Les députés appellent à une refonte des droits des artistes dans l'UE et à un débat sur le contenu généré par l'IA

Jean Delaunay

Les députés appellent à une refonte des droits des artistes dans l’UE et à un débat sur le contenu généré par l’IA

L’Union européenne devrait faire davantage pour atténuer la situation « très irrégulière » de l’emploi » et les défis posés par l’IA et la numérisation auxquels sont confrontés les artistes et autres professionnels du secteur créatif, ont exigé les législateurs.

Les commissions de la culture (CULT) et de l’emploi (EMPL) du Parlement européen ont présenté cette semaine un rapport conjoint appelant à la mise en place d’un nouveau cadre qui garantirait une rémunération équitable, faciliterait la mobilité transfrontalière et démantèlerait les déséquilibres structurels et les abus affectant les travailleurs créatifs à travers l’UE.

« Nous louons souvent l’Europe en tant que puissance culturelle », a déclaré Domènec Ruiz Devesa, député européen et co-rapporteur du projet de rapport, lors de sa présentation. « Et en effet, c’est le cas. Mais il est (hypocrite) de le faire sur le dos de l’insécurité et de la pauvreté des professionnels de la culture et de la création. »

L’initiative attire l’attention sur des réalités particulières auxquelles sont confrontés les acteurs du secteur culturel. Par exemple, le nombre de travailleurs indépendants dans le secteur est le double de celui de la population générale et le harcèlement sexuel est trois fois plus élevé, selon les données d’Eurofund, la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail.

En 2021, 7,4 millions de personnes étaient employées dans le secteur culturel dans l’UE.

Un « statut de l’artiste »

La pandémie a montré que la situation était devenue « tout simplement insoutenable », ont soutenu Ruiz Devesa et d’autres députés européens, et a clairement montré à quel point les travailleurs créatifs sont vulnérables. A travers ce rapport, ils demandent à la Commission européenne, l’organe exécutif de l’UE, d’encourager et de soutenir les Etats membres pour introduire un soi-disant « statut de l’artiste » qui garantirait de meilleures protections sociales.

À l’heure actuelle, l’Europe « ne répond pas aux besoins de ses artistes », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe Maria Walsh, députée européenne et membre des commissions de la culture et de l’emploi. « Et finalement », a-t-elle dit, « nous nous regarderons dans 10 ans et nous nous demanderons – qu’est-il arrivé à notre industrie? »

« Si vous y réfléchissez, l’emploi dans les arts est très irrégulier », a déclaré Laura Boxberg, qui travaille en étroite collaboration avec des artistes en tant que directrice de l’Institut culturel finlandais pour le Benelux. « Vous faites un spectacle et ensuite vous pourriez avoir une période plus lente après. Souvent, en Finlande par exemple, ce genre de choses passe entre les mailles du filet du système de sécurité sociale. Donc, s’il y a des recommandations d’amélioration dans ce rapport, je les accueille très favorablement. beaucoup. »

L’Espagne et la Belgique, les deux pays qui prendront ensuite la présidence tournante du Conseil de l’UE et dicteront partiellement l’élaboration des politiques pendant cette période, ont inclus l’adoption d’un « statut de l’artiste » dans leurs plans de relance en cas de pandémie. L’Espagne devrait présider un débat ministériel consacré à ce sujet à l’automne.

Contenu généré par l’IA

Dans quelques autres pays, des initiatives sont mises en place pour garantir une rémunération équitable aux artistes, telles que le Fair Practice Code aux Pays-Bas, le Fairness Process en Autriche et le Basic Income for the Arts en Irlande.

D’autres questions abordées par le rapport sont la nécessité que les diplômes et certifications délivrés par un État membre soient reconnus par tous, ainsi que la multitude de problèmes posés par la numérisation. La Commission doit évaluer « les défis posés par le contenu généré par l’IA » en ce qui concerne le secteur culturel, indique le rapport du Parlement.

Par ce rapport, le parlement demande à la Commission une décision officielle, plutôt qu’une directive — les deux sont contraignantes pour les États membres mais cette dernière aurait été plus puissante. En tant que tel, les critiques disent que cette décision pourrait manquer de l’ambition nécessaire pour véritablement mettre en œuvre ces pratiques dans toute l’Europe.

Alors, est-ce que quelque chose va vraiment changer ?

Interrogé sur cette question, Lars Ebert, secrétaire général de Culture Action Europe, l’association des organisations culturelles, a déclaré que le mouvement gagnait du terrain.

« Eh bien, vous parlez à un optimiste », a-t-il dit, ajoutant que si l’intérêt pour le bien-être des artistes était plus élevé pendant que les verrouillages contre les coronavirus étaient en place et a quelque peu diminué depuis, « le sujet des droits des artistes a beaucoup d’élan maintenant. »

Laisser un commentaire

trois + quatre =