A divers with a self-bred coral from the World Coral Conservatory project amongst at the Burgers

Milos Schmidt

Les coraux sauvages souffrent de stress thermique. Le projet de zoo néerlandais pourrait-il venir à la rescousse ?

Un zoo néerlandais a planté des coraux auto-produits qui pourraient un jour repeupler les récifs soumis à un stress thermique.

Le plus grand récif d’Europe a accueilli des coraux élevés dans un zoo par le projet World Coral Conservatory.

Des plongeurs gantés ont introduit lundi les coraux sur le récif du zoo Royal Burgers d’Arnhem, dans l’espoir qu’ils pourront un jour être utilisés pour repeupler les récifs naturels.

«C’est le premier projet dans lequel nous avons commencé à conserver ces coraux d’origine connue. Comme nous savons exactement d’où ils viennent, ils ont le potentiel d’être replacés dans la nature », explique Nienke Klerks, biologiste au zoo des Pays-Bas. « Il est donc très important de garder ces coraux, car ils sont ça ne va pas très bien dans la nature. »

Il fait partie de plusieurs projets dans le monde visant à lutter contre le déclin des populations de récifs coralliens, qui souffrent du blanchissement provoqué par la hausse de la température de la mer.

Les coraux sont au cœur des écosystèmes marins et, même si ces projets ne permettront pas d’endiguer la vague de dégâts causés par le changement climatique d’origine humaine, ils sont considérés comme faisant partie de solutions plus larges.

Le World Coral Conservatory espère créer une banque de coraux dans les aquariums de toute l’Europe qui pourrait être utilisée pour repeupler les récifs coralliens sauvages s’ils succombent au stress du changement climatique ou de la pollution.

Des plongeurs nichent doucement les premiers coraux auto-produits du projet World Coral Conservatory parmi leurs cousins ​​au zoo de Burgers à Arnhem, aux Pays-Bas, le 22 avril 2024.
Des plongeurs nichent doucement les premiers coraux auto-produits du projet World Coral Conservatory parmi leurs cousins ​​au zoo de Burgers à Arnhem, aux Pays-Bas, le 22 avril 2024.

Le braconnage des coraux constitue une menace majeure pour les récifs

Aux côtés de deux zoos en France et de l’initiateur du projet, le Centre scientifique de Monaco, le zoo de l’est des Pays-Bas a recueilli plus d’une douzaine de fragments de coraux provenant des côtes des Seychelles, en Afrique de l’Est.

Le zoo néerlandais multiplie les coraux depuis 2022, leur permettant de croître dans un environnement hautement réglementé avant qu’ils ne soient suffisamment grands pour rejoindre le reste du récif.

« Nous testons en coulisses… ce qui fonctionne pour ces coraux. De cette façon, nous savons où les placer et comment les conserver », explique Pascal Kik, gardien du zoo.

Chaque plongeur a brandi un corail pour qu’il soit photographié par les journalistes avant de le placer sur un rebord près du centre du réservoir de huit millions de litres.

Rares sont les autres coraux du zoo qui proviennent de la nature. Ils sont soit partagés par d’autres zoos, soit remis aux douaniers néerlandais après avoir été confisqués. Le braconnage des coraux constitue une menace majeure pour les récifs coralliens dans certaines régions d’Asie.

Cela rendrait difficile le retour des coraux à l’état sauvage. Mais l’équipe sait exactement d’où viennent leurs 14 coraux, ce qui rend plus probable leur réintroduction réussie si nécessaire.

Environ un quart des animaux marins dépendent des récifs coralliens

Les coraux sont une espèce marine clé, selon Mark Eakin, secrétaire exécutif de l’International Coral Reef Society. Eakin, responsable à la retraite de la surveillance des coraux à l’Administration nationale américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA), affirme qu’environ 25 % des animaux marins passent une partie de leur vie à dépendre des récifs coralliens.

Cela rend d’autant plus important la poursuite de projets tels que celui d’Arnhem, dit-il.

« Nous sommes dans une situation où nous devons vraiment prendre toutes les mesures possibles », souligne Eakin.

Plus tôt en avril, des scientifiques de la NOAA et de l’International Coral Reef Initiative ont déclaré que les récifs coralliens du monde entier connaissaient un blanchissement global pour la quatrième fois.

Le blanchissement se produit lorsque les coraux, soumis à un stress, expulsent les algues qui leur donnent leurs couleurs éclatantes. Les algues sont également une source de nourriture pour les coraux, et si le blanchissement dure trop longtemps ou est trop sévère, le corail peut mourir.

Un poisson nage dans un récif de corail au zoo de Burgers à Arnhem, dans l'est des Pays-Bas, le 22 avril 2024.
Un poisson nage dans un récif de corail au zoo de Burgers à Arnhem, dans l’est des Pays-Bas, le 22 avril 2024.

Dans le plus grand écosystème de récifs coralliens au monde, la Grande Barrière de corail d’Australie, le blanchissement a touché 90 % des coraux évalués en 2022. Le récif corallien de Floride, le troisième plus grand, a connu un blanchissement important l’année dernière.

Terry Hughes, de l’Université James Cook en Australie, expert de la Grande Barrière de Corail, affirme que le monde a besoin d’efforts plus rapides et plus audacieux pour stopper les dommages causés par le changement climatique, au lieu de projets de restauration à petite échelle comme celui-ci.

« On ne peut pas remplacer un magnifique écosystème par un aquarium », dit-il.

D’autres soutiennent que chaque petit geste compte.

« Les récifs coralliens seraient l’un des premiers systèmes à s’effondrer totalement à cause du changement climatique », déclare Ronald Osinga, biologiste marin spécialisé dans les coraux à l’université de Wageningen aux Pays-Bas.

« C’est triste que cela doive se passer ainsi », déclare Osinga, qui ne participe pas à l’initiative néerlandaise des zoos. Mais des projets comme celui-ci constituent un « bon plan de secours ».

Laisser un commentaire

20 − 17 =