Geert Wilders casts his vote in The Hague, 6 June 2024

Jean Delaunay

Les cyberattaques néerlandaises sont les dernières en date de la campagne électorale européenne entachée de perturbations et de violences

Les Européens se rendent aux urnes dans un environnement géopolitique tendu.

Les cyberattaques apparentes contre les partis politiques européens ne sont que la dernière série de perturbations dans une campagne électorale devenue de plus en plus mouvementée.

Du 6 au 9 juin, des centaines de millions d’électeurs se rendront aux urnes pour l’un des plus grands exercices démocratiques au monde – après une période de plusieurs mois marquée à la fois par des manifestations pacifiques et, parfois, par des violences physiques.

Des pirates informatiques pro-Kremlin ont revendiqué une série d’attaques contre des sites Internet néerlandais jeudi 6 juin, le jour où les électeurs néerlandais se sont rendus aux urnes pour sélectionner leurs 31 députés européens pour les cinq prochaines années.

Des sites comme le PVV de Geert Wilders et le CDA, démocrate-chrétien, ont été temporairement indisponibles le jour du scrutin, et la Cour des comptes européenne a également été prise pour cible.

Toutes les manifestations n’impliquent pas des attaques.

Mais même les manifestations pacifiques ont provoqué des réactions de colère de la part des dirigeants politiques, notamment d’Ursula von der Leyen, la présidente sortante de la Commission européenne, qui espère obtenir un second mandat.

« A Moscou, ils seraient en prison dans deux minutes », a déclaré von der Leyen à propos des manifestants pro-palestiniens qui l’ont affrontée à Porto, selon des propos rapportés par le journal Observador.

Un porte-parole de la campagne de von der Leyen n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Mais les manifestations ont parfois pris une tournure bien plus sinistre.

En France, des affiches électorales de Raphaël Glucksmann ont été dégradées avec des croix gammées et les mots « Israël » et « sale sioniste » – ce que le leader socialiste considère comme un cas d’antisémitisme.

« Qu’est-ce qui explique que je sois le seul homme politique dont les affiches sont taguées ? », a demandé Glucksmann dans un post Instagram jeudi 6 juin, ajoutant qu’il soutenait un État palestinien. « La réponse est aussi triste que claire : mon nom… un nom juif. »

Ces horribles incidents font suite à une série d’attaques physiques, notamment en Allemagne, où des hommes politiques de tous bords politiques ont été pris pour cibles.

Plus tôt cette semaine, Heinrich Koch, candidat au conseil local du parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), a été blessé lors d’une attaque au couteau à Mannheim.

Cela fait suite aux attaques contre l’eurodéputé socialiste Matthias Ecke et la responsable berlinoise Franziska Giffey – ainsi qu’à une tentative d’assassinat contre le Premier ministre slovaque Robert Fico, dont les blessures ont été à un moment considérées comme mettant sa vie en danger.

Les élections se poursuivent jusqu’à dimanche pour élire 720 députés européens qui adopteront des lois pour les cinq prochaines années – et aujourd’hui c’est au tour des électeurs d’Irlande et de Tchéquie, où le Premier ministre s’est engagé à « renforcer la sécurité de l’Europe contre les menaces de la Russie et de la Chine ».

En mars, le gouvernement tchèque a sanctionné le site Internet Voice of Europe, l’accusant de faire partie d’une opération d’influence pro-russe qui, selon le Premier ministre belge Alexander de Croo, avait payé des députés européens pour diffuser de la propagande russe.

De fortes tensions sont inévitables dans toute campagne politique – et plus encore dans un contexte géopolitique incluant les guerres en Ukraine et au Moyen-Orient.

Mais une fois le décompte terminé, les dirigeants politiques se tordront sans aucun doute les mains sur ce que cette campagne signifie pour l’Europe en tant que démocratie libre et pacifique.

Laisser un commentaire

2 × cinq =