Les craintes de récession planent sur l'Europe dans un contexte d'inflation persistante et de hausse des taux d'intérêt

Jean Delaunay

Les craintes de récession planent sur l’Europe dans un contexte d’inflation persistante et de hausse des taux d’intérêt

Alors que l’inflation mord, le Royaume-Uni se prépare à de nouvelles hausses des taux d’intérêt et au risque de récession. L’Allemagne est déjà là.

Le chancelier britannique Jeremy Hunt s’est dit à l’aise avec le fait que le Royaume-Uni tombe en récession si cela fait baisser l’inflation.

Il a déclaré qu’il soutiendrait la Banque d’Angleterre qui augmenterait encore les taux d’intérêt pour endiguer les prix à la consommation obstinément élevés.

« L’inflation est une source d’instabilité », a-t-il déclaré vendredi à Sky News.

« Si nous voulons avoir la prospérité, faire croître l’économie, réduire le risque de récession, nous devons soutenir la Banque d’Angleterre dans les décisions difficiles qu’elle prend ».

Le chancelier prend soin de montrer qu’il est en phase avec la banque centrale après les turbulences boursières observées sous l’éphémère gouvernement de Liz Truss, qui avait critiqué la politique de la Banque d’Angleterre et dévoilé un « mini-budget » avec des impôts massifs non financés. coupes.

Hunt a également évoqué les « décisions très difficiles pour équilibrer les comptes afin que les marchés, le monde, puissent voir que la Grande-Bretagne est un pays qui paie sa part ».

Bien que le taux d’inflation du Royaume-Uni ait légèrement diminué en avril, à 8,7 %, il reste le plus élevé des pays du G7, les prix des aliments continuant de monter en flèche.

Les investisseurs prévoient que les taux d’intérêt continueront d’augmenter cette année et pourraient atteindre 5,5 % d’ici la fin de 2023, comparativement au taux actuel de 4,5 %.

Ces hausses des taux d’emprunt ont entraîné une flambée du coût du crédit, notamment des taux de crédit immobilier, impactant aussi bien les ménages britanniques que les entreprises.

Cependant, pour l’instant, l’économie britannique a réussi à éviter la récession, laissant une certaine marge de manœuvre à la BoE.

L’Allemagne est déjà en récession

L’Allemagne, la plus grande économie d’Europe, est entrée en récession au premier trimestre, après avoir enregistré deux trimestres consécutifs de baisse du produit intérieur brut (PIB).

C’est la première fois en trois ans que l’Allemagne entre en récession, après que la pandémie de coronavirus a fait chuter le PIB aux premier et deuxième trimestres de 2020.

« Ce n’est pas surprenant, même si l’ampleur de la révision est alarmante », a commenté Jens Oliver Niklasch, analyste chez LBW.

La consommation intérieure en Allemagne a chuté, l’inflation s’élevant à plus de 7,2 % en avril.

La récente série de hausses de taux d’intérêt de la Banque centrale européenne (BCE) pour lutter contre la forte inflation a encore exacerbé la situation, entravant considérablement l’activité.

A l’étranger, les partenaires commerciaux de l’Allemagne ont importé moins de produits « made in Germany » que d’habitude. Les raisons incluent « les turbulences géopolitiques, les taux d’inflation élevés et la perte de pouvoir d’achat », selon l’institut économique DIHK.

Malgré ce ralentissement, le gouvernement allemand reste optimiste, prévoyant un taux de croissance de 0,4 % en 2023.

« Les perspectives de l’économie allemande sont très positives et nous sommes en train de surmonter les défis auxquels nous sommes confrontés », a déclaré jeudi le chancelier Olaf Scholz aux journalistes.

Le ministère de l’Economie a dit s’attendre à un « hiver faible » mais à une « nette amélioration » par la suite.

Tout le monde ne partage pas cet optimisme. Le Fonds monétaire international (FMI) prévoyait en avril que l’activité économique allemande se contracterait de 0,1 % cette année avant de rebondir de 1,1 % en 2024.

La situation de l’Allemagne diffère de celle de ses voisins européens, où le risque de récession a progressivement diminué en raison de la baisse des prix de l’énergie, selon Global Market Insight.

En Belgique et en France, la production économique a augmenté respectivement de 0,4% et 0,2% au premier trimestre 2023 par rapport au trimestre précédent. L’Italie a vu son PIB augmenter de 0,5 %.

Laisser un commentaire

un × un =