The European Commission

Milos Schmidt

Les crédits carbone font-ils plus de mal que de bien au climat ?

Les crédits carbone aident-ils réellement à lutter contre le réchauffement climatique, ou sont-ils contre-productifs ?

En vertu de la nouvelle directive européenne EmCon, les termes tels que « neutre pour le climat » ou « positif pour le climat », qui reposent sur la compensation carbone, disparaîtront bientôt des supermarchés.

« À l’heure actuelle, on a presque l’impression que l’on peut consommer et acheter ce que l’on veut tout en restant neutre pour le climat », déclare Miriam Thiemann, responsable de la consommation durable à l’Organisation européenne des consommateurs.

« Vous pouvez trouver des fromages, des vols et des comptes bancaires qui prétendent être neutres pour le climat », ajoute-t-elle. « En réalité, l’entreprise paie à un autre fournisseur ce qu’on appelle des crédits carbone. Cela signifie qu’un autre projet, quelque part, fait quelque chose pour réduire ou éliminer les émissions ».

Pour Miriam Thiemann, cette méthode ne repose pas sur des données scientifiques solides et de nombreuses questions subsistent quant à la légitimité de ces fournisseurs de « compensation carbone ».

« Le problème est souvent que les entreprises disent simplement : « Très bien, si je peux payer et m’en sortir, je n’aurai pas à faire d’efforts pour réduire les émissions de mes propres opérations » », explique-t-elle.

« Cela pourrait même ralentir les réductions d’émissions, car les entreprises peuvent simplement payer au lieu de prendre des mesures concrètes. En réalité, cela fait dérailler l’objectif global de neutralité carbone de l’entreprise. »

Laisser un commentaire

dix − sept =