The Nature Restoration Law aims to rehabilitate at least 20% of the European Union

Milos Schmidt

Les députés approuvent la loi sur la restauration de la nature au milieu des réactions négatives de la droite et des protestations des agriculteurs

Le Parlement européen a donné mardi son feu vert à la loi sur la restauration de la nature, défiant les efforts des conservateurs visant à faire adopter le projet de loi.

La loi a recueilli 329 voix pour, 275 contre et 24 abstentions, soit une marge plus importante que prévu initialement. Le résultat a suscité des applaudissements et des acclamations de la part des socialistes et des députés verts tandis que leurs collègues de droite sont restés silencieux.

Le vote a été étroitement surveillé car il s’est déroulé au milieu des protestations des agriculteurs, qui ont fait du Green Deal européen l’un de ses principaux objets de critiques.

Pourtant, la loi approuvée mardi a été fortement édulcorée au cours des négociations et n’a pas l’ambition de la proposition initiale. Le texte sera désormais soumis au Conseil, où les États membres procéderont au vote final.

La loi sur la restauration de la nature vise à réhabiliter au moins 20 % des zones terrestres et maritimes de l’Union européenne d’ici 2030 et tous les écosystèmes dégradés d’ici 2050. Elle établit des obligations et des objectifs sur différents domaines d’action, tels que les terres agricoles, les pollinisateurs, les rivières, les forêts et les zones urbaines. régions, pour inverser progressivement les dommages environnementaux causés par le changement climatique et l’activité humaine incontrôlée.

Présenté pour la première fois par la Commission européenne en juin 2022, il a pris encore plus d’importance après l’accord historique sur la biodiversité conclu lors de la COP15.

Mais l’année dernière, la loi est devenue la cible d’une féroce campagne d’opposition de la part des conservateurs, notamment du Parti populaire européen (PPE), la plus grande formation du Parlement. Le PPE a affirmé à plusieurs reprises que le projet de loi menacerait les moyens de subsistance des agriculteurs européens, perturberait les chaînes d’approvisionnement établies de longue date, diminuerait la production alimentaire, ferait grimper les prix pour les consommateurs et éliminerait même les zones urbaines pour faire place à des espaces verts.

Ces arguments ont été fortement contestés par des groupes de gauche, la Commission européenne, des dizaines d’ONG, des milliers de climatologues, l’industrie des énergies renouvelables et de grandes entreprises comme IKEA, H&M, Iberdrola, Unilever, Nestlé et Danone, qui ont tous insisté sur l’objectif de la restauration de la nature est compatible avec l’activité économique et essentielle pour garantir la viabilité à long terme des sols européens.

La tentative menée par le PPE pour faire dérailler la position commune du Parlement a échoué en juillet après qu’une poignée de conservateurs se soient rebellés et aient rompu les rangs pour voter en faveur du projet de loi. Cela a permis aux députés d’entamer des négociations avec le Conseil et de parvenir à un accord provisoire en novembre, qui devait être approuvé sans discussion par les deux institutions.

Cependant, l’éruption en janvier de manifestations d’agriculteurs à l’échelle européenne a ravivé la réaction contre le Green Deal, le secteur agricole accusant directement les réglementations environnementales du bloc d’être à l’origine d’une charge bureaucratique excessive.

La loi sur la restauration de la nature, largement passée au second plan, s’est retrouvée une fois de plus au centre de la tempête politique.

« Nous pensons toujours que la loi sur la restauration de la nature est mal rédigée et n’a jamais été à la hauteur de la tâche qui nous attend », a déclaré mardi Manfred Weber, président du PPE, avant le vote.

« L’inflation est aujourd’hui tirée par la hausse des prix des denrées alimentaires dans les supermarchés. Nous devons demander à nos agriculteurs de produire plus et non moins pour stabiliser l’inflation. »

Pedro Marques, du groupe Socialistes et Démocrates (S&D), a riposté à ces affirmations et accusé les conservateurs de diffuser de la « désinformation ».

« Cette idée qu’ils votent (contre la loi) parce qu’ils se soucient des agriculteurs. C’est absolument inacceptable. C’est tout simplement populiste. Cela induit les Européens en erreur et certainement nos agriculteurs », a déclaré Marques.

« Nier le Green Deal, nier l’urgence climatique n’est certainement pas la manière de résoudre nos problèmes. »

La survie de la loi est un soupir de soulagement pour le Green Deal, qui subit la pression croissante des partis de droite et libéraux, du secteur agricole et des associations industrielles. Plus tôt ce mois-ci, Ursula von der Leyen a décidé de retirer un projet de loi controversé visant à réduire de moitié l’utilisation et les risques des pesticides d’ici 2030.

« Ce n’est que si nos agriculteurs peuvent vivre de la terre qu’ils investiront dans l’avenir. Et ce n’est que si nous atteignons ensemble nos objectifs climatiques et environnementaux que les agriculteurs pourront continuer à gagner leur vie », a déclaré le président de la Commission.

« Nos agriculteurs en sont bien conscients. Nous devrions leur faire davantage confiance. »

Laisser un commentaire

3 × un =