France

Jean Delaunay

Les députés français débattent de l’avenir du Green Deal européen à Angers

Les principaux candidats français aux élections européennes ont exprimé mardi à Angers des points de vue divergents sur le Green Deal européen.

Débattant dans un amphithéâtre bondé à l’Université d’Angers, dans l’ouest de la France, les six principaux candidats français aux élections européennes ont exposé leurs positions sur le Green Deal européen.

Valérie Hayer, chef du parti Renaissance du président Emmanuel Macron, a défendu le Green Deal en déclarant : « Nous devons protéger les océans, nous devons interdire l’exploitation minière en haute mer et lutter contre la pollution plastique. C’est ma proposition.

Elle a posté sur X, anciennement Twitter, que le parti souhaitait abandonner les combustibles fossiles grâce aux énergies renouvelables et à l’énergie nucléaire et protéger les océans grâce à un projet de « pacte bleu ».

Elle a été critiquée par l’eurodéputée Verte Marie Toussant, qui a affirmé que d’autres partis bloquaient la progression du Deal. Toussant a déclaré : « Aujourd’hui, le Green Deal est menacé. Menacé parce que la plupart des partis ici sapent toute avancée dans la lutte contre le changement climatique et la justice sociale.

Le candidat du Rassemblement national d’extrême droite n’a pas assisté à l’événement organisé par un groupe de réflexion environnemental.

Tous les partis présents ont affirmé qu’ils s’investissaient dans la lutte contre le changement climatique, mais les partis conservateurs et de droite se sont opposés aux conditions énoncées dans le Green Deal de l’Union européenne.

Le Green Deal du bloc, qui vise à faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici 2050, a fait l’objet de protestations d’agriculteurs à travers l’Europe.

Laisser un commentaire

15 − 2 =