Les conservateurs placent la question de l’accès des personnes trans au cœur de la campagne électorale britannique

Martin Goujon

Les conservateurs placent la question de l’accès des personnes trans au cœur de la campagne électorale britannique

LONDRES — Douze jours après le début de la campagne électorale – et à la traîne dans les sondages – les conservateurs britanniques se tournent vers les guerres culturelles.

Dans une annonce destinée à faire la une des journaux lors de la campagne pour les élections générales du 4 juillet, les conservateurs de Rishi Sunak ont ​​promis lundi qu’ils réviseraient la loi britannique sur l’égalité afin de mieux protéger les espaces non mixtes.

Les conservateurs veulent modifier la loi sur l’égalité – une réalisation marquante du dernier gouvernement travailliste – afin que le sexe soit défini uniquement comme le sexe biologique d’une personne – c’est-à-dire le sexe avec lequel les gens sont nés, plutôt que celui auquel ils s’identifient ou ont légalement changé. sur leur acte de naissance.

Ils affirment que cela permettra aux organisations d’interdire plus facilement l’accès aux toilettes, aux cellules de prison et aux vestiaires des femmes si elles n’étaient pas de sexe féminin à la naissance – même si elles disposent d’un certificat de reconnaissance de genre qui a changé le sexe sur leur acte de naissance.

« Nous voulons garantir que les espaces non mixtes soient maintenus pour la dignité, l’intimité et la sécurité des femmes et des filles, et que les groupes non mixtes puissent s’associer librement sans autres personnes du sexe biologique opposé », a déclaré le parti dans un communiqué publié hier.

Il s’agit de la dernière salve d’un débat de longue date en Grande-Bretagne sur les droits des personnes transgenres, qui est devenu une question politique controversée ces dernières années. Les travaillistes, loin en tête dans les sondages, l’ont qualifié de « distraction ».

La ministre de l’Égalité du gouvernement, Kemi Badenoch, a déjà fait adopter des projets exigeant que les bâtiments publics soient équipés de toilettes séparées pour hommes et femmes – tandis que les conservateurs et Badenoch, une étoile montante de son parti, ont souvent utilisé cette question pour forcer un fossé avec les travaillistes.

S’exprimant sur BBC Radio 4 lundi matin, Badenoch a affirmé que son parti cherchait à « s’assurer que les gens comprennent ce que dit la loi » et a souligné que les conservateurs « n’essayaient pas d’empêcher les personnes trans de vivre leur vie comme elles le souhaitent ».

Elle a fait valoir qu’actuellement, les prestataires qui proposent des services conçus pour un seul sexe craignent des poursuites judiciaires s’ils n’admettent pas les personnes transgenres.

« Si un centre d’aide aux victimes de viol décide d’autoriser une femme trans avec un certificat de reconnaissance de genre, il pourra le faire », a déclaré Badenoch. « S’ils choisissent de ne pas le faire, ils ne pourront pas être poursuivis pour cela. »

Les conservateurs espèrent que cette décision créera une ligne de division avec le parti travailliste, qui est confronté à des divisions internes sur ses propres politiques en matière de genre. En 2023, le parti a renoncé à son engagement précédent d’introduire l’auto-identification pour ceux qui cherchent à changer de sexe.

Interrogé lundi sur la décision des conservateurs, le secrétaire fantôme à la Défense du parti travailliste, John Healey, a déclaré que son parti ne chercherait pas à modifier la loi sur l’égalité, qui « offre déjà des protections aux espaces non mixtes pour les femmes biologiques ».

« Ce n’est pas nécessaire », a déclaré Healey à propos du plan conservateur. « Il s’agit d’une élection qui détourne l’attention des questions fondamentales qui comptent pour les gens, comme le coût de la vie et la défense du pays. »

Laisser un commentaire

quatorze + cinq =