Les députés appellent à une mission de recherche et de sauvetage de l'UE au-dessus de la "honte" méditerranéenne

Jean Delaunay

Les députés appellent à une mission de recherche et de sauvetage de l’UE au-dessus de la « honte » méditerranéenne

Les députés européens voteront jeudi une motion appelant à une nouvelle mission européenne de recherche et de sauvetage en Méditerranée.

Selon le projet de motion vu par L’Observatoire de l’Europe, les législateurs européens souhaitent que de nouvelles opérations complètes de recherche et de sauvetage soient mises en œuvre par les pays de l’UE et Frontex, l’agence frontalière de l’UE, « en l’absence d’action suffisante de la part des États membres individuels ».

Cela survient un mois après qu’un bateau transportant jusqu’à 750 migrants a chaviré au large des côtes grecques dans l’une des tragédies migratoires les plus meurtrières de la Méditerranée. La réponse lente et non coordonnée des autorités grecques et de Frontex a fait l’objet d’un examen minutieux, de nombreux législateurs européens appelant à une enquête indépendante.

Le texte a été proposé par une large coalition multipartite comprenant le Parti populaire européen (PPE), les Socialistes et démocrates (S&D), Renew Europe, les Verts et la Gauche.

« Depuis 2014, plus de 27 000 personnes sont mortes ou portées disparues en Méditerranée. La situation est une honte. Sans les sauveteurs en mer civils, qui sauvent des vies chaque jour, il y aurait beaucoup plus de morts », a déclaré Cornelia Ernst, eurodéputée de gauche allemande. , a déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« L’UE et ses États membres permettent que cela se produise, construisent des murs, financent des clôtures et évitent même de secourir des personnes en détresse. Nous avons besoin d’une opération de recherche et de sauvetage coordonnée et financée par l’UE et de voies légales vers l’Europe », a-t-elle ajouté.

Le président du PPE, Manfred Weber, a quant à lui déclaré aux journalistes au Parlement européen à Strasbourg mardi : « Je voudrais inviter à une compréhension générale de la manière de traiter ces tragédies (…) Nous avons besoin d’une gestion sérieuse et non d’une gestion politique partisane de ces questions ».

Le projet de motion demande également à la Commission européenne d’évaluer si les États membres ont violé le droit européen et international en procédant à des refoulements de migrants.

La Commission ne dispose pas de pouvoirs d’enquête, ces enquêtes étant plutôt menées par les autorités nationales.

Bruxelles a récemment mis en garde il pourrait prendre des mesures formelles en réponse aux allégations de refoulements illégaux de migrants par les autorités grecques, alors qu’un rapport récent par l’Office antifraude de l’UE, l’OLAF, a constaté que Frontex avait couvert les refoulements illégaux d’Athènes entre 2020 et 2021.

Le texte de la résolution, qui sera débattu mercredi avant le vote de jeudi, exhorte les pays de l’UE à « maintenir leurs ports sûrs les plus proches ouverts aux navires des ONG et à ne pas criminaliser ceux qui fournissent une assistance aux migrants en détresse », un clin d’œil au Premier ministre italien. Les tentatives hostiles de Giorgia Meloni pour stopper navires humanitaires d’accoster dans les ports italiens.

Le projet de motion accuse également explicitement les autorités libyennes de transférer les migrants interceptés dans des centres de détention, où ils sont exposés à « la torture et d’autres mauvais traitements, y compris le viol ». Il déclare que la Libye « est souvent insensible aux appels de détresse, a empêché les navires des ONG de sauver des vies et a mis des vies en danger lors du sauvetage ou de l’interception de personnes en mer ».

Les résolutions du Parlement européen ne sont pas juridiquement contraignantes pour les autres institutions.

Au cours du week-end, des informations ont fait état d’un garde-côte libyen utilisant un bateau financé par l’UE tirant sur un navire humanitaire menant des opérations de sauvetage. Répondant aux allégations, un porte-parole de la Commission européenne a déclaré lundi qu’ils interrogeaient les autorités tunisiennes et italiennes compétentes.

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, a récemment reconnu que des groupes criminels avaient infiltré les garde-côtes libyens.

La Commission fournit une aide financière à des pays tiers tels que la Libye, la Turquie, l’Égypte, la Tunisie et le Maroc pour aider à endiguer la migration. Le projet de texte demande des informations plus complètes sur le niveau de soutien apporté à ces pays et sur l’évaluation des allégations de violations des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

5 × trois =