la manière de soutenir l’Ukraine dans la lutte pour l’indépendance, l’intégrité et la souveraineté ».

« L’Allemagne, comme vous le savez tous, est le deuxième plus grand soutien de l’Ukraine après les États-Unis », a-t-il déclaré, citant l’artillerie et les armes de défense aérienne comme exemples de ce que Berlin a fourni. « Et nous continuerons à le faire (…) et cela rejoint ce que je peux rapporter en parlant avec eux (les États-Unis) et le Premier ministre britannique, le président français, également en parlant avec le Premier ministre polonais. »

Formation, équipement militaire, aide financière

Certains de ces engagements seront probablement des versions à long terme de ce que le bloc a déjà réussi à déployer au cours de la première année de l’agression de la Russie contre l’Ukraine.

La Commission européenne a plus ou moins proposé exactement cela la semaine dernière lorsqu’elle a exhorté les États membres à accepter un complément de 66 milliards d’euros du budget pluriannuel actuel de l’UE, dont 50 milliards d’euros qui seraient utilisés pour fournir « un soutien financier prévisible à l’Ukraine ».  » au cours des quatre prochaines années. Cela s’ajoute aux 18 milliards d’euros d’aide financière que les États membres ont convenus à la fin de l’année dernière pour couvrir les besoins budgétaires de base de l’Ukraine pour 2023.

Un coup de pouce à la mission de formation de l’UE pour les troupes ukrainiennes pourrait également être envisagé. Les États membres de l’UE se sont engagés à former 30 000 soldats avant la fin de 2023 et ont déjà dispensé une formation à plus de 24 000.

Un spin-off de la Facilité européenne pour la paix (EPF), un fonds hors budget par lequel les États membres sont partiellement remboursés pour le matériel militaire qu’ils donnent aux pays partenaires, qui serait uniquement dédié à l’Ukraine, pourrait également se concrétiser.

L’EPF disposait initialement d’un budget de 5,7 milliards d’euros pour la période 2021-2027, mais a depuis dû être rechargé deux fois en raison des besoins de l’Ukraine et a gonflé à environ 12 milliards d’euros.

Josep Borrell, le plus haut diplomate du bloc, a semblé soutenir l’idée jeudi en déclarant aux journalistes que le soutien militaire à l’Ukraine « doit être à long terme : pendant la guerre et après la guerre ».

« Vous devez rendre l’Ukraine capable de se défendre. Ainsi, la facilité de paix européenne pour l’Ukraine doit peut-être devenir un nouveau fonds de défense ukrainien », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

treize − cinq =