Les décès respiratoires sont plus probables en été qu’en hiver, selon une étude

Jean Delaunay

Les décès respiratoires sont plus probables en été qu’en hiver, selon une étude

Une équipe de recherche espagnole a découvert une corrélation entre les températures ambiantes élevées et le nombre de décès de patients pendant les mois d’été par rapport à l’hiver.

Une nouvelle étude a révélé que la hausse des températures pourrait être responsable d’un plus grand nombre de décès d’origine respiratoire chez les patients en été qu’en hiver, selon une étude menée par l’Institut de Barcelone pour la santé mondiale (ISGlobal).

L’équipe de recherche a analysé l’association entre la température ambiante et la mortalité hospitalière due aux maladies respiratoires à Madrid et Barcelone entre 2006 et 2019, à partir d’un échantillon de 1,7 millions d’admissions à l’hôpital.

Les résultats, publiés dans The Lancet, ont montré que le nombre d’admissions à l’hôpital dans les deux provinces était le plus élevé pendant les mois d’hiver et le plus bas pendant la saison chaude, avec un pic en janvier et un minimum d’admissions en août.

Cependant, l’incidence de mortalité la plus élevée s’est produite pendant l’été et était fortement liée aux températures élevées.

Pour estimer l’association entre la température ambiante et la mortalité hospitalière, l’équipe a utilisé des données sur les hospitalisations quotidiennes, la météorologie (température et humidité relative) et les polluants atmosphériques.

Bien que l’exposition quotidienne à la chaleur et au froid ait été largement décrite comme étant associée à un risque accru d’hospitalisation pour maladies respiratoires telles que la pneumonie, la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et l’asthme, aucune étude ne s’était jusqu’à présent concentrée sur les hospitalisations entraînant la mort ou la mort. , autrement dit les cas les plus graves.

Comment la chaleur peut affecter le corps

L’étude a révélé que les températures estivales élevées étaient responsables de 16 pour cent et 22,1 pour cent de toutes les hospitalisations mortelles pour maladies respiratoires à Madrid et à Barcelone, respectivement, et qu’il n’y avait pas de corrélation significative entre les basses températures et les décès respiratoires.

L’effet de la chaleur a été immédiat, la majeure partie de l’impact se produisant au cours des trois premiers jours d’exposition à des températures élevées.

« Cela suggère que l’augmentation des problèmes respiratoires aigus lors des journées chaudes est davantage liée à l’aggravation des maladies respiratoires chroniques et infectieuses qu’à la propagation de nouvelles infections, car celles-ci mettent généralement plusieurs jours à provoquer des symptômes », a déclaré Hicham Achebak, l’un des responsables de l’étude. auteurs de l’étude, ont déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

En d’autres termes, cela signifie que des températures élevées peuvent affecter des patients présentant des problèmes de santé déjà sous-jacents, en raison de difficultés à réguler la température corporelle (thermorégulation), pouvant alors conduire, par exemple, à une déshydratation.

Ni l’humidité relative ni les polluants atmosphériques n’ont joué un rôle statistiquement significatif sur la mortalité des patients admis pour maladies respiratoires dues à la chaleur.

Un membre du personnel médical s'occupe d'un patient atteint de COVID-19 dans le service de soins intensifs de l'hôpital universitaire de Pampelune, dans le nord de l'Espagne.
Un membre du personnel médical s’occupe d’un patient atteint de COVID-19 dans le service de soins intensifs de l’hôpital universitaire de Pampelune, dans le nord de l’Espagne.

Les femmes plus sensibles que les hommes

La recherche a également montré que les femmes étaient plus vulnérables à la chaleur que les hommes.

« Cela est très probablement lié à des différences physiologiques spécifiques dans la thermorégulation. Les femmes ont un seuil de température plus élevé au-dessus duquel les mécanismes de transpiration sont activés et une production de sueur plus faible que les hommes, ce qui se traduit par une perte de chaleur par évaporation plus faible et, par conséquent, une plus grande sensibilité aux effets. de chaleur », a déclaré Joan Ballester, chercheuse à ISGlobal et dernière auteure de l’étude.

L’étude montre que les températures élevées ont contribué à un risque accru de mortalité chez les patients hospitalisés pour maladies respiratoires, alors que les températures basses n’étaient pas associées à cette variable.

Selon l’équipe de recherche, cela pourrait être dû au fait que les services de santé sont de plus en plus préparés à faire face aux pics hivernaux de maladies respiratoires et ne disposent pas de traitements spécifiques pour les affections liées à la chaleur.

En ce sens, les résultats de l’étude ont des implications importantes pour les politiques d’adaptation sanitaire au changement climatique et pour les projections des impacts du changement climatique sur la santé humaine.

« À moins que des mesures d’adaptation efficaces ne soient prises dans les hôpitaux, le réchauffement climatique pourrait aggraver le fardeau de la mortalité des patients hospitalisés pour maladies respiratoires pendant la période estivale », a déclaré Achebak.

Laisser un commentaire

six + 13 =