Les demandeurs d'asile qui ont affirmé avoir été torturés et maltraités en Lettonie utilisent les tribunaux pour riposter

Jean Delaunay

Les demandeurs d’asile qui ont affirmé avoir été torturés et maltraités en Lettonie utilisent les tribunaux pour riposter

Certaines des personnes cherchant à poursuivre l’État letton en justice ont allégué avoir été maltraitées, notamment des coups, des décharges électriques et des brûlures de cigarettes.

Plus tôt cette année, Sidya Sompare, 20 ans, un Guinéen qui avait tenté de demander l’asile en Lettonie, a tenté de mettre fin à ses jours dans un centre de détention letton en buvant du shampoing dans ses toilettes.

Ayant fui la Guinée à la suite de menaces contre sa sécurité en raison de sa participation à des manifestations antigouvernementales, Sompare est arrivé en Biélorussie en septembre 2021 dans le but de trouver une vie sûre en Europe, avant de passer six mois dans la zone frontalière boisée entre le pays et la Lettonie.

Là, en plus d’avoir été poussé de l’autre côté de la frontière par les autorités des deux pays, il affirme avoir été sévèrement battu, insulté verbalement et n’avoir reçu pratiquement aucune nourriture pendant des jours par les gardes-frontières lettons. Sompare a ensuite passé huit mois dans le centre de détention fermé après avoir perdu son passeport dans les bois et ses demandes d’asile ont été refusées.

Lorsque Sompare a été retrouvé sur le sol de ses toilettes après sa tentative de suicide, les autorités du centre de détention l’ont rapidement emmené à l’hôpital.

« Je ne suis pas malade, je vais bien », se souvient-il avoir dit à un médecin lors d’une interview avec L’Observatoire de l’Europe. « J’ai juste besoin d’être libre. »

Il a finalement été libéré de détention en avril avec l’aide de Médecins sans frontières, une ONG, et d’un groupe letton local de défense des droits humains. Mais Sompare ne s’est pas arrêté là – après avoir déposé deux plaintes infructueuses contre l’État letton l’année dernière pour sa détention et le traitement déshumanisant qu’il a subi dans la forêt le long de la frontière, il a porté son combat devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH ), où son dossier a été officiellement enregistré le 5 juillet.

Coups et décharges électriques

Sompare n’est pas le seul à se tourner vers les voies légales pour demander justice pour les mauvais traitements infligés par les autorités frontalières lettones lors de la crise des migrants le long de la frontière biélorusse.

Alors que les allégations de torture et de mauvais traitements par les autorités lettones continuent d’émerger depuis l’année dernière, un nombre croissant de migrants et de réfugiés qui disent avoir subi un traumatisme qui a changé leur vie aux mains des forces de sécurité lettones multiplient les contestations judiciaires à leur encontre depuis ces derniers mois, visant à demander des comptes à leurs anciens bourreaux et à l’État letton.

Ces affaires, qui se déroulent principalement au niveau national à l’exception de celle de Sompare, représentent certains des premiers efforts juridiques en Lettonie depuis le début de la crise frontalière en 2021 qui se concentrent spécifiquement sur les abus déchirants que les autorités frontalières auraient infligés. sur les personnes qui traversent la frontière.

« Toutes les institutions lettones, même le médiateur de Lettonie, nient que la Lettonie ait fait quoi que ce soit d’illégal avec ces migrants », a déclaré Nikita Matyushchenkov, avocate des droits de l’homme chez Respect, Protect, Fulfill (RPF), l’organisation juridique qui a aidé Sompare à déposer son dossier. affaire CEDH. « Donc, ce seront des jugements très importants. »

En plus de contester les procédures d’expulsion en cours à son encontre, l’affaire de Sompare devant la CEDH se concentre sur les mauvais traitements qu’il a subis en détention lettone dans les forêts de la zone frontalière, que lui et le FPR considèrent comme illégaux. Le FPR a également déposé trois plaintes au niveau national en Lettonie, deux en mars et une en juin de cette année, au nom de personnes qui affirment avoir été maltraitées par les autorités frontalières lettones entre août 2021 et mars 2022.

Mais ce ne seront peut-être pas les seules affaires qui seront portées contre l’État letton – Matyushchenkov a déclaré que le FPR a identifié jusqu’à 100 personnes qui ont été maltraitées d’une manière ou d’une autre par les gardes-frontières lettons alors qu’elles se trouvaient dans la forêt de la zone frontalière.

Certains des clients de Matyushchenkov lui ont dit qu’ils avaient été battus avec des appareils à décharge électrique – des affirmations qui concordent avec les conclusions documentées en 2022 dans un rapport d’Amnesty International sur la frontière lettone. Dans un autre rapport publié ce mois-ci, le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants a déclaré avoir reçu plusieurs plaintes pour « mauvais traitements graves » de la part de personnes arrêtées après avoir traversé la Lettonie, racontant à nouveau des passages à tabac et décharges électriques sur des zones du corps « y compris les organes génitaux ».

« Je suis tombé malade physiquement et mentalement »

La crise actuelle des frontières des migrants a, selon les États européens, été fabriquée par le dirigeant biélorusse Alexandre Loukachenko, dont le gouvernement a incité des personnes du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Asie du Sud à se rendre en Biélorussie avant de les forcer à traverser les frontières de la Pologne, de la Lituanie. , et la Lettonie illégalement comme moyen de pression sur l’Union européenne.

Après avoir instauré l’état d’urgence le long de sa frontière en août 2021, la Lettonie a adopté en juin de cette année de nouveaux amendements à ses lois frontalières qui ont été dénoncés par Amnesty International, le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe et le HCR comme légalisant internationalement- refoulements condamnés. Fondamentalement, ces modifications ont également inscrit dans la loi l’usage de la force au sens large par les gardes-frontières de l’État pour empêcher l’entrée illégale en Lettonie.

Bien que la Pologne et la Lituanie aient également été accusées de mauvais traitements à l’encontre de migrants, Matyushchenkov a déclaré que la Lettonie avait été beaucoup plus extrême dans ses abus envers les personnes traversant sa frontière.

Dans un cas particulièrement horrible qui a déjà été rapporté dans les médias internationaux, Abdulrahman Kiwan, un travailleur humanitaire qui a fui la Syrie suite aux pressions du gouvernement de Bachar al-Assad, a allégué qu’il avait non seulement reçu des décharges électriques de la part de gardes lettons, mais qu’ils cigarettes éteintes aux endroits où il avait été précédemment blessé.

Maintenant, Kiwan a déclaré qu’il était en contact avec un groupe letton de défense des droits de l’homme pour déposer sa propre plainte contre l’État letton – et si cela échoue, il est également prêt à intensifier ses efforts auprès de la CEDH avec l’aide d’ONG juridiques.

« Je suis tombé malade physiquement et mentalement à cause d’eux », a déclaré Kiwan, 28 ans, qui est maintenant basé en Allemagne, à propos des autorités frontalières lettones. « Je veux que ma voix atteigne le monde et les autres migrants, que les gardes-frontières lettons sont des menteurs et sont extrêmement racistes. »

Un groupe letton de défense des droits humains travaille actuellement à la préparation d’une plainte pour un autre réfugié basé en Allemagne, Hadi, 26 ans, du Yémen, qui a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que des gardes lettons l’ont battu, l’ont violemment frappé à la tête et l’ont électrocuté avec une matraque électrique. En plus de demander une indemnisation pour les crimes commis contre lui, Hadi, qui a demandé à utiliser un pseudonyme en raison de son dossier d’asile en cours en Allemagne, souhaite également que son expérience soit un récit édifiant.

« Légalement, je veux cette plainte (pour garantir) qu’aucun être humain ne sera blessé après moi », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

« Le gouvernement a peur de moi »

Bien que Matyushchenkov ait déclaré que les chances de succès des affaires de migrants comme celles-ci devant la CEDH peuvent être importantes, il n’en va pas de même pour les plaintes au sein du système letton.

« D’après la manière dont l’enquête a été menée au niveau national, il semble que les autorités ne soient pas disposées à enquêter correctement sur ces plaintes », a-t-il déclaré, faisant référence à la procédure de plainte initiale de Sompare. « Dans la réponse à sa plainte, ils ont identifié une personne qui aurait battu le plaignant, et ils ont interrogé cette personne. Ce responsable de la sécurité a dit qu’il n’avait pas battu cette personne, et c’était essentiellement la fin de l’enquête.

Le gouvernement letton, y compris les gardes-frontières de l’État letton, a précédemment nié toute allégation d’abus et de torture de la part de migrants. Cependant, au moment de la rédaction de cet article, les gardes-frontières de l’État letton, ainsi que le bureau de la sécurité intérieure et le bureau du procureur du pays, qui traitent les plaintes légales des personnes traversant la frontière, n’étaient pas disponibles pour commenter.

Sompare, qui vit actuellement à Riga, la capitale lettone, n’a pas l’intention de quitter la Lettonie de si tôt. Alors qu’il se bat contre sa procédure d’expulsion toujours en cours et les abus traumatisants qu’il a subis dans le pays, il peut sentir qu’il a déjà un impact.

« Quelque chose va changer en Lettonie », a-t-il déclaré. « En ce moment, c’est sûr que le gouvernement a peur de moi. »

Bien qu’il soit profondément déçu de la capacité de l’Europe à aider des personnes désespérées comme lui, Sompare a déclaré qu’il souhaitait poursuivre ses études universitaires après avoir obtenu gain de cause et espère trouver du travail dans une organisation de défense des droits humains pour les réfugiés en Lettonie. Jusque-là cependant, il comprend qu’il mène une bataille difficile non seulement pour se sauver, mais aussi pour de nombreux autres demandeurs d’asile qui sont dans la même situation.

« Je veux être un exemple pour les gens (à qui) le gouvernement letton a fait quelque chose d’illégal », a déclaré Sompare. « Les choses que j’ai commencées, je les finirai en Lettonie.

Laisser un commentaire

quatorze − 4 =